Logo Parc Naturel Régional Normandie Maine & Geoparc
Griffe décorative

Les patrimoines naturels

Le patrimoine naturel du Parc naturel régional Normandie-Maine regorge de richesses. Focus sur quelques milieux emblématiques  :

Forêt des AndainesLes forêts et le bocage

Les crêtes gréseuses, couronnées de forêt, constituent l’ossature du territoire des monts de Normandie-Maine. Chênes, hêtres, pins, épicéas… les essences ne manquent pas et créent des paysages aux allures diverses. Parmi les nombreux massifs du territoire,  la forêt d’Ecouves, la forêt des Andaines, la forêt de Multonne et la forêt de Perseigne, sont les plus étendus. Vous pourrez aisément y flâner et découvrir des espèces (faune et flore) étonnantes.

Le bocage constitue également un élément fort de l’identité du Parc : les haies façonnent les paysages et apportent une faune variée. Parmi elle, la Chevêche d’Athéna, une petite chouette trapue de 20cm qui niche dans les cavités des vieux arbres. Elle apprécie tout particulièrement de se trouver à proximité de cultures et de prairies où elle trouve sa nourriture. 

 

Les zones humides et les cours d'eau

Ligne de hauteurs et de partage des eaux, le territoire du Parc est caractérisé par un important réseau de cours d’eau (plus de 3000 km) qui abritent une biodiversité remarquables :

 

La Mulette perlière

est une moule d’eau douce vivant jusqu’à une centaine d’années. Elle est un formidable indicateur de la qualité des rivières. Avec près de 300 individus, la rivière Sarthon abrite aujourd’hui la dernière population du Parc, la plus importante de Normandie.

Mulette perlière

L’Ecrevisse à pieds blancs 

se caractérise par sa petite taille et son mode de vie nocturne exige la présence de nombreuses caches. Comme la Mulette perlière, elle très sensible à la qualité de l’eau. Seulement 34 tronçons de cours d’eau du territoire du Parc abritent encore cette espèce menacée.

Ecrevisses à pieds blancs
 

Tourbières du bois de goultLes tourbières

Ces milieux sont rares et fragiles. Ils se forment par l’accumulation progressive de matière organique (tourbe) sur parfois plusieurs mètres de hauteur. Année après année, la végétation qui s’accumule crée un sol riche en matière organique peu décomposée. De nombreuses espèces remarquables en dépendent telles que des plantes carnivores comme la Drosera à feuilles rondes et la Grassette du Portugal.

 

Landes de la Corniche de Pail

Les landes

Les landes résultent de la présence d’un sol très pauvre en éléments nutritifs couplée à des pratiques agricoles extensives (pâturage et fauche de la molinie pour la litière). Très abondantes sur le territoire du Parc il y a encore quelques décennies, elles sont aujourd’hui en régression. Ces milieux naturels sont remarquables de part leurs faibles représentativités sur le territoire mais aussi par les espèces emblématiques qu’ils hébergent : Busard Saint-Martin, Engoulevent d’Europe, Decticelle des bruyères, bruyères ciliée ou à quatre angles. Les principaux secteurs où cette végétation peut être observée sont la forêt de la Lande Pourrie, le Mont Souprat, les Alpes Mancelles ou encore les bruyères de la Coudraie.

 

La Vallée du RutinLes coteaux calcaires

À l’est du Parc, sur le Bassin parisien, l’érosion engendrée par les rivières a entaillé les roches calcaires. Il en résulte la formation de vallées bordées de coteaux pentus secs. Les fortes pentes bien exposées au soleil, le substrat calcaire et la gestion pastorale de ces milieux ont permis le développement de pelouses rases. Ces ensembles forment un espace naturel remarquable. Une faune et une flore spécifiques y vivent : Anémone pulsatille, orchidées sauvages, Azurés bleu céleste et bleu nacré.

 

Pierrier de la Vallée de MisèreLes pierriers

Observés sur les versants pentus des lignes de crêtes du territoire, les pierriers sont issus des dernières glaciations, il y a 2 millions d’années. Ils résultent de l’éclatement de la roche sous l’action répétée du gel et du dégel : la gélifraction. Rares en plaine, les pierriers existent çà et là en Europe sur les derniers reliefs de la chaîne hercynienne (ensemble de montagnes formées il y a 400 et 250 millions d’années). Dans l’ouest de la France, les pierriers se concentrent presque exclusivement sur le territoire du Parc dont les plus remarquables se trouvent à la Vallée de Misère et dans les Alpes mancelles.

En poursuivant la navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de fréquentation ainsi que l'utilisation de sessions destinées à améliorer votre navigation sur notre site internet.
Pour paramètrer l'utilisation des cookies sur ce site, cliquez ici. Pour en savoir plus, cliquez ici.
J'accepte