De nouvelles études pour caractériser les pierriers du Parc

De nouvelles études pour caractériser les pierriers du Parc
publié le 09/06/2017 
De nouvelles études pour caractériser les pierriers du Parc

Sylvain Blondeau réalise des mesures de roches, "mesures granulométriques" à l'aide d'un tamis

Pendant deux mois, Sylvain Blondeau, ingénieur d'étude à l'Université de Poitiers, se joint à Isabelle Aubron, chargée de conservation patrimoine géologique au Parc. Ensemble, ils mèneront des études sur différents sites afin de mieux comprendre les pierriers, ces « éboulis de pierres » emblématiques du territoire.
Comment les pierriers se forment-ils ? Comment expliquer leur présence ? Les pierriers suscitent bien des questions quant à leur origine.

Améliorer la connaissance des pierriers du Parc

Il y a quelques semaines, Isabelle Aubron menait avec l’aide d’une entreprise belge, un travail de prospection géologique afin de connaître notamment la profondeur des pierriers (voir l’article de l’Orne Hebdo sur ce sujet, page 2). Aujourd’hui, il s’agit de caractériser les pierriers : quelle est leur forme, la taille des blocs, le degré de la pente… afin de réaliser une typologie et d’en déceler, si cela est possible, des tendances.

La démarche

Pour commencer, nos deux experts se sont rendus sur le site de Montgommeries afin de valider le protocole à mettre en œuvre. Dans un premier temps, ils déterminent ce qu’on appelle un « transect », c’est-à-dire une ligne en surface, qui longe le pierrier dans le sens de la pente par exemple. Ils sélectionnent ensuite des zones de 1m2 (environ une tous les dix mètres) sur laquelle ils mesureront les roches à l’aide d’un tamis. Pour Sylvain, le pierrier de Montgommeries soulève beaucoup d’interrogations : difficile de comprendre comment ces "cailloux" sont arrivés là.

Sylvain Blondeau réalise actuellement une thèse sur les grands mouvements rocheux dans les Alpes. Après avoir inventorié les spécificités des « cailloux » que l’on trouve sur près de 1400 sites de la région (surface, type de roche…), il a cherché à identifier l’origine de leurs déplacements. A présent, son travail consiste à hiérarchiser ces facteurs.

 


Contact > Isabelle AUBRON, chargée de conservation patrimoine géologique



Partager
Tweet
Google Plus