Suivi climatologique du pierrier du Roc au Chien

Suivi climatologique du pierrier du Roc au Chien
publié le 23/01/2017 
Suivi climatologique du pierrier du Roc au Chien Les pierriers représentent un patrimoine naturel d'exception du territoire du Parc Normandie-Maine. Il est le témoin des périodes froides (glaciations) qui se succèdent depuis plus de deux millions d'années sur la Terre.

Dans le cadre des objectifs d'amélioration de connaissances des pierriers et du projet de classement en réserve naturelle régionale, un suivi climatologique a débuté au Roc au Chien en ce début d'année.

Des sondes enregistrant la température et l'humidité ont été disposées en surface et à différentes profondeurs.

 Les objectifs de cette étude sont multiples :

-          Evaluer la fréquence du gel et du dégel, responsable de la fragmentation de la roche et par conséquent de la formation du pierrier. L'étude de ces variations permettra d'appréhender la dynamique actuelle du pierrier : les blocs ont-ils la possibilité de se  fragmenter sous l'action du gel ou non.

-          Acquérir des connaissances sur les variations de températures sur la pente du pierrier pour mettre en évidence un éventuel topo-climat  (circulation d'air chaud vers le haut du pierrier, accumulation d'air froid à la base).

-          Acquérir des connaissances sur l'écologie des bryophytes (mousses) et lichens présents et sur leur répartition sur la pente des pierriers (notamment la concentration à la base du pierrier).

-          Appréhender les variations de température et d'hygrométrie des cavités (existantes entre les blocs), pour : d'une part, mieux connaître les fréquences gel / dégel en profondeur et d'autre part, mieux comprendre la répartition de la biodiversité.

Les sondes devraient rester en place plusieurs années pour assurer un meilleur suivi en fonction des saisons et des années. D'autres enregistreurs seront disposés dans l'avenir sur deux autres pierriers du territoire du Parc.

Outre une meilleure connaissance du climat au sein des pierriers, cette étude contribuera à une meilleure compréhension de l'évolution actuelle des pierriers et alimentera la réflexion sur la gestion à envisager sur ces derniers.


Contact >
Isabelle Aubron, Conservatrice du patrimoine géologique
Partager
Tweet
Google Plus