Chauves-souris et gestion du parasitisme en élevage

Chauves-souris et gestion du parasitisme en élevage
publié le 13/05/2016 
Chauves-souris et gestion du parasitisme en élevage

Le Parc organisait une formation le 12 mai dernier à destination des agriculteurs sur la gestion du parasitisme en élevage, animé par Hubert Hiron vétérinaire du GIE zone verte, grâce à son plan de conservation des chauves-souris.

Mais pourquoi chauves-souris et élevage ne font pas toujours bon ménage ? Le problème vient essentiellement de certaines molécules utilisées comme antiparasitaires. Les plus nocives sont rémanentes dans l'environnement et se retrouvent dans les bouses. Toute la microfaune du sol permettant la dégradation de ces déjections et donc la fertilisation des sols est alors impactée. Or ces coprophages servent aussi en partie de repas à de nombreux animaux dont les chauves-souris à des périodes où leurs besoins en nourriture sont importants (mise bas), c'est la chaîne alimentaire qui est alors rompue.

En proposant des alternatives à ces molécules, Hubert Hiron permettait à chaque éleveur de faire le point sur ses pratiques en rappelant la réglementation en vigueur, les différents cycles parasitaires, les moyens de diagnostics disponibles, le fonctionnement de l'immunité chez les bovins… Changer ses pratiques c'est aussi réduire ses coûts vétérinaires, travailler sur la fertilité des prairies et assurer une meilleure prise en compte la biodiversité dans son élevage.

8 éleveurs étaient présents à cette formation organisée à la salle des associations de Villeneuve-en-Perseigne.

Pour rappel, sur le territoire du Parc 18 espèces de chauves-souris sont présentes. Le Parc travaille à une meilleure connaissance et prise en compte de ces mammifères sur son territoire.

Partager
Tweet
Google Plus