Actualités : Parc Naturel Régional Normandie-Maine http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/ Retrouvez toutes les actualités du Parc naturel régional Normandie-Maine Fri, 15 Oct 2013 13:15:14 +0000 fr-FR daily 1 PARCours ton territoire : 23 écoles retenues pour l'année scolaire 2017-2018 ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/parcours-ton-territoire-23-ecoles-retenues-pour-l-annee-scolaire-2017-2018--281.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Pour la 6ème année consécutive, le Parc accompagne et finance des projets éducatifs à hauteur de 1000€ maximum : le comité de sélection a retenu 23 écoles, ce qui permettra à plus de 900 élèves de bénéficier de PARCours ton territoire.

L'appel à candidature PARCours ton territoire 2017-2018 s'est clôturé le 17 septembre dernier avec pas moins de 50 candidatures reçues (soit 20 % de plus que l'an passé). Le comité de sélection, composé des associations et structures partenaires, d'une représentante de l'Education Nationale et des élus du Parc a eu lieu mardi 26 septembre 2017.

Cette rencontre a permis de dimensionner les modalités d'accompagnement nécessaires pour chaque projet (entre 1 à 4 séances par projet selon l'ambition du projet et le cycle concerné).

Budgétairement, cela représente une enveloppe de 28 000 € que le Parc investira auprès de 22 établissements afin de sensibiliser plus de 900 élèves autour de nombreux thèmes : la culture, l'environnement, l'histoire, la santé…

Voici la liste des candidatures retenues :

- CESDA La Providence , Alençon > 1 projet sur le thème : Forêt de Normandie-Maine. Participation du Parc : 800€

- Collège J.prévert,  Domfront > 3 projets sur le thème : Habitat Durable. Participation du Parc : 2 200€

- Collège J.Ronstand,  Argentan > 2 projets sur le thème : Travail au potager. Participation du Parc : 1 600€

- École élémentaire J.Prévert, la Ferté Macé > 2 projets sur le thème : Forêts de Normandie-Maine. Participation du Parc : 1 000€

- École des Mots Tordus, La Ferrière aux étangs > 2 projets sur le thème : Mines de Fer.  Participation du Parc : 1 800€

- École du Sacré-Cœur, Rives d'Andaines  > 1 projet sur le thème : Travail au potager. Participation du Parc : 600€

- École du Sacré-Cœur, Carrouges > 2 projets sur les thèmes : Forêts de Normandie-Maine et Carnet de voyage au fil de l'eau Participation du Parc 1 600€

- École Henri Schmitt, Villaines la Juhel > 1 projet sur le thème : les 4 saisons au jardin. Participation du Parc 1 000€

- École publique, Sillé le Guillaume > 2 projets sur le thème : Ecole au naturel. Participation du Parc 1 400€

- École maternelle J.Prévert, La Ferté Macé > 3 projets sur le thème De l'argile au pot. Participation du Parc : 330€

- École M. Gérard, Le Mêle-sur-Sarthe > 1 projet sur le thème : Forêt de Normandie-Maine. Participation du Parc : 800€

- École P. Sineux, St Georges de Rouelley > 1 projet sur le thème : Les 4 saisons au jardin. Participation du Parc 1 000€

- École primaire, Essay > 2 projets sur les thèmes : Energies d'hier et d'aujourd'hui et Carnet de voyage au fils de l'eau. Participation du Parc 1 200€

- École primaire, Champsecret > 3 projets sur les thèmes : Forges et mines de Fer du bocage Ornais, Forêt de Normandie-Maine et De l'argile au Pot. Participation du Parc 1 480€

- École primaire, Neuilly-le-Vendin > 2 projets sur les thèmes : Carnet de voyage au fils de l'eau. Participation du Parc 1 000€

- École le Petit Prince, Ecouves > 1 projet sur le thème : Habitat et énergie. Participation du Parc 800€

- École publique, Les rives d'Andaines > 2 projets sur le thème : Travail au potager. Participation du Parc 1 400€

- École publique RPI, St Didier sous-écouves > 3 projets sur les thèmes : La haie bocagère, la mare et la rivière. Participation du Parc 2 200€

- École publique, Assé le Boisne > 3 projets sur les thèmes École au naturel et Forêt de Normandie-Maine. Participation du Parc 1 600€

- École Simone Veil, St-Pierre-des-nids > 3 projets sur le thème Carnet de voyage au fil de l'eau. Participation du Parc 2 000€

- École Yves Duteil, Javron les chapelles > 2 projets sur les thèmes Création d'un potager et les 4 saisons au potager. Participation du Parc 1 600€

- Lycée des Andaines, Le Ferté Macé > 1 projet sur le thème Forges et mines de fer. Participation du Parc 600€

 

]]>
Pour la 6ème année consécutive, le Parc accompagne et finance des projets éducatifs à hauteur de 1000€ maximum : le comité de sélection a retenu 23 écoles, ce qui permettra à plus de 900 élèves de bénéficier de PARCours ton territoire.

L'appel à candidature PARCours ton territoire 2017-2018 s'est clôturé le 17 septembre dernier avec pas moins de 50 candidatures reçues (soit 20 % de plus que l'an passé). Le comité de sélection, composé des associations et structures partenaires, d'une représentante de l'Education Nationale et des élus du Parc a eu lieu mardi 26 septembre 2017.

Cette rencontre a permis de dimensionner les modalités d'accompagnement nécessaires pour chaque projet (entre 1 à 4 séances par projet selon l'ambition du projet et le cycle concerné).

Budgétairement, cela représente une enveloppe de 28 000 € que le Parc investira auprès de 22 établissements afin de sensibiliser plus de 900 élèves autour de nombreux thèmes : la culture, l'environnement, l'histoire, la santé…

Voici la liste des candidatures retenues :

- CESDA La Providence , Alençon > 1 projet sur le thème : Forêt de Normandie-Maine. Participation du Parc : 800€

- Collège J.prévert,  Domfront > 3 projets sur le thème : Habitat Durable. Participation du Parc : 2 200€

- Collège J.Ronstand,  Argentan > 2 projets sur le thème : Travail au potager. Participation du Parc : 1 600€

- École élémentaire J.Prévert, la Ferté Macé > 2 projets sur le thème : Forêts de Normandie-Maine. Participation du Parc : 1 000€

- École des Mots Tordus, La Ferrière aux étangs > 2 projets sur le thème : Mines de Fer.  Participation du Parc : 1 800€

- École du Sacré-Cœur, Rives d'Andaines  > 1 projet sur le thème : Travail au potager. Participation du Parc : 600€

- École du Sacré-Cœur, Carrouges > 2 projets sur les thèmes : Forêts de Normandie-Maine et Carnet de voyage au fil de l'eau Participation du Parc 1 600€

- École Henri Schmitt, Villaines la Juhel > 1 projet sur le thème : les 4 saisons au jardin. Participation du Parc 1 000€

- École publique, Sillé le Guillaume > 2 projets sur le thème : Ecole au naturel. Participation du Parc 1 400€

- École maternelle J.Prévert, La Ferté Macé > 3 projets sur le thème De l'argile au pot. Participation du Parc : 330€

- École M. Gérard, Le Mêle-sur-Sarthe > 1 projet sur le thème : Forêt de Normandie-Maine. Participation du Parc : 800€

- École P. Sineux, St Georges de Rouelley > 1 projet sur le thème : Les 4 saisons au jardin. Participation du Parc 1 000€

- École primaire, Essay > 2 projets sur les thèmes : Energies d'hier et d'aujourd'hui et Carnet de voyage au fils de l'eau. Participation du Parc 1 200€

- École primaire, Champsecret > 3 projets sur les thèmes : Forges et mines de Fer du bocage Ornais, Forêt de Normandie-Maine et De l'argile au Pot. Participation du Parc 1 480€

- École primaire, Neuilly-le-Vendin > 2 projets sur les thèmes : Carnet de voyage au fils de l'eau. Participation du Parc 1 000€

- École le Petit Prince, Ecouves > 1 projet sur le thème : Habitat et énergie. Participation du Parc 800€

- École publique, Les rives d'Andaines > 2 projets sur le thème : Travail au potager. Participation du Parc 1 400€

- École publique RPI, St Didier sous-écouves > 3 projets sur les thèmes : La haie bocagère, la mare et la rivière. Participation du Parc 2 200€

- École publique, Assé le Boisne > 3 projets sur les thèmes École au naturel et Forêt de Normandie-Maine. Participation du Parc 1 600€

- École Simone Veil, St-Pierre-des-nids > 3 projets sur le thème Carnet de voyage au fil de l'eau. Participation du Parc 2 000€

- École Yves Duteil, Javron les chapelles > 2 projets sur les thèmes Création d'un potager et les 4 saisons au potager. Participation du Parc 1 600€

- Lycée des Andaines, Le Ferté Macé > 1 projet sur le thème Forges et mines de fer. Participation du Parc 600€

 

]]>
Les Parcs réunis à Paris du 12 au 15 octobre http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/les-parcs-reunis-a-paris-du-12-au-15-octobre-284.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Les Parcs fêtent leur 50 ans d'existence ! A l'occasion de leur anniversaire et pour la première fois, ils seront réunis à Paris pendant 4 jours : installés dans un village éphémère, ils vous invitent à découvrir leur diversité à travers des marchés, des animations, des expériences...

Pour tous les goûts, pour tous les âges !

Durant 4 jours, le public parisien est invité à venir découvrir la diversité des patrimoines naturels, gastronomiques, artisanaux et culturels des Parcs. Autour d’un grand marché de produits régionaux, ils animeront une centaine d’ateliers, démonstrations et jeux gratuits et ouverts à tous.

Côté Normandie-Maine...

Les passants pourront goûter au Poiré Domfront avant de repartir avec quelques bouteilles... Du calvados et du camembert fermier ou bio seront également en vente sur place.

Nos équipes seront également présentes pour valoriser l'offre touristique du territoire, à cheval sur les départements de l'Orne, de la Sarthe, de la Manche et de la Mayenne. Un atelier sera proposé le samedi matin à 10h, encadré par l'animateur nature du Parc.

]]>
Les Parcs fêtent leur 50 ans d'existence ! A l'occasion de leur anniversaire et pour la première fois, ils seront réunis à Paris pendant 4 jours : installés dans un village éphémère, ils vous invitent à découvrir leur diversité à travers des marchés, des animations, des expériences...

Pour tous les goûts, pour tous les âges !

Durant 4 jours, le public parisien est invité à venir découvrir la diversité des patrimoines naturels, gastronomiques, artisanaux et culturels des Parcs. Autour d’un grand marché de produits régionaux, ils animeront une centaine d’ateliers, démonstrations et jeux gratuits et ouverts à tous.

Côté Normandie-Maine...

Les passants pourront goûter au Poiré Domfront avant de repartir avec quelques bouteilles... Du calvados et du camembert fermier ou bio seront également en vente sur place.

Nos équipes seront également présentes pour valoriser l'offre touristique du territoire, à cheval sur les départements de l'Orne, de la Sarthe, de la Manche et de la Mayenne. Un atelier sera proposé le samedi matin à 10h, encadré par l'animateur nature du Parc.

]]>
Un diagnostic biodiversité sur les forêts d’Écouves et de Bourse http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/un-diagnostic-biodiversite-sur-les-forets-d-ecouves-et-de-bourse-286.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Dans le cadre du Plan de développement de massif d'Écouves et de Bourse, le Parc va démarrer cet automne la réalisation d'une étude basée sur des Indices de la biodiversité potentielle (IBP). Sur chaque propriété étudiée, ce protocole a pour objectif d'évaluer la capacité de la forêt à accueillir la biodiversité et de fournir des conseils pour la favoriser.

Mieux connaître la biodiversité en forêts d'Écouves et de Bourse

Un objectif majeur de la Charte forestière du territoire du Parc repose sur l'amélioration des connaissances sur la biodiversité pour mieux la préserver. Un premier travail de diagnostic sur la faune, la flore et les milieux naturels remarquables a été entrepris en 2016 chez des propriétaires volontaires par le bureau d'étude de Peter Stallegger, missionné par le Parc. Cette connaissance fine du territoire permettra de fournir des conseils de gestion pour mieux préserver ce patrimoine.

Le protocole IBP : mesurer le potentiel d'accueil de biodiversité d'un secteur donné

En complément du diagnostic faune-flore-habitats qui s'intéressait aux espèces et milieux remarquables, une nouvelle phase de terrain va démarrer cet automne et se poursuivra en 2018 pour évaluer le potentiel de biodiversité des forêts par la mise en œuvre de l'IBP.  Sur la base de 10 facteurs liés aux contextes, à la nature des peuplements et leur gestion, cet indice permet d'évaluer la capacité d'accueil des boisements pour la biodiversité.  

L'objectif : proposer des mesures de préservation adaptées

L'IBP et le diagnostic faune-flore-habitats seront restitués aux propriétaires sous la forme de synthèses environnementales afin de leur fournir les éléments importants sur leur propriété et des conseils de gestion adaptés à ce patrimoine. En complément, les propriétaires pourront bénéficier d'un soutien technique de la part du Parc.

Pour le moment, il est prévu de réaliser les IBP sur 1 500 ha de de forêts privées, dont 700 ha ont déjà fait l'objet du diagnostic faune-flore.

Une réunion d'information sur la biodiversité forestière sera organisée prochainement par le Parc et le CRPF à destination des propriétaires forestiers.

]]>
Dans le cadre du Plan de développement de massif d'Écouves et de Bourse, le Parc va démarrer cet automne la réalisation d'une étude basée sur des Indices de la biodiversité potentielle (IBP). Sur chaque propriété étudiée, ce protocole a pour objectif d'évaluer la capacité de la forêt à accueillir la biodiversité et de fournir des conseils pour la favoriser.

Mieux connaître la biodiversité en forêts d'Écouves et de Bourse

Un objectif majeur de la Charte forestière du territoire du Parc repose sur l'amélioration des connaissances sur la biodiversité pour mieux la préserver. Un premier travail de diagnostic sur la faune, la flore et les milieux naturels remarquables a été entrepris en 2016 chez des propriétaires volontaires par le bureau d'étude de Peter Stallegger, missionné par le Parc. Cette connaissance fine du territoire permettra de fournir des conseils de gestion pour mieux préserver ce patrimoine.

Le protocole IBP : mesurer le potentiel d'accueil de biodiversité d'un secteur donné

En complément du diagnostic faune-flore-habitats qui s'intéressait aux espèces et milieux remarquables, une nouvelle phase de terrain va démarrer cet automne et se poursuivra en 2018 pour évaluer le potentiel de biodiversité des forêts par la mise en œuvre de l'IBP.  Sur la base de 10 facteurs liés aux contextes, à la nature des peuplements et leur gestion, cet indice permet d'évaluer la capacité d'accueil des boisements pour la biodiversité.  

L'objectif : proposer des mesures de préservation adaptées

L'IBP et le diagnostic faune-flore-habitats seront restitués aux propriétaires sous la forme de synthèses environnementales afin de leur fournir les éléments importants sur leur propriété et des conseils de gestion adaptés à ce patrimoine. En complément, les propriétaires pourront bénéficier d'un soutien technique de la part du Parc.

Pour le moment, il est prévu de réaliser les IBP sur 1 500 ha de de forêts privées, dont 700 ha ont déjà fait l'objet du diagnostic faune-flore.

Une réunion d'information sur la biodiversité forestière sera organisée prochainement par le Parc et le CRPF à destination des propriétaires forestiers.

]]>
Revitalisons nos centres-bourgs ! Publication des actes du colloque http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/revitalisons-nos-centres-bourgs-publication-des-actes-du-colloque-285.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le 9 mars dernier avait lieu à Carrouges le colloque « Revitalisons nos centres-bourgs ! », rassemblant plus de 150 élus et techniciens du Grand Ouest.

Organisée par le Parc Normandie-Maine, les DDT, les Départements et les CAUE de la Sarthe, de la Mayenne et de l'Orne, cette journée a permis de capitaliser sur les actions menées depuis plus de deux ans sur le territoire, entre conseils méthodologiques et retours d'expériences.

Les démarches de revitalisation à Pré-en-Pail-Saint-Samson et Sillé-le-Guillaume ont été présentées par les élus, mais les participants ont aussi pu s'inspirer des expérimentations en cours en Bretagne, dans la Manche ou encore le Livradois-Forez. Rénovation de logements, réaménagement d'espaces publics, création de boutiques éphémères, développement des mobilités durables : autant de projets qui visent à dynamiser un territoire et à renforcer sa centralité.

Bien souvent facteur de réussite des projets, la participation des habitants a fait l'objet d'une table ronde dédiée, avec l'intervention d'architectes, de sociologues et d'urbanistes.

La synthèse de cette journée et des grandes notions abordées est à retrouver dans les actes du colloque. Par ailleurs, l'ensemble des supports de présentation des intervenants est à retrouver en suivant ce lien.

]]>
Le 9 mars dernier avait lieu à Carrouges le colloque « Revitalisons nos centres-bourgs ! », rassemblant plus de 150 élus et techniciens du Grand Ouest.

Organisée par le Parc Normandie-Maine, les DDT, les Départements et les CAUE de la Sarthe, de la Mayenne et de l'Orne, cette journée a permis de capitaliser sur les actions menées depuis plus de deux ans sur le territoire, entre conseils méthodologiques et retours d'expériences.

Les démarches de revitalisation à Pré-en-Pail-Saint-Samson et Sillé-le-Guillaume ont été présentées par les élus, mais les participants ont aussi pu s'inspirer des expérimentations en cours en Bretagne, dans la Manche ou encore le Livradois-Forez. Rénovation de logements, réaménagement d'espaces publics, création de boutiques éphémères, développement des mobilités durables : autant de projets qui visent à dynamiser un territoire et à renforcer sa centralité.

Bien souvent facteur de réussite des projets, la participation des habitants a fait l'objet d'une table ronde dédiée, avec l'intervention d'architectes, de sociologues et d'urbanistes.

La synthèse de cette journée et des grandes notions abordées est à retrouver dans les actes du colloque. Par ailleurs, l'ensemble des supports de présentation des intervenants est à retrouver en suivant ce lien.

]]>
Aux petits soins de la Maure cet automne http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/aux-petits-soins-de-la-maure-cet-automne-283.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La Maure, représentée en bleu sur la carte (cliquez pour agrandir).

Alors que la rivière « la Maure » présente un potentiel biologique remarquable, le cours aval au sud de la Ferté-Macé manifeste quelques observations décevantes. Les acteurs locaux s'engagent afin d'améliorer son état général.

Un potentiel à revaloriser en aval de la rivière

La rivière « la Maure », principal affluent de la Gourbe, s'étend sur près de 14 km de long. Elle présente un potentiel biologique remarquable : des suivis réalisés mettent en évidence une très bonne reproduction naturelle des truites.     
Cependant, sur le cours aval de la rivière au sud de la Ferté-Macé, les observations sont décevantes : peu d'espèces animales, quasi-absence de truites issues de la reproduction naturelle et température de l'eau trop élevée. Ces résultats apparaissent liés à une artificialisation importante du lit du cours d'eau dans le cadre de la traversée de ville et en aval : sur-largeurs, approfondissements, déficit de granulats grossiers dans le lit, absence de végétation rivulaire…

Le Parc a ainsi proposé la mise en œuvre de différents chantiers sur cette rivière à l'automne 2017 dans le cadre du programme global de restauration de cours d'eau concernant la Vée, la Gourbe et leurs affluents.

Fédération de pêche de l'Orne, pêcheurs et élèves mobilisés pour restaurer la Maure

Plusieurs phases d'actions seront portées afin de diversifier les écoulements et les formes du lit du cours d'eau. Cela permettra d'augmenter la quantité d'abris et de zones de reproduction pour les espèces.

- En partenariat avec la fédération de pêche de l'Orne, des travaux de recharge en granulats (dépôt de matériaux, pierres et graviers) vont être réalisés fin septembre sur des portions de cours d'eau rectilignes et uniformes du point de vue de leurs écoulements.

Préalablement à ces travaux, certaines portions de cours d'eau vont être débarrassées de leurs déchets par un groupe d'élèves du collège Jacques Brel dans le cadre de l'opération « Nettoyons la nature ».

- Des portions de cours d'eau déplacées à des fins d'alimentation d'un moulin vont être restaurées dans leur position initiale en fond de vallée (restauration de méandres). Ce chantier concerne la Maure au lieu-dit « Bois-Robert ».  

- Les pêcheurs de la Fertoise vont procéder à un apport de blocs sur certaines portions de lit où un déficit d'abris pour la faune est observé.

Ces 3 opérations viennent en accompagnement d'autres travaux qui se poursuivent sur la Gourbe et la Maure : entretien de la végétation rivulaire, pose de clôture et aménagement d'abreuvoirs pour les bovins, enlèvement d'encombres dans le lit des cours d'eau.
Ce sont déjà près de 35 000 € qui ont été investis sur cette rivière pour ces différents travaux, qui sont estimés au total à 53 000 €.

]]>
La Maure, représentée en bleu sur la carte (cliquez pour agrandir).

Alors que la rivière « la Maure » présente un potentiel biologique remarquable, le cours aval au sud de la Ferté-Macé manifeste quelques observations décevantes. Les acteurs locaux s'engagent afin d'améliorer son état général.

Un potentiel à revaloriser en aval de la rivière

La rivière « la Maure », principal affluent de la Gourbe, s'étend sur près de 14 km de long. Elle présente un potentiel biologique remarquable : des suivis réalisés mettent en évidence une très bonne reproduction naturelle des truites.     
Cependant, sur le cours aval de la rivière au sud de la Ferté-Macé, les observations sont décevantes : peu d'espèces animales, quasi-absence de truites issues de la reproduction naturelle et température de l'eau trop élevée. Ces résultats apparaissent liés à une artificialisation importante du lit du cours d'eau dans le cadre de la traversée de ville et en aval : sur-largeurs, approfondissements, déficit de granulats grossiers dans le lit, absence de végétation rivulaire…

Le Parc a ainsi proposé la mise en œuvre de différents chantiers sur cette rivière à l'automne 2017 dans le cadre du programme global de restauration de cours d'eau concernant la Vée, la Gourbe et leurs affluents.

Fédération de pêche de l'Orne, pêcheurs et élèves mobilisés pour restaurer la Maure

Plusieurs phases d'actions seront portées afin de diversifier les écoulements et les formes du lit du cours d'eau. Cela permettra d'augmenter la quantité d'abris et de zones de reproduction pour les espèces.

- En partenariat avec la fédération de pêche de l'Orne, des travaux de recharge en granulats (dépôt de matériaux, pierres et graviers) vont être réalisés fin septembre sur des portions de cours d'eau rectilignes et uniformes du point de vue de leurs écoulements.

Préalablement à ces travaux, certaines portions de cours d'eau vont être débarrassées de leurs déchets par un groupe d'élèves du collège Jacques Brel dans le cadre de l'opération « Nettoyons la nature ».

- Des portions de cours d'eau déplacées à des fins d'alimentation d'un moulin vont être restaurées dans leur position initiale en fond de vallée (restauration de méandres). Ce chantier concerne la Maure au lieu-dit « Bois-Robert ».  

- Les pêcheurs de la Fertoise vont procéder à un apport de blocs sur certaines portions de lit où un déficit d'abris pour la faune est observé.

Ces 3 opérations viennent en accompagnement d'autres travaux qui se poursuivent sur la Gourbe et la Maure : entretien de la végétation rivulaire, pose de clôture et aménagement d'abreuvoirs pour les bovins, enlèvement d'encombres dans le lit des cours d'eau.
Ce sont déjà près de 35 000 € qui ont été investis sur cette rivière pour ces différents travaux, qui sont estimés au total à 53 000 €.

]]>
Un guide pratique de l’AVAP des Alpes Mancelles pour vous accompagner dans vos travaux http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/un-guide-pratique-de-l-avap-des-alpes-mancelles-pour-vous-accompagner-dans-vos-travaux-279.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Habitants et entreprises du secteur des Alpes Mancelles, ce guide est fait pour vous ! L'AVAP a pour objectif de protéger et de valoriser le caractère patrimonial du territoire : découvrez dans ce guide pratique les prescriptions architecturales et paysagères qui s'y appliquent.

Qu'est-ce qu'une AVAP ?

Une AVAP est une Aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine : elle a pour objet de promouvoir le patrimoine bâti et les espaces dans le respect du développement durable. Elle est annexée aux plans locaux d'urbanisme (PLU) et vient donner des règles du jeu communes pour un espace remarquable par sa beauté.

Pourquoi un guide pratique ?

Si vous habitez dans le secteur des Alpes Mancelles (qui concerne une partie des communes de Saint-Léonard-des-Bois, Moulins-le-Carbonnel, Saint-Céneri-le-Gérei et Saint-Pierre-des-Nids) et que vous envisagez de faire des travaux, votre projet d'aménagement (construction, démolition, déboisement, transformation ou simple modification d'aspect…) est obligatoirement soumis à l'ABF (Architecte des Bâtiments de France) pour examen.
Ce guide vous permettra de connaître les règles et prescriptions qui s'appliquent au secteur, et de les intégrer dès la conception de votre projet.

Il s'agit d'une aide à la lecture du règlement qui reste le seul document faisant autorité.

]]>
Habitants et entreprises du secteur des Alpes Mancelles, ce guide est fait pour vous ! L'AVAP a pour objectif de protéger et de valoriser le caractère patrimonial du territoire : découvrez dans ce guide pratique les prescriptions architecturales et paysagères qui s'y appliquent.

Qu'est-ce qu'une AVAP ?

Une AVAP est une Aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine : elle a pour objet de promouvoir le patrimoine bâti et les espaces dans le respect du développement durable. Elle est annexée aux plans locaux d'urbanisme (PLU) et vient donner des règles du jeu communes pour un espace remarquable par sa beauté.

Pourquoi un guide pratique ?

Si vous habitez dans le secteur des Alpes Mancelles (qui concerne une partie des communes de Saint-Léonard-des-Bois, Moulins-le-Carbonnel, Saint-Céneri-le-Gérei et Saint-Pierre-des-Nids) et que vous envisagez de faire des travaux, votre projet d'aménagement (construction, démolition, déboisement, transformation ou simple modification d'aspect…) est obligatoirement soumis à l'ABF (Architecte des Bâtiments de France) pour examen.
Ce guide vous permettra de connaître les règles et prescriptions qui s'appliquent au secteur, et de les intégrer dès la conception de votre projet.

Il s'agit d'une aide à la lecture du règlement qui reste le seul document faisant autorité.

]]>
Visite d'Hervé Morin à la Maison du Parc http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/visite-d-herve-morin-a-la-maison-du-parc-282.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

© Jérôme DOINEL - Région Normandie

Le Président de la Région Normandie, Hervé Morin, est venu lundi 28 août pour échanger sur les actions du Parc.

C’est sous un grand soleil que la visite a débuté. Le site et les aménagements de la Maison du Parc ont été présentés : le verger conservatoire, l’espace muséographique, la boutique de produits locaux, la collégiale et sa chapelle classée, le petit jardin médiéval en cours d’élaboration…

Après la découverte des lieux, s’en est suivie une présentation détaillée des projets portés par le Parc en matière de préservation du patrimoine naturel, de gestion des sites Natura 2000 et des forêts, de revitalisation des centres-bourgs, d’entretien et d’aménagements des cours d'eau, d’éducation au territoire, d'agriculture…

Autour de lui et de la Présidente du Parc Maryse Oliveira, Laurent Marting (vice-Président), Michèle Rouveix et Catherine Meunier, conseillères régionales, et Christian Thibouville, maire de Carrouges. Avec une partie de l’équipe du Parc, ils ont ainsi pu échanger sur les actions réalisées et à venir.

 

]]>

© Jérôme DOINEL - Région Normandie

Le Président de la Région Normandie, Hervé Morin, est venu lundi 28 août pour échanger sur les actions du Parc.

C’est sous un grand soleil que la visite a débuté. Le site et les aménagements de la Maison du Parc ont été présentés : le verger conservatoire, l’espace muséographique, la boutique de produits locaux, la collégiale et sa chapelle classée, le petit jardin médiéval en cours d’élaboration…

Après la découverte des lieux, s’en est suivie une présentation détaillée des projets portés par le Parc en matière de préservation du patrimoine naturel, de gestion des sites Natura 2000 et des forêts, de revitalisation des centres-bourgs, d’entretien et d’aménagements des cours d'eau, d’éducation au territoire, d'agriculture…

Autour de lui et de la Présidente du Parc Maryse Oliveira, Laurent Marting (vice-Président), Michèle Rouveix et Catherine Meunier, conseillères régionales, et Christian Thibouville, maire de Carrouges. Avec une partie de l’équipe du Parc, ils ont ainsi pu échanger sur les actions réalisées et à venir.

 

]]>
L’inventaire des arbres favorables au Pique-prune avance ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/l-inventaire-des-arbres-favorables-au-pique-prune-avance--280.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La première phase de terrain, démarrée mi-mai sur le site Natura 2000 « Bocage de la Forêt de Monnaie à Javron-les-Chapelles », s'est terminée mi-août. Elle consistait à repérer les arbres favorables aux insectes se nourrissant de bois mort.

Un bocage réservoir de biodiversité situé entre la Forêt de Monnaie et Javron-les-Chapelles 

Le site Natura 2000, qui s'étend sur 6460 ha de bocage, a la particularité d'être composé d'arbres têtards issus d'une pratique culturale ancienne. Ils constituent des réservoirs de biodiversité et abritent notamment des insectes se nourrissant de bois vieillissant ou décomposé. C'est le cas du Pique-prune, espèce menacée et protégée en France, que l'on retrouve dans les cavités de vieux arbres. Avec le Lucane cerf-volant et le Grand capricorne, ils ont justifié la désignation de ce site, en tant qu'espèces d'intérêt européen.

Qui est concerné par l'inventaire ?

Cette étude a pour objectif de mieux identifier les mesures à mettre en œuvre pour préserver le bocage et ces insectes. Plusieurs actions pourront ensuite être renforcées : tailles de têtards et de haies, valorisation du bois, soutien à l'agriculture bocagère...
Les principaux acteurs concernés sont les 120 exploitations agricoles ayant des prairies ou des cultures sur le site : les deux tiers l'ont accueilli favorablement. Le site étant vaste, une ou deux autres sessions seront nécessaires pour le compléter.

L'inventaire en quelques chiffres

Il s'agissait, dans un premier temps, de repérer les arbres favorables à ces espèces.

- 150 km de haies parcourus, soit presque la moitié des haies hautes bocagères et des alignements d'arbres à prospecter ;

-  12 à 17 % des 7000 arbres inventoriés ont une cavité ;

- Un tiers des haies abrite de jeunes arbres pouvant être taillés en têtard ;

- Parmi les cavités observables à moins de 4 m de haut, seules 13 accueillent des populations de Pique-prune, confirmées par l'observation d'adultes ou de larves, la détection d'une odeur spécifique, et bien d'autres indices ;

- La moitié des haies contiennent des souches de bois favorables au Lucane cerf-volant ;

- En limite d'aire de répartition, quelques indices potentiellement dus au Grand capricorne ne permettent pas de confirmer sa présence pour le moment.

]]>
La première phase de terrain, démarrée mi-mai sur le site Natura 2000 « Bocage de la Forêt de Monnaie à Javron-les-Chapelles », s'est terminée mi-août. Elle consistait à repérer les arbres favorables aux insectes se nourrissant de bois mort.

Un bocage réservoir de biodiversité situé entre la Forêt de Monnaie et Javron-les-Chapelles 

Le site Natura 2000, qui s'étend sur 6460 ha de bocage, a la particularité d'être composé d'arbres têtards issus d'une pratique culturale ancienne. Ils constituent des réservoirs de biodiversité et abritent notamment des insectes se nourrissant de bois vieillissant ou décomposé. C'est le cas du Pique-prune, espèce menacée et protégée en France, que l'on retrouve dans les cavités de vieux arbres. Avec le Lucane cerf-volant et le Grand capricorne, ils ont justifié la désignation de ce site, en tant qu'espèces d'intérêt européen.

Qui est concerné par l'inventaire ?

Cette étude a pour objectif de mieux identifier les mesures à mettre en œuvre pour préserver le bocage et ces insectes. Plusieurs actions pourront ensuite être renforcées : tailles de têtards et de haies, valorisation du bois, soutien à l'agriculture bocagère...
Les principaux acteurs concernés sont les 120 exploitations agricoles ayant des prairies ou des cultures sur le site : les deux tiers l'ont accueilli favorablement. Le site étant vaste, une ou deux autres sessions seront nécessaires pour le compléter.

L'inventaire en quelques chiffres

Il s'agissait, dans un premier temps, de repérer les arbres favorables à ces espèces.

- 150 km de haies parcourus, soit presque la moitié des haies hautes bocagères et des alignements d'arbres à prospecter ;

-  12 à 17 % des 7000 arbres inventoriés ont une cavité ;

- Un tiers des haies abrite de jeunes arbres pouvant être taillés en têtard ;

- Parmi les cavités observables à moins de 4 m de haut, seules 13 accueillent des populations de Pique-prune, confirmées par l'observation d'adultes ou de larves, la détection d'une odeur spécifique, et bien d'autres indices ;

- La moitié des haies contiennent des souches de bois favorables au Lucane cerf-volant ;

- En limite d'aire de répartition, quelques indices potentiellement dus au Grand capricorne ne permettent pas de confirmer sa présence pour le moment.

]]>
Un nouvel aménagement au point info tourisme de la Maison du Parc ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/un-nouvel-amenagement-au-point-info-tourisme-de-la-maison-du-parc--277.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La Maison du Parc renouvelle son point information avec de nouveaux équipements ! Patrimoine, jardins, visites, loisirs, produits locaux, hébergements… le territoire Normandie-Maine n'aura bientôt plus de secrets pour vous !

Une offre touristique globale

La richesse de son point information repose sur la mutualisation de l'ensemble de l'offre touristique du Parc (qui couvre une partie des Régions Normandie et Pays de la Loire, des départements de l'Orne, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Manche sur plus de 130 communes) et au-delà (Suisse Normande, etc).

Avec son nouvel aménagement, ainsi que la présence d'une tablette tactile, cet espace dédié au tourisme valorise une multitude d'informations utiles à l'organisation d'un séjour ou de visites et activités ponctuelles. L'équipe du Parc se tient également à votre disposition et se fera un plaisir de vous renseigner sur les richesses patrimoniales et les paysages remarquables qui font du Parc un territoire d'exception !

L'espace découverte, une porte d'entrée sur Normandie-Maine

Avec sa boutique de produits locaux, l'espace muséographique et son point info tourisme, la Maison du Parc vous invite à découvrir les nombreuses richesses du territoire : ses savoir-faire, sa nature et ses paysages, son patrimoine historique et bâti…
Vous y retrouverez également l'ensemble des manifestations culturelles et sportives ainsi que des grands événements annuels.
Il est ouvert d'avril à fin octobre afin d'accueillir, informer et orienter les touristes de passage, mais aussi, bien sûr, les locaux qui souhaitent redécouvrir leur territoire.

]]>
La Maison du Parc renouvelle son point information avec de nouveaux équipements ! Patrimoine, jardins, visites, loisirs, produits locaux, hébergements… le territoire Normandie-Maine n'aura bientôt plus de secrets pour vous !

Une offre touristique globale

La richesse de son point information repose sur la mutualisation de l'ensemble de l'offre touristique du Parc (qui couvre une partie des Régions Normandie et Pays de la Loire, des départements de l'Orne, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Manche sur plus de 130 communes) et au-delà (Suisse Normande, etc).

Avec son nouvel aménagement, ainsi que la présence d'une tablette tactile, cet espace dédié au tourisme valorise une multitude d'informations utiles à l'organisation d'un séjour ou de visites et activités ponctuelles. L'équipe du Parc se tient également à votre disposition et se fera un plaisir de vous renseigner sur les richesses patrimoniales et les paysages remarquables qui font du Parc un territoire d'exception !

L'espace découverte, une porte d'entrée sur Normandie-Maine

Avec sa boutique de produits locaux, l'espace muséographique et son point info tourisme, la Maison du Parc vous invite à découvrir les nombreuses richesses du territoire : ses savoir-faire, sa nature et ses paysages, son patrimoine historique et bâti…
Vous y retrouverez également l'ensemble des manifestations culturelles et sportives ainsi que des grands événements annuels.
Il est ouvert d'avril à fin octobre afin d'accueillir, informer et orienter les touristes de passage, mais aussi, bien sûr, les locaux qui souhaitent redécouvrir leur territoire.

]]>
Musée du Poiré : une saison touristique prometteuse ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/musee-du-poire-une-saison-touristique-prometteuse--278.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Mardi 1er août, les visiteurs sont venus pique-niquer, se promener, danser au rythme des Jardiniers, qui donnaient un concert le soir même

Pour sa première année complète depuis sa réouverture, le seul Musée de France dédié au Poiré affiche une nette hausse en matière de fréquentation. Un parcours numérique pour découvrir autrement le Musée, des animations pour tous les publics… Son offre variée et son cadre verdoyant en font un site apprécié des visiteurs.

Un Musée sur le Poiré… mais pas que !

En rénovation pendant près de deux ans, le Musée du Poiré a été inauguré en juin 2016 alors qu'il effectuait sa dernière année complète en 2014 sous le nom « Maison de la Pomme et de la Poire ».

En comparaison de cette année de référence, le taux de fréquentation affiche une hausse de 50% au 31 juillet : près de 2500 visiteurs se sont rendus au Musée contre un peu plus de 1500 à la même date en 2014. La scénographie récente, la mise en place d'un parcours numérique et la mise à disposition de tablettes tactiles, la programmation d'animations tous publics (scolaires, enfants, familles…) satisfont aussi bien les visiteurs individuels que les groupes. La qualité paysagère des lieux et la sérénité du site, la qualité de l'accueil et la présence d'une boutique, qui permet d'acheter des produits cidricoles, plaisent particulièrement aux visiteurs.

Certains après-midi et soirées, le Musée accueille des animations ponctuelles qui ne manquent pas de séduire : projection vidéo sur la façade à la nuit tombée (mapping), démonstration d'extraction de miel, concerts…

Prochainement, au Musée du Poiré…

L'offre estivale se poursuit en août avec les P'tits z'ateliers chaque lundi (sur réservation), et des dégustations œnologiques les lundis 7 et 21 août.

]]>
Mardi 1er août, les visiteurs sont venus pique-niquer, se promener, danser au rythme des Jardiniers, qui donnaient un concert le soir même

Pour sa première année complète depuis sa réouverture, le seul Musée de France dédié au Poiré affiche une nette hausse en matière de fréquentation. Un parcours numérique pour découvrir autrement le Musée, des animations pour tous les publics… Son offre variée et son cadre verdoyant en font un site apprécié des visiteurs.

Un Musée sur le Poiré… mais pas que !

En rénovation pendant près de deux ans, le Musée du Poiré a été inauguré en juin 2016 alors qu'il effectuait sa dernière année complète en 2014 sous le nom « Maison de la Pomme et de la Poire ».

En comparaison de cette année de référence, le taux de fréquentation affiche une hausse de 50% au 31 juillet : près de 2500 visiteurs se sont rendus au Musée contre un peu plus de 1500 à la même date en 2014. La scénographie récente, la mise en place d'un parcours numérique et la mise à disposition de tablettes tactiles, la programmation d'animations tous publics (scolaires, enfants, familles…) satisfont aussi bien les visiteurs individuels que les groupes. La qualité paysagère des lieux et la sérénité du site, la qualité de l'accueil et la présence d'une boutique, qui permet d'acheter des produits cidricoles, plaisent particulièrement aux visiteurs.

Certains après-midi et soirées, le Musée accueille des animations ponctuelles qui ne manquent pas de séduire : projection vidéo sur la façade à la nuit tombée (mapping), démonstration d'extraction de miel, concerts…

Prochainement, au Musée du Poiré…

L'offre estivale se poursuit en août avec les P'tits z'ateliers chaque lundi (sur réservation), et des dégustations œnologiques les lundis 7 et 21 août.

]]>
Une étude pour mieux comprendre la formation des pierriers http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/une-etude-pour-mieux-comprendre-la-formation-des-pierriers-276.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Les pierriers sans paroi (à gauche, Montgommeries) seraient plus évolués que les pierriers avec paroi (à droite, Mortainais)

Pendant juin et juillet, une étude a été menée afin de mieux comprendre les pierriers du Parc : comment sont-ils arrivés là ? Pourquoi présentent-ils des aspects et des formes différentes ? Comment l’expliquer ? Nous vous proposons de découvrir les constats et hypothèses sur lesquels elle a débouché.

Inventaire des pierriers : quelques résultats

Pour réaliser cette étude, plusieurs pierriers du Parc ont fait l’objet d’un inventaire : Butte Chaumont, Gorges de Villiers, Montgommeries, Mortainais, Livaie, Bagnoles, Fosse Arthour, Alpes mancelles, Sommières aux étangs en Écouves, Mont en Gérome en Andaines... Il s’agissait d’identifier les principales caractéristiques de ces éboulis en décrivant et en mesurant les blocs constituants les pierriers mais aussi des parois.

Ce premier travail a permis de remarquer des tendances différentes selon que les pierriers soient avec ou sans paroi. Les résultats granulométriques (mesures des roches) ont permis d’émettre l’hypothèse que les pierriers sans paroi sont composés de cailloux plus petits (entre 10 et 50 cm de plus grande longueur) alors que les pierriers avec paroi sont plus grands (plus de 50cm).

La mise en place des pierriers : 4 grandes étapes

Et si la paroi des pierriers disparaissait avec le temps ?  Les Gorges de Villiers, la Vallée de Misère ou encore les pierriers de Montgommeries n’ont pas de paroi : cela indiquerait que ces pierriers sont  plus « évolués » que d'autres.

Les études ont permis d’émettre l’hypothèse que l’évolution de la forme et de la taille des pierriers est directement liée aux dynamiques de la paroi. Plusieurs phénomènes et constats ont été mis en relation : un pierrier à paroi présente des blocs de plus grosse taille qu’un pierrier sans paroi. Cette dernière évolue avec le temps (sa hauteur diminue et la taille des fractures augmentent, d’où la présence de blocs de petite taille).

À chaque étape, les blocs de pierriers peuvent suivre des mouvements différents : ils se brisent, se détachent, glissent…
Voici ces 4 étapes avec, pour chacune d’elle, un exemple de transformation :
1. « Les parois vives »
Exemple : des éboulis (Fosse Arthour)
2. Les « parois en déliquescence »
Exemple : les pierres forment un gradin ou des marches (Gorges de Villiers)
3. Les « Parois en déliquescence avancée »
Exemple : on constate une forme en dent de scie (Livaie ou butte Chaumont)
4. Les « parois inexistantes »
Exemple : Gorges de Villiers, Vallée de Misère ou Montgommeries

Mais aussi, autour de l'étude...

L’objet de cette étude n’est pas de questionner l’activité des pierriers, c’est-à-dire de chercher à savoir s’ils sont amenés à se transformer et dans quel laps de temps.

Elle a cependant permis de remarquer que la surface des pierriers sur les massifs de Grès armoricain est plus importante que ce qu’ils laissent apparaître : en effet, ils se poursuivent souvent sous la forêt. C’est le cas en forêt d’Andaines ou d’Ecouves.

Les processus de mise en place des pierriers du Parc peuvent s’assimiler à ce qui se passe sous de plus hautes latitudes, et à des altitudes un peu plus élevées où les pierriers sont actifs. C’est le cas par exemple en Irlande du Nord, dans le Donegal, où des formes s’apparentent à ce que l’on peut observer dans les Gorges de Villiers.

]]>

Les pierriers sans paroi (à gauche, Montgommeries) seraient plus évolués que les pierriers avec paroi (à droite, Mortainais)

Pendant juin et juillet, une étude a été menée afin de mieux comprendre les pierriers du Parc : comment sont-ils arrivés là ? Pourquoi présentent-ils des aspects et des formes différentes ? Comment l’expliquer ? Nous vous proposons de découvrir les constats et hypothèses sur lesquels elle a débouché.

Inventaire des pierriers : quelques résultats

Pour réaliser cette étude, plusieurs pierriers du Parc ont fait l’objet d’un inventaire : Butte Chaumont, Gorges de Villiers, Montgommeries, Mortainais, Livaie, Bagnoles, Fosse Arthour, Alpes mancelles, Sommières aux étangs en Écouves, Mont en Gérome en Andaines... Il s’agissait d’identifier les principales caractéristiques de ces éboulis en décrivant et en mesurant les blocs constituants les pierriers mais aussi des parois.

Ce premier travail a permis de remarquer des tendances différentes selon que les pierriers soient avec ou sans paroi. Les résultats granulométriques (mesures des roches) ont permis d’émettre l’hypothèse que les pierriers sans paroi sont composés de cailloux plus petits (entre 10 et 50 cm de plus grande longueur) alors que les pierriers avec paroi sont plus grands (plus de 50cm).

La mise en place des pierriers : 4 grandes étapes

Et si la paroi des pierriers disparaissait avec le temps ?  Les Gorges de Villiers, la Vallée de Misère ou encore les pierriers de Montgommeries n’ont pas de paroi : cela indiquerait que ces pierriers sont  plus « évolués » que d'autres.

Les études ont permis d’émettre l’hypothèse que l’évolution de la forme et de la taille des pierriers est directement liée aux dynamiques de la paroi. Plusieurs phénomènes et constats ont été mis en relation : un pierrier à paroi présente des blocs de plus grosse taille qu’un pierrier sans paroi. Cette dernière évolue avec le temps (sa hauteur diminue et la taille des fractures augmentent, d’où la présence de blocs de petite taille).

À chaque étape, les blocs de pierriers peuvent suivre des mouvements différents : ils se brisent, se détachent, glissent…
Voici ces 4 étapes avec, pour chacune d’elle, un exemple de transformation :
1. « Les parois vives »
Exemple : des éboulis (Fosse Arthour)
2. Les « parois en déliquescence »
Exemple : les pierres forment un gradin ou des marches (Gorges de Villiers)
3. Les « Parois en déliquescence avancée »
Exemple : on constate une forme en dent de scie (Livaie ou butte Chaumont)
4. Les « parois inexistantes »
Exemple : Gorges de Villiers, Vallée de Misère ou Montgommeries

Mais aussi, autour de l'étude...

L’objet de cette étude n’est pas de questionner l’activité des pierriers, c’est-à-dire de chercher à savoir s’ils sont amenés à se transformer et dans quel laps de temps.

Elle a cependant permis de remarquer que la surface des pierriers sur les massifs de Grès armoricain est plus importante que ce qu’ils laissent apparaître : en effet, ils se poursuivent souvent sous la forêt. C’est le cas en forêt d’Andaines ou d’Ecouves.

Les processus de mise en place des pierriers du Parc peuvent s’assimiler à ce qui se passe sous de plus hautes latitudes, et à des altitudes un peu plus élevées où les pierriers sont actifs. C’est le cas par exemple en Irlande du Nord, dans le Donegal, où des formes s’apparentent à ce que l’on peut observer dans les Gorges de Villiers.

]]>
Revitalisation des centres-bourgs : Ambrières-les-Vallées entre dans la danse ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/revitalisation-des-centres-bourgs-ambrieres-les-vallees-entre-dans-la-danse--275.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Après Pré-en-Pail-Saint-Samson et Sillé-le-Guillaume, c’est au tour d’Ambrières-les-Vallées d’être accompagnée par le Parc pour la revitalisation de son centre-bourg.

Un nouvel élan pour la dynamisation de la commune

Ambrières-les-Vallées a déjà engagé depuis quelques années la réflexion pour redynamiser son centre-bourg. Des travaux de réaménagement des espaces publics et de la voirie sont d’ailleurs en cours, permettant d’améliorer le cadre de vie et l’accessibilité.
Il s’agit désormais d’animer la démarche en l’axant sur l’habitat, l’économie de proximité et l’attractivité du territoire, en fédérant les habitants, les commerçants et les partenaires locaux autour de ce projet.

De nouvelles actions à venir

Les expérimentations menées par le Parc sur les deux premières communes (Pré-en-Pail-Saint-Samson et Sillé-le-Guillaume) ont permis d’identifier des outils qui pourront être adaptés et mis en œuvre à Ambrières-les-Vallées, en lien étroit avec les élus et services municipaux. Parmi eux : ouverture d’un atelier du centre-bourg, création d’une boutique éphémère, aide à la rénovation des façades…
Des projets nouveaux pourront aussi être testés, comme la réflexion sur le coworking en milieu rural ou encore l’élaboration participative d’un guide de découverte de la commune.

Cet accompagnement durera douze mois : un temps très court pour impulser une démarche qui se poursuivra pendant plusieurs années.

Premier rendez-vous à destination du public : un stand sera tenu le dimanche 10 septembre 2017, de 13h à 18h, lors de la fête communale. Entre deux descentes de tyrolienne, venez partager vos idées pour revitaliser le centre-bourg grâce à la cartographie participative !

Quelques chiffres :

En 2014, on recensait 11,4% de vacance au sein du parc de logements amboriverain, en hausse constante depuis les années 1960.  L’évolution démographique est négative depuis la fin des années 1990 (-135 habitants), principalement à cause d'un solde naturel déficitaire.

]]>
Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

Après Pré-en-Pail-Saint-Samson et Sillé-le-Guillaume, c’est au tour d’Ambrières-les-Vallées d’être accompagnée par le Parc pour la revitalisation de son centre-bourg.

Un nouvel élan pour la dynamisation de la commune

Ambrières-les-Vallées a déjà engagé depuis quelques années la réflexion pour redynamiser son centre-bourg. Des travaux de réaménagement des espaces publics et de la voirie sont d’ailleurs en cours, permettant d’améliorer le cadre de vie et l’accessibilité.
Il s’agit désormais d’animer la démarche en l’axant sur l’habitat, l’économie de proximité et l’attractivité du territoire, en fédérant les habitants, les commerçants et les partenaires locaux autour de ce projet.

De nouvelles actions à venir

Les expérimentations menées par le Parc sur les deux premières communes (Pré-en-Pail-Saint-Samson et Sillé-le-Guillaume) ont permis d’identifier des outils qui pourront être adaptés et mis en œuvre à Ambrières-les-Vallées, en lien étroit avec les élus et services municipaux. Parmi eux : ouverture d’un atelier du centre-bourg, création d’une boutique éphémère, aide à la rénovation des façades…
Des projets nouveaux pourront aussi être testés, comme la réflexion sur le coworking en milieu rural ou encore l’élaboration participative d’un guide de découverte de la commune.

Cet accompagnement durera douze mois : un temps très court pour impulser une démarche qui se poursuivra pendant plusieurs années.

Premier rendez-vous à destination du public : un stand sera tenu le dimanche 10 septembre 2017, de 13h à 18h, lors de la fête communale. Entre deux descentes de tyrolienne, venez partager vos idées pour revitaliser le centre-bourg grâce à la cartographie participative !

Quelques chiffres :

En 2014, on recensait 11,4% de vacance au sein du parc de logements amboriverain, en hausse constante depuis les années 1960.  L’évolution démographique est négative depuis la fin des années 1990 (-135 habitants), principalement à cause d'un solde naturel déficitaire.

]]>
Rencontre entre acteurs normands de l'éducation à la nature http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/rencontre-entre-acteurs-normands-de-l-education-a-la-nature--274.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le 7 Juillet, à Carrouges, le Collectif "Eduquer à la Nature"en Normandie et le Parc naturel régional Normandie-Maine avaient invité les acteurs de l'éducation à la nature à se retrouver.

Une trentaine d'acteurs venant des 5 départements de la Normandie ont été reçus sous un beau soleil à la Maison du Parc à Carrouges, dans l'Orne. L'important était déjà de faire connaissance entre les ex-hauts-normands et bas-normands : pour cela, rien de mieux que des échanges de pratique pour découvrir les actions des uns et des autres.

Partage d'expérience autour de projets d'éducation à la nature

12 structures différentes ont présenté une action réalisée dans le champ de l'éducation à la nature. Parmi ces actions : l'accompagnement d'établissements scolaires dans l'installation de coins nature, l'éveil à la nature des tout-petits, le projet découverte des marais "Oradérozo" des Boucles de la Seine normande, une activité "des enfants dans les bois" lors de laquelle ces derniers sont amenés à découvrir par eux-mêmes et librement la nature, des projets de médiation autour de Natura 2000 en Normandie-Maine avec la réalisation de BD et de films…

Réfléchir ensemble à la mise en œuvre du Plan régional d'éducation à la nature

En fin de journée, les participants ont travaillé sur l'avenir du Collectif "Éduquer à la Nature". Structuré uniquement en ex-Haute-Normandie, le Collectif s'étend désormais sur 5 départements. Il s'agit donc de retravailler le Plan régional d'éducation à la nature avec les nouvelles parties prenantes.

Quatre ateliers ont été proposés aux participants :

- Comment générer et entretenir une dynamique entre acteurs de l'éducation à la nature sur la Normandie ?
- Comment faire évoluer le Plan régional d'actions ?
- Comment promouvoir l'éducation à la nature ?
- Comment valoriser les actions réalisées ?

Le cœur du réseau du collectif  (dont le Parc fait partie) doit désormais s'emparer de ces réflexions et propositions. L'objectif est de commencer à rédiger le Plan régional d'actions de l'éducation à la nature en Normandie et de proposer une méthode de travail participative afin de faire valoir les idées de l'ensemble des acteurs.

 

]]>
Le 7 Juillet, à Carrouges, le Collectif "Eduquer à la Nature"en Normandie et le Parc naturel régional Normandie-Maine avaient invité les acteurs de l'éducation à la nature à se retrouver.

Une trentaine d'acteurs venant des 5 départements de la Normandie ont été reçus sous un beau soleil à la Maison du Parc à Carrouges, dans l'Orne. L'important était déjà de faire connaissance entre les ex-hauts-normands et bas-normands : pour cela, rien de mieux que des échanges de pratique pour découvrir les actions des uns et des autres.

Partage d'expérience autour de projets d'éducation à la nature

12 structures différentes ont présenté une action réalisée dans le champ de l'éducation à la nature. Parmi ces actions : l'accompagnement d'établissements scolaires dans l'installation de coins nature, l'éveil à la nature des tout-petits, le projet découverte des marais "Oradérozo" des Boucles de la Seine normande, une activité "des enfants dans les bois" lors de laquelle ces derniers sont amenés à découvrir par eux-mêmes et librement la nature, des projets de médiation autour de Natura 2000 en Normandie-Maine avec la réalisation de BD et de films…

Réfléchir ensemble à la mise en œuvre du Plan régional d'éducation à la nature

En fin de journée, les participants ont travaillé sur l'avenir du Collectif "Éduquer à la Nature". Structuré uniquement en ex-Haute-Normandie, le Collectif s'étend désormais sur 5 départements. Il s'agit donc de retravailler le Plan régional d'éducation à la nature avec les nouvelles parties prenantes.

Quatre ateliers ont été proposés aux participants :

- Comment générer et entretenir une dynamique entre acteurs de l'éducation à la nature sur la Normandie ?
- Comment faire évoluer le Plan régional d'actions ?
- Comment promouvoir l'éducation à la nature ?
- Comment valoriser les actions réalisées ?

Le cœur du réseau du collectif  (dont le Parc fait partie) doit désormais s'emparer de ces réflexions et propositions. L'objectif est de commencer à rédiger le Plan régional d'actions de l'éducation à la nature en Normandie et de proposer une méthode de travail participative afin de faire valoir les idées de l'ensemble des acteurs.

 

]]>
Mortain - Domfront, une nature grès d’union http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/mortain-domfront-une-nature-gres-d-union-273.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

© CEN Basse-Normandie

Le projet, porté par le Parc et le Conservatoire d'espaces naturels (CEN) de Basse-Normandie, vient d'être lancé et se poursuivra jusque mars 2019. Il concerne 10 communes de la Manche et de l'Orne. Préservation et valorisation du patrimoine naturel font cause commune !

Une barre de grès structurante du territoire

De Mortain à Champsecret, en passant par Barenton, Saint-Georges-de-Rouelley ou encore Domfront-en-Poiraie, se dessine un territoire qui présente des similitudes paysagères : landes, pierriers, affleurements rocheux. On y trouve également des espèces rares (chauves-souris, écrevisse à pieds blancs…). Cette unité patrimoniale provient de la barre de grès, qui structure le territoire.

Préservation du patrimoine : des dispositifs pour sensibiliser et agir

Des animations pour découvrir le territoire, des photos grands formats et vues du ciel, des cartes postales, des clips vidéos… plusieurs actions permettront de montrer la richesse du patrimoine. Le Parc et le CEN entendent ainsi sensibiliser les acteurs locaux à la préservation des espèces et habitats par une approche originale et ludique, qui repose sur la concertation. Un suivi des espèces et la description de leur habitat, afin de mieux les connaître, sera mené. Des projets de restauration de milieux naturels et une aide à la gestion du patrimoine seront proposés aux propriétaires.


« Mortain-Domfront, une nature Grès d'Union »
intervient dans le cadre d'un appel à projet « Coopération » lancé par la Région Normandie, qui le finance.
logo-region-normandie-rvb_1.jpg

]]>
© CEN Basse-Normandie

Le projet, porté par le Parc et le Conservatoire d'espaces naturels (CEN) de Basse-Normandie, vient d'être lancé et se poursuivra jusque mars 2019. Il concerne 10 communes de la Manche et de l'Orne. Préservation et valorisation du patrimoine naturel font cause commune !

Une barre de grès structurante du territoire

De Mortain à Champsecret, en passant par Barenton, Saint-Georges-de-Rouelley ou encore Domfront-en-Poiraie, se dessine un territoire qui présente des similitudes paysagères : landes, pierriers, affleurements rocheux. On y trouve également des espèces rares (chauves-souris, écrevisse à pieds blancs…). Cette unité patrimoniale provient de la barre de grès, qui structure le territoire.

Préservation du patrimoine : des dispositifs pour sensibiliser et agir

Des animations pour découvrir le territoire, des photos grands formats et vues du ciel, des cartes postales, des clips vidéos… plusieurs actions permettront de montrer la richesse du patrimoine. Le Parc et le CEN entendent ainsi sensibiliser les acteurs locaux à la préservation des espèces et habitats par une approche originale et ludique, qui repose sur la concertation. Un suivi des espèces et la description de leur habitat, afin de mieux les connaître, sera mené. Des projets de restauration de milieux naturels et une aide à la gestion du patrimoine seront proposés aux propriétaires.


« Mortain-Domfront, une nature Grès d'Union »
intervient dans le cadre d'un appel à projet « Coopération » lancé par la Région Normandie, qui le finance.
logo-region-normandie-rvb_1.jpg

]]>
Contrat nature : les actions en cours pour la restauration du bocage http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/contrat-nature-les-actions-en-cours-pour-la-restauration-du-bocage-272.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Restitution du diagnostic bocager du 26 avril 2017

Dans le cadre du Contrat nature - entre les Alpes Mancelles et la forêt de Sillé- le Parc anime et accompagne 13 communes dans la restauration du bocage et des mares. Cet outil, financé par la Région des Pays de la Loire, permet aux communes et à ses habitants de bénéficier d'aides pour différents projets. Tour d'horizon des dispositifs proposés.

Diagnostics bocagers : les restitutions se terminent

Étape clé dans la restauration du bocage, le diagnostic bocager est un état des lieux des haies qui permet de cibler les actions et d'engager un dialogue avec le monde agricole. Il se décline par un travail de terrain réalisé par la Chambre d'agriculture de la Sarthe. 10 des 13 communes ont donné leur accord pour la réalisation de ce diagnostic.
La réunion de restitution des communes d'Assé-le-Boisne, Douillet-le-Joly et de Sougé-le Ganelon s'est tenue le 26 avril en présence de nombreux agriculteurs. La suivante, pour les communes de Saint-Georges-le-Gaultier, Saint-Léonard-des-Bois, et Saint-Paul-le-Gaultier a eu lieu le 27 juin. La restitution du dernier diagnostic, qui concerne les communes de Montreuil-le-Chétif, Mont-Saint-Jean, Pezé-le-Robert et Saint-Aubin-de-Locquenay se fera le 19 juillet.

Vous pourrez retrouver prochainement dans vos mairies le rapport de l'étude et la cartographie.

Plantation de haies et d'arbres isolés : 4 kilomètres seront plantés en novembre

Un accompagnement technique et financier pour la plantation de haies bocagères est également proposé. L'aide financière est de 80%, il reste à charge du bénéficiaire 2€/ml sur la base du coût d'une plantation de 10€/ml. 8 exploitants agricoles ont montré leur intérêt pour ce dispositif : l'objectif est de planter 7 km de haie.

Les candidatures sont closes depuis fin juin

Plans de gestion durable du bocage : encore un mois pour candidater

Le plan de gestion durable du bocage permet de réfléchir avec le volontaire ou l'exploitant sur une gestion globale des haies sur 10 à 15 ans, tout en pérennisant les fonctions bénéfiques des haies.

Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 31 juillet 2017, pour un plan de gestion réalisé entre la fin de l'été et le début de l'automne.

]]>
Restitution du diagnostic bocager du 26 avril 2017

Dans le cadre du Contrat nature - entre les Alpes Mancelles et la forêt de Sillé- le Parc anime et accompagne 13 communes dans la restauration du bocage et des mares. Cet outil, financé par la Région des Pays de la Loire, permet aux communes et à ses habitants de bénéficier d'aides pour différents projets. Tour d'horizon des dispositifs proposés.

Diagnostics bocagers : les restitutions se terminent

Étape clé dans la restauration du bocage, le diagnostic bocager est un état des lieux des haies qui permet de cibler les actions et d'engager un dialogue avec le monde agricole. Il se décline par un travail de terrain réalisé par la Chambre d'agriculture de la Sarthe. 10 des 13 communes ont donné leur accord pour la réalisation de ce diagnostic.
La réunion de restitution des communes d'Assé-le-Boisne, Douillet-le-Joly et de Sougé-le Ganelon s'est tenue le 26 avril en présence de nombreux agriculteurs. La suivante, pour les communes de Saint-Georges-le-Gaultier, Saint-Léonard-des-Bois, et Saint-Paul-le-Gaultier a eu lieu le 27 juin. La restitution du dernier diagnostic, qui concerne les communes de Montreuil-le-Chétif, Mont-Saint-Jean, Pezé-le-Robert et Saint-Aubin-de-Locquenay se fera le 19 juillet.

Vous pourrez retrouver prochainement dans vos mairies le rapport de l'étude et la cartographie.

Plantation de haies et d'arbres isolés : 4 kilomètres seront plantés en novembre

Un accompagnement technique et financier pour la plantation de haies bocagères est également proposé. L'aide financière est de 80%, il reste à charge du bénéficiaire 2€/ml sur la base du coût d'une plantation de 10€/ml. 8 exploitants agricoles ont montré leur intérêt pour ce dispositif : l'objectif est de planter 7 km de haie.

Les candidatures sont closes depuis fin juin

Plans de gestion durable du bocage : encore un mois pour candidater

Le plan de gestion durable du bocage permet de réfléchir avec le volontaire ou l'exploitant sur une gestion globale des haies sur 10 à 15 ans, tout en pérennisant les fonctions bénéfiques des haies.

Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 31 juillet 2017, pour un plan de gestion réalisé entre la fin de l'été et le début de l'automne.

]]>
Hors-série Partir en France : les Parcs naturels régionaux à l’honneur ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/hors-serie-partir-en-france-les-parcs-naturels-regionaux-a-l-honneur--270.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Avec la complicité des Parcs et pour célébrer les 50 ans de leur création, l'éditeur a retenu 108 merveilles – c'est-à-dire au moins deux par Parc -, lointaines (au-delà des côtes) ou plus proches.

De nombreuses photos illustrent un magnifique tour de France qui nous mène « des côtes de la mer d'Iroise aux volcans d'Auvergne, des plateaux du Vercors à la forêt amazonienne de Guyane, de la Provence du Luberon aux vignes de Champagne, des montagnes pyrénéennes au marais Poitevin ou encore des dunes de la Camargue aux rives de la Loire. Autant de paysages, de patrimoines, d'histoires, de traditions, et surtout autant de femmes et d'hommes qui font de la France le plus beau pays du monde », dixit l'accroche de ce magazine.

Côté Normandie-Maine, vous pourrez découvrir l'un des plus beaux villages de France, riche de son histoire et de ses paysages, ainsi qu'une tradition qui se cultive : les vergers de pommes et de poires et leurs produits.

Disponible depuis le 28 juin dernier et pendant tout l'été, partout en France chez les marchands de journaux.

]]>
Avec la complicité des Parcs et pour célébrer les 50 ans de leur création, l'éditeur a retenu 108 merveilles – c'est-à-dire au moins deux par Parc -, lointaines (au-delà des côtes) ou plus proches.

De nombreuses photos illustrent un magnifique tour de France qui nous mène « des côtes de la mer d'Iroise aux volcans d'Auvergne, des plateaux du Vercors à la forêt amazonienne de Guyane, de la Provence du Luberon aux vignes de Champagne, des montagnes pyrénéennes au marais Poitevin ou encore des dunes de la Camargue aux rives de la Loire. Autant de paysages, de patrimoines, d'histoires, de traditions, et surtout autant de femmes et d'hommes qui font de la France le plus beau pays du monde », dixit l'accroche de ce magazine.

Côté Normandie-Maine, vous pourrez découvrir l'un des plus beaux villages de France, riche de son histoire et de ses paysages, ainsi qu'une tradition qui se cultive : les vergers de pommes et de poires et leurs produits.

Disponible depuis le 28 juin dernier et pendant tout l'été, partout en France chez les marchands de journaux.

]]>
Des élèves de la Roche-Mabile ont lâché près de 500 mulettes dans le Sarthon ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/des-eleves-de-la-roche-mabile-ont-lache-pres-de-500-mulettes-dans-le-sarthon--269.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Mercredi 28 juin, des élèves de CM1 et de CM2 de l'école primaire de la Roche-Mabile ont libéré des jeunes mulettes perlières âgées de 3 ans dans la rivière du Sarthon. Moules d'eau douce menacées de disparition, elles font l'objet depuis 2010 d'un programme européen de sauvegarde des espèces protégées. Cette action, portée par des enfants, vient concrétiser 6 ans de recherche et d'expérimentations menées notamment par le Parc.

Un grand jour pour la mulette !

Les 46 élèves étaient attendus à 10h, non loin du Sarthon, pour procéder au lâcher. La Présidente du Parc, Maryse Oliveira, le maire de la Roche-Mabile Michel Genois et plusieurs élus du bassin versant étaient présents lors de ce moment fort. Après une introduction de Madame Oliveira et de Benjamin Beaufils, chargé de mission Natura 2000 au Parc, les élèves se sont séparés en deux groupes. Dans un premier temps et par binômes, les CM2 ont procédé au lâcher tandis que les CM1 participaient à un atelier dessin : il s'agissait d'imaginer la rivière idéale. Puis, les classes ont inversé leurs activités. Les élus ont eux aussi mis les pieds dans l'eau afin de déposer quelques mulettes dans leur milieu naturel.
Pour clôturer la matinée, et pour qu'ils se souviennent qu'en ce jour de juin, ils ont contribué à la sauvegarde de cette espèce menacée de disparition, les enfants se sont vus remettre un diplôme d' « ambassadeur de la mulette ».

Des partenaires réunis autour d'un même objectif : développer de véritables
« rivières vivantes »

La Mulette perlière est ce qu'on appelle une « espèce parapluie » : en la protégeant, c'est tout un écosystème que l'on tend à sauvegarder. Elle a fait l'objet d'un programme de préservation LIFE+ (L'Instrument Financier pour l'Environnement). Aujourd'hui, un Plan national d'action autour de l'espèce est mis en œuvre. 6 rivières, 3 en Bretagne et 3 en Normandie, sont concernées.
Les actions sont coordonnées par l'association Bretagne vivante ainsi que le CPIE des collines normandes. Le Parc, qui intervient sur le Sarthon (site Natura 2000 Vallée du Sarthon et ses affluents), agit pour améliorer la connaissance de la Mulette perlière et favoriser la présence d'un environnement propice à sa reproduction et survie, notamment la récolte de larves et leur mise en élevage.

Après 6 années au chevet de ces précieuses mulettes, c'est maintenant au Sarthon de prendre en charge nos petites protégées. Cette première en appellera d'autres dès l'an prochain.

 Regarder le reportage France 3 à ce sujet :

]]>
Mercredi 28 juin, des élèves de CM1 et de CM2 de l'école primaire de la Roche-Mabile ont libéré des jeunes mulettes perlières âgées de 3 ans dans la rivière du Sarthon. Moules d'eau douce menacées de disparition, elles font l'objet depuis 2010 d'un programme européen de sauvegarde des espèces protégées. Cette action, portée par des enfants, vient concrétiser 6 ans de recherche et d'expérimentations menées notamment par le Parc.

Un grand jour pour la mulette !

Les 46 élèves étaient attendus à 10h, non loin du Sarthon, pour procéder au lâcher. La Présidente du Parc, Maryse Oliveira, le maire de la Roche-Mabile Michel Genois et plusieurs élus du bassin versant étaient présents lors de ce moment fort. Après une introduction de Madame Oliveira et de Benjamin Beaufils, chargé de mission Natura 2000 au Parc, les élèves se sont séparés en deux groupes. Dans un premier temps et par binômes, les CM2 ont procédé au lâcher tandis que les CM1 participaient à un atelier dessin : il s'agissait d'imaginer la rivière idéale. Puis, les classes ont inversé leurs activités. Les élus ont eux aussi mis les pieds dans l'eau afin de déposer quelques mulettes dans leur milieu naturel.
Pour clôturer la matinée, et pour qu'ils se souviennent qu'en ce jour de juin, ils ont contribué à la sauvegarde de cette espèce menacée de disparition, les enfants se sont vus remettre un diplôme d' « ambassadeur de la mulette ».

Des partenaires réunis autour d'un même objectif : développer de véritables
« rivières vivantes »

La Mulette perlière est ce qu'on appelle une « espèce parapluie » : en la protégeant, c'est tout un écosystème que l'on tend à sauvegarder. Elle a fait l'objet d'un programme de préservation LIFE+ (L'Instrument Financier pour l'Environnement). Aujourd'hui, un Plan national d'action autour de l'espèce est mis en œuvre. 6 rivières, 3 en Bretagne et 3 en Normandie, sont concernées.
Les actions sont coordonnées par l'association Bretagne vivante ainsi que le CPIE des collines normandes. Le Parc, qui intervient sur le Sarthon (site Natura 2000 Vallée du Sarthon et ses affluents), agit pour améliorer la connaissance de la Mulette perlière et favoriser la présence d'un environnement propice à sa reproduction et survie, notamment la récolte de larves et leur mise en élevage.

Après 6 années au chevet de ces précieuses mulettes, c'est maintenant au Sarthon de prendre en charge nos petites protégées. Cette première en appellera d'autres dès l'an prochain.

 Regarder le reportage France 3 à ce sujet :

]]>
Périodes de fortes chaleurs : l’équilibre naturel des cours d’eau perturbé http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/periodes-de-fortes-chaleurs-l-equilibre-naturel-des-cours-d-eau-perturbe-271.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Phénomène d'eutrophisation provoqué par un plus grand ensoleillement et l'augmentation des températures de l'eau

Les cours d'eau des bassins Vée et Gourbe, de par leur situation en tête de bassin versant, se caractérisent naturellement par des eaux fraîches et bien oxygénées.
Ces conditions sont favorables à l'existence d'une faune patrimoniale remarquable : populations naturelles de truites fario, chabots, lamproies de planer.
Mais, en période estivale, les variations de température de ces cours d'eau sont particulièrement importantes : quels sont les risques, et comment les limiter ?

Certains aménagements rendent les cours d'eau plus vulnérables

Les suivis menés ponctuellement par le Parc durant ces dernières années ont montré que certains aménagements (création de retenue d'eau, travaux entraînant la suppression de la végétation…) avaient un impact sur les caractéristiques naturelles des eaux.

En période estivale, ce constat est particulièrement visible : sur certains sites, la température de l'eau augmente de façon considérable et d'un point à l'autre, les situations sont très contrastées.
À titre d'exemple, on relève sur la Vée avant son passage dans Bagnoles-de-l'Orne-Normandie, sur un secteur long de 450 mètres linéaires sans végétation rivulaire, que la température passe de 21.16° à 27.17°. Après passage de la rivière dans le lac, la température observée est de 30.06°.
On remarque dans le même temps que certains cours d'eau, principalement près des sources ou en zone forestière, conservent des températures propices au maintien des populations de truites (celles-ci ne doivent pas être supérieures à 22°c). En revanche, de nombreux relevés mettent en évidence des températures élevées pouvant être supérieures à 25°c.*

Cela a pour conséquence de provoquer des désordres biologiques, par exemple un phénomène d'eutrophisation (formation excessive d'algues en surface des rivières) qui empêche la bonne oxygénation du milieu. Les espèces présentes ne sont alors plus dans leur zone de confort et seraient amenées à disparaître de ces cours d'eau.

Promouvoir un entretien raisonné des rivières et le maintien d'une végétation rivulaire

Les études de terrain portées récemment par le Parc manifestent toute l'importance du maintien de la végétation : en abritant et en protégeant les cours d'eau d'un ensoleillement trop élevé, elle limite l'augmentation brusque des températures et les conséquences néfastes sur l'environnement.
Il existe également des dispositifs et aménagements permettant de réguler la température de rejet des étangs, mais il est important de bien les choisir pour ne pas amplifier le phénomène de réchauffement.
Le technicien du Parc est à la disposition des propriétaires qui souhaiteraient engager des travaux dans ce sens.

 * Suivi de température entrepris en condition estivale chaude (20 et 21 juin dernier) à différents points des bassins Vée et Gourbe.
Retrouvez la carte des relevés de température ici

]]>
Phénomène d'eutrophisation provoqué par un plus grand ensoleillement et l'augmentation des températures de l'eau

Les cours d'eau des bassins Vée et Gourbe, de par leur situation en tête de bassin versant, se caractérisent naturellement par des eaux fraîches et bien oxygénées.
Ces conditions sont favorables à l'existence d'une faune patrimoniale remarquable : populations naturelles de truites fario, chabots, lamproies de planer.
Mais, en période estivale, les variations de température de ces cours d'eau sont particulièrement importantes : quels sont les risques, et comment les limiter ?

Certains aménagements rendent les cours d'eau plus vulnérables

Les suivis menés ponctuellement par le Parc durant ces dernières années ont montré que certains aménagements (création de retenue d'eau, travaux entraînant la suppression de la végétation…) avaient un impact sur les caractéristiques naturelles des eaux.

En période estivale, ce constat est particulièrement visible : sur certains sites, la température de l'eau augmente de façon considérable et d'un point à l'autre, les situations sont très contrastées.
À titre d'exemple, on relève sur la Vée avant son passage dans Bagnoles-de-l'Orne-Normandie, sur un secteur long de 450 mètres linéaires sans végétation rivulaire, que la température passe de 21.16° à 27.17°. Après passage de la rivière dans le lac, la température observée est de 30.06°.
On remarque dans le même temps que certains cours d'eau, principalement près des sources ou en zone forestière, conservent des températures propices au maintien des populations de truites (celles-ci ne doivent pas être supérieures à 22°c). En revanche, de nombreux relevés mettent en évidence des températures élevées pouvant être supérieures à 25°c.*

Cela a pour conséquence de provoquer des désordres biologiques, par exemple un phénomène d'eutrophisation (formation excessive d'algues en surface des rivières) qui empêche la bonne oxygénation du milieu. Les espèces présentes ne sont alors plus dans leur zone de confort et seraient amenées à disparaître de ces cours d'eau.

Promouvoir un entretien raisonné des rivières et le maintien d'une végétation rivulaire

Les études de terrain portées récemment par le Parc manifestent toute l'importance du maintien de la végétation : en abritant et en protégeant les cours d'eau d'un ensoleillement trop élevé, elle limite l'augmentation brusque des températures et les conséquences néfastes sur l'environnement.
Il existe également des dispositifs et aménagements permettant de réguler la température de rejet des étangs, mais il est important de bien les choisir pour ne pas amplifier le phénomène de réchauffement.
Le technicien du Parc est à la disposition des propriétaires qui souhaiteraient engager des travaux dans ce sens.

 * Suivi de température entrepris en condition estivale chaude (20 et 21 juin dernier) à différents points des bassins Vée et Gourbe.
Retrouvez la carte des relevés de température ici

]]>
De nouvelles études pour caractériser les pierriers du Parc http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/de-nouvelles-etudes-pour-caracteriser-les-pierriers-du-parc-267.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Sylvain Blondeau réalise des mesures de roches, "mesures granulométriques" à l'aide d'un tamis

Pendant deux mois, Sylvain Blondeau, ingénieur d'étude à l'Université de Poitiers, se joint à Isabelle Aubron, chargée de conservation patrimoine géologique au Parc. Ensemble, ils mèneront des études sur différents sites afin de mieux comprendre les pierriers, ces « éboulis de pierres » emblématiques du territoire.
Comment les pierriers se forment-ils ? Comment expliquer leur présence ? Les pierriers suscitent bien des questions quant à leur origine.

Améliorer la connaissance des pierriers du Parc

Il y a quelques semaines, Isabelle Aubron menait avec l’aide d’une entreprise belge, un travail de prospection géologique afin de connaître notamment la profondeur des pierriers (voir l’article de l’Orne Hebdo sur ce sujet, page 2). Aujourd’hui, il s’agit de caractériser les pierriers : quelle est leur forme, la taille des blocs, le degré de la pente… afin de réaliser une typologie et d’en déceler, si cela est possible, des tendances.

La démarche

Pour commencer, nos deux experts se sont rendus sur le site de Montgommeries afin de valider le protocole à mettre en œuvre. Dans un premier temps, ils déterminent ce qu’on appelle un « transect », c’est-à-dire une ligne en surface, qui longe le pierrier dans le sens de la pente par exemple. Ils sélectionnent ensuite des zones de 1m2 (environ une tous les dix mètres) sur laquelle ils mesureront les roches à l’aide d’un tamis. Pour Sylvain, le pierrier de Montgommeries soulève beaucoup d’interrogations : difficile de comprendre comment ces "cailloux" sont arrivés là.

Sylvain Blondeau réalise actuellement une thèse sur les grands mouvements rocheux dans les Alpes. Après avoir inventorié les spécificités des « cailloux » que l’on trouve sur près de 1400 sites de la région (surface, type de roche…), il a cherché à identifier l’origine de leurs déplacements. A présent, son travail consiste à hiérarchiser ces facteurs.

 

]]>
Sylvain Blondeau réalise des mesures de roches, "mesures granulométriques" à l'aide d'un tamis

Pendant deux mois, Sylvain Blondeau, ingénieur d'étude à l'Université de Poitiers, se joint à Isabelle Aubron, chargée de conservation patrimoine géologique au Parc. Ensemble, ils mèneront des études sur différents sites afin de mieux comprendre les pierriers, ces « éboulis de pierres » emblématiques du territoire.
Comment les pierriers se forment-ils ? Comment expliquer leur présence ? Les pierriers suscitent bien des questions quant à leur origine.

Améliorer la connaissance des pierriers du Parc

Il y a quelques semaines, Isabelle Aubron menait avec l’aide d’une entreprise belge, un travail de prospection géologique afin de connaître notamment la profondeur des pierriers (voir l’article de l’Orne Hebdo sur ce sujet, page 2). Aujourd’hui, il s’agit de caractériser les pierriers : quelle est leur forme, la taille des blocs, le degré de la pente… afin de réaliser une typologie et d’en déceler, si cela est possible, des tendances.

La démarche

Pour commencer, nos deux experts se sont rendus sur le site de Montgommeries afin de valider le protocole à mettre en œuvre. Dans un premier temps, ils déterminent ce qu’on appelle un « transect », c’est-à-dire une ligne en surface, qui longe le pierrier dans le sens de la pente par exemple. Ils sélectionnent ensuite des zones de 1m2 (environ une tous les dix mètres) sur laquelle ils mesureront les roches à l’aide d’un tamis. Pour Sylvain, le pierrier de Montgommeries soulève beaucoup d’interrogations : difficile de comprendre comment ces "cailloux" sont arrivés là.

Sylvain Blondeau réalise actuellement une thèse sur les grands mouvements rocheux dans les Alpes. Après avoir inventorié les spécificités des « cailloux » que l’on trouve sur près de 1400 sites de la région (surface, type de roche…), il a cherché à identifier l’origine de leurs déplacements. A présent, son travail consiste à hiérarchiser ces facteurs.

 

]]>
A la découverte de la nature sauvage dans le centre-ville de Sillé-le-Guillaume http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/a-la-decouverte-de-la-nature-sauvage-dans-le-centre-ville-de-sille-le-guillaume-266.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Mercredi 7 juin, le Parc a organisé une balade à la découverte de la nature sauvage urbaine à Sillé-le-Guillaume, dans le cadre de la démarche de revitalisation du centre-ville.

Tout au long de la visite entre le château, les rues du centre ancien et le belvédère du Haut Éclair, Morvan Debroize, animateur nature au sein du Parc, a multiplié les histoires sur les plantes sauvages ou plantes "spontanées" (ne parlons surtout pas de mauvaises herbes) qui viennent colorer les murs et les talus du centre-ville. Sous un beau soleil, la quinzaine de participants enthousiastes a appris de nombreuses anecdotes : origines mythologiques, usages anciens, vertus médicinales de cette flore, mais aussi comment reconnaître le millepertuis, l'achillée millefeuille ou encore la knautie des champs.

Cette balade était l'occasion de visiter autrement le centre-ville de Sillé-le-Guillaume et de découvrir toutes les richesses de cette nature urbaine oubliée, élément pourtant incontournable de la biodiversité, qu'il est important de préserver.

]]>
Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

Mercredi 7 juin, le Parc a organisé une balade à la découverte de la nature sauvage urbaine à Sillé-le-Guillaume, dans le cadre de la démarche de revitalisation du centre-ville.

Tout au long de la visite entre le château, les rues du centre ancien et le belvédère du Haut Éclair, Morvan Debroize, animateur nature au sein du Parc, a multiplié les histoires sur les plantes sauvages ou plantes "spontanées" (ne parlons surtout pas de mauvaises herbes) qui viennent colorer les murs et les talus du centre-ville. Sous un beau soleil, la quinzaine de participants enthousiastes a appris de nombreuses anecdotes : origines mythologiques, usages anciens, vertus médicinales de cette flore, mais aussi comment reconnaître le millepertuis, l'achillée millefeuille ou encore la knautie des champs.

Cette balade était l'occasion de visiter autrement le centre-ville de Sillé-le-Guillaume et de découvrir toutes les richesses de cette nature urbaine oubliée, élément pourtant incontournable de la biodiversité, qu'il est important de préserver.

]]>
Portes ouvertes à la ferme du Champ Secret : les visiteurs venus nombreux http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/portes-ouvertes-a-la-ferme-du-champ-secret-les-visiteurs-venus-nombreux-264.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Pour clôturer une semaine de portes ouvertes dans différentes fermes du Grand Ouest, le Parc s’est associé à l’organisme de sélection de la race normande afin de proposer une journée d’activités et d’informations à destination des agriculteurs, mais aussi du grand public. C'est la ferme du Champ Secret (Champsecret, 61) qui, dimanche 4 juin, a accueilli cette journée spéciale.

Une ferme en système 100% herbe, qui produit un camembert fermier, bio et AOP

La ferme du Champ Secret, c’est un élevage laitier d’une centaine de vaches normandes nourries exclusivement à l’herbe. Elle est la seule à produire un camembert fermier, bio et AOP. 90% du lait est valorisé à l’unité de transformation du site : beurre, crème et fromages sont fabriqués sur place. Le système 100% herbe permet à la fois de produire un lait de qualité, mais aussi de préserver les paysages.

Une journée conviviale pour découvrir un savoir-faire

Présentation de la ferme et de son fonctionnement, de la production à la transformation… Les visiteurs ont pu assister à la fabrication du fromage, et les enfants ont même pu s’y essayer lors d’ateliers. Il y avait également un petit marché de produits locaux, mis en place avec l’Union des producteurs de fromages normands : sur les étals, du Pont-l’Evêque, du Livarot, du Neufchâtel, du Camembert de Normandie, mais aussi du Poiré Domfront et des confitures. Pour ajouter une touche de culture à cette journée, les participants ont assisté à la STRING, une balade spectacle de la compagnie « Ces dames disent et cie », qui propose un regard drôle et décalé sur la nature.

Partage et échanges autour de pratiques soutenables

Pour les éleveurs présents, il s’agissait de discuter des exigences techniques de ce système de production, et aussi de découvrir le système de traite « Roto 24 » utilisé par la ferme, qui permet de traire 24 vaches en même temps.

]]>
Pour clôturer une semaine de portes ouvertes dans différentes fermes du Grand Ouest, le Parc s’est associé à l’organisme de sélection de la race normande afin de proposer une journée d’activités et d’informations à destination des agriculteurs, mais aussi du grand public. C'est la ferme du Champ Secret (Champsecret, 61) qui, dimanche 4 juin, a accueilli cette journée spéciale.

Une ferme en système 100% herbe, qui produit un camembert fermier, bio et AOP

La ferme du Champ Secret, c’est un élevage laitier d’une centaine de vaches normandes nourries exclusivement à l’herbe. Elle est la seule à produire un camembert fermier, bio et AOP. 90% du lait est valorisé à l’unité de transformation du site : beurre, crème et fromages sont fabriqués sur place. Le système 100% herbe permet à la fois de produire un lait de qualité, mais aussi de préserver les paysages.

Une journée conviviale pour découvrir un savoir-faire

Présentation de la ferme et de son fonctionnement, de la production à la transformation… Les visiteurs ont pu assister à la fabrication du fromage, et les enfants ont même pu s’y essayer lors d’ateliers. Il y avait également un petit marché de produits locaux, mis en place avec l’Union des producteurs de fromages normands : sur les étals, du Pont-l’Evêque, du Livarot, du Neufchâtel, du Camembert de Normandie, mais aussi du Poiré Domfront et des confitures. Pour ajouter une touche de culture à cette journée, les participants ont assisté à la STRING, une balade spectacle de la compagnie « Ces dames disent et cie », qui propose un regard drôle et décalé sur la nature.

Partage et échanges autour de pratiques soutenables

Pour les éleveurs présents, il s’agissait de discuter des exigences techniques de ce système de production, et aussi de découvrir le système de traite « Roto 24 » utilisé par la ferme, qui permet de traire 24 vaches en même temps.

]]>
Les enfants vous racontent la lande du Tertre Bizet http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/les-enfants-vous-racontent-la-lande-du-tertre-bizet--263.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Depuis octobre, la classe de CM2 de l'école de Saint-Bômer-les-Forges / Lonlay l'Abbaye travaille avec l'appui de Benoît Choquart et du Parc Normandie-Maine sur un projet intergénérationnel afin de collecter la mémoire du site de la lande du Tertre Bizet et ainsi créer des histoires.

A la rencontre des habitants et usagers de la lande pour connaître l'histoire du site

Un projet ponctué de rencontres auprès des habitants et usagers de la lande : de l'époque des loups aux souvenirs de la guerre et des bombardements, en passant par le pâturage des moutons ou encore les enjeux de préservation de ce lieu remarquable (classé Espace naturel sensible et Natura 2000), les élèves ont abordé le site sous bien des aspects.

Restitution du projet aux autres élèves, aux familles et partenaires

Les histoires « Le boulanger » et « Jules et Rose », fruits de 6 mois de projet, ont été contées par les CM2 à la centaine d’autres élèves de l’école le 1er juin, au cœur du site de la lande du Tertre Bizet.
Les familles, partenaires et parents d’élèves, ont quant à eux été conviés par les élèves le vendredi 2 juin, en soirée. L’objectif était de les emmener découvrir leur travail et l'histoire de la lande.

Découvrez le site à travers le regard des enfants !

Ces histoires intégreront très prochainement les bornes du parcours Monts et Marches permettant de découvrir la lande depuis Lonlay-l’Abbaye. Vous pourrez à cette occasion et grâce à votre Smartphone, écouter et réécouter ces histoires.

Une façon d’aborder ce site naturel remarquable, mais pourtant peu connu, avec un autre regard.

 

]]>
Depuis octobre, la classe de CM2 de l'école de Saint-Bômer-les-Forges / Lonlay l'Abbaye travaille avec l'appui de Benoît Choquart et du Parc Normandie-Maine sur un projet intergénérationnel afin de collecter la mémoire du site de la lande du Tertre Bizet et ainsi créer des histoires.

A la rencontre des habitants et usagers de la lande pour connaître l'histoire du site

Un projet ponctué de rencontres auprès des habitants et usagers de la lande : de l'époque des loups aux souvenirs de la guerre et des bombardements, en passant par le pâturage des moutons ou encore les enjeux de préservation de ce lieu remarquable (classé Espace naturel sensible et Natura 2000), les élèves ont abordé le site sous bien des aspects.

Restitution du projet aux autres élèves, aux familles et partenaires

Les histoires « Le boulanger » et « Jules et Rose », fruits de 6 mois de projet, ont été contées par les CM2 à la centaine d’autres élèves de l’école le 1er juin, au cœur du site de la lande du Tertre Bizet.
Les familles, partenaires et parents d’élèves, ont quant à eux été conviés par les élèves le vendredi 2 juin, en soirée. L’objectif était de les emmener découvrir leur travail et l'histoire de la lande.

Découvrez le site à travers le regard des enfants !

Ces histoires intégreront très prochainement les bornes du parcours Monts et Marches permettant de découvrir la lande depuis Lonlay-l’Abbaye. Vous pourrez à cette occasion et grâce à votre Smartphone, écouter et réécouter ces histoires.

Une façon d’aborder ce site naturel remarquable, mais pourtant peu connu, avec un autre regard.

 

]]>
Travaux de restauration des rivières en Mayenne : visite des élus et des propriétaires concernés http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/travaux-de-restauration-des-rivieres-en-mayenne-visite-des-elus-et-des-proprietaires-concernes-268.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le vendredi 19 mai, une visite a été organisée pour les élus et propriétaires concernés par des projets de restauration de la continuité écologique sur les rivières Vée et Gourbe. Ces travaux interviennent dans le cadre du contrat territorial milieux aquatiques (CTMA) Mayenne amont.

Le groupe a d’abord été accueilli à la Bazouge de Chemeré (53) où le syndicat du bassin de la Vaige réalise des travaux de mise en contournement d’un plan d’eau. Ils se sont ensuite rendus à Sainte-Suzanne et Chammes, où différents ouvrages de retenues d’eau ont été effacés sur le cours principal de l’Erve.

La journée s’est terminée à Montsûrs-Saint-Céneré (53) où un plan d’eau créé en 1969 a été supprimé, principalement en raison d’une problématique d’envasement. Une rivière dont les écoulements sont naturels a été restaurée dans une prairie aujourd’hui très fréquenté par le public via des cheminements de part et d’autres du cours d’eau.

]]>

Le vendredi 19 mai, une visite a été organisée pour les élus et propriétaires concernés par des projets de restauration de la continuité écologique sur les rivières Vée et Gourbe. Ces travaux interviennent dans le cadre du contrat territorial milieux aquatiques (CTMA) Mayenne amont.

Le groupe a d’abord été accueilli à la Bazouge de Chemeré (53) où le syndicat du bassin de la Vaige réalise des travaux de mise en contournement d’un plan d’eau. Ils se sont ensuite rendus à Sainte-Suzanne et Chammes, où différents ouvrages de retenues d’eau ont été effacés sur le cours principal de l’Erve.

La journée s’est terminée à Montsûrs-Saint-Céneré (53) où un plan d’eau créé en 1969 a été supprimé, principalement en raison d’une problématique d’envasement. Une rivière dont les écoulements sont naturels a été restaurée dans une prairie aujourd’hui très fréquenté par le public via des cheminements de part et d’autres du cours d’eau.

]]>
L'offre éducative 2017-2018 est disponible ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/l-offre-educative-2017-2018-est-disponible--261.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le guide pédagogique 2017-2019* est en ligne ! Enseignantes et enseignants du territoire, découvrez l’offre éducative proposée par le Parc.

Tous les deux ans, l'offre éducative se renouvèle. Retrouvez la dans le guide pédagogique : comment monter son projet PARCours ton territoire ? Quelles sorties ponctuelles puis-je organiser pour mes élèves ? Le Parc vous accompagne : idées de projets, formations...

PARCours ton territoire : une offre variée pour monter un projet pédagogique sur l'année scolaire

Avec l'appel à projet PARCours ton territoire, 30 000€ seront investis pour les classes afin de soutenir des projets annuels définis par les enseignants. Ces derniers doivent présenter leur projet pédagogique, qui comprend l'intervention d'un animateur spécialisé, afin de soumettre leur candidature.

Découverte de la nature, de "la vie de château" ou immersion dans la peau d'un archéologue.. autant de possibilités proposées par la nouvelle édition de PARCours ton territoire.

Les dossiers de candidatures seront téléchargeables mi-mai et devront être complétés et renvoyés au Parc pour le dimanche 17 septembre

 *Début juin, une version papier du guide sera transmise aux enseignants du territoire. Le site internet est actuellement en cours de restructuration.

]]>
Le guide pédagogique 2017-2019* est en ligne ! Enseignantes et enseignants du territoire, découvrez l’offre éducative proposée par le Parc.

Tous les deux ans, l'offre éducative se renouvèle. Retrouvez la dans le guide pédagogique : comment monter son projet PARCours ton territoire ? Quelles sorties ponctuelles puis-je organiser pour mes élèves ? Le Parc vous accompagne : idées de projets, formations...

PARCours ton territoire : une offre variée pour monter un projet pédagogique sur l'année scolaire

Avec l'appel à projet PARCours ton territoire, 30 000€ seront investis pour les classes afin de soutenir des projets annuels définis par les enseignants. Ces derniers doivent présenter leur projet pédagogique, qui comprend l'intervention d'un animateur spécialisé, afin de soumettre leur candidature.

Découverte de la nature, de "la vie de château" ou immersion dans la peau d'un archéologue.. autant de possibilités proposées par la nouvelle édition de PARCours ton territoire.

Les dossiers de candidatures seront téléchargeables mi-mai et devront être complétés et renvoyés au Parc pour le dimanche 17 septembre

 *Début juin, une version papier du guide sera transmise aux enseignants du territoire. Le site internet est actuellement en cours de restructuration.

]]>
Un parcours numérique au Musée du Poiré http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/un-parcours-numerique-au-musee-du-poire-262.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Des tablettes tactiles, mises à disposition des visiteurs, enrichissent et complètent la découverte du musée.

Le parcours numérique du Musée du Poiré est utilisé par nos visiteurs depuis fin avril. Il complète le parcours d'interprétation implanté dans le verger et la muséographie, et apporte un éclairage sur un ou plusieurs aspects d'une thématique traitée dans le musée.

Trois approches sont possibles. Un parcours ludique permet aux plus jeunes de s'approprier le lieu avec des jeux adaptés, par exemple un « memory » des pommes (avec nos variétés locales !), un parcours curieux avec des archives audiovisuelles, des animations multimédias (visionnez l’évolution du verger au fil des saisons à travers une vidéo qui présente une année en accéléré), et enfin un parcours expert pour écouter des témoignages de producteurs cidricoles par exemple.

Des tablettes tactiles peuvent être prêtées aux visiteurs. Le parcours sera prochainement disponible sur App store pour ceux qui préfèrent utiliser leur smartphone, et poursuivre leur découverte à domicile.

À noter : le parcours est disponible en français et en anglais !

]]>
Des tablettes tactiles, mises à disposition des visiteurs, enrichissent et complètent la découverte du musée.

Le parcours numérique du Musée du Poiré est utilisé par nos visiteurs depuis fin avril. Il complète le parcours d'interprétation implanté dans le verger et la muséographie, et apporte un éclairage sur un ou plusieurs aspects d'une thématique traitée dans le musée.

Trois approches sont possibles. Un parcours ludique permet aux plus jeunes de s'approprier le lieu avec des jeux adaptés, par exemple un « memory » des pommes (avec nos variétés locales !), un parcours curieux avec des archives audiovisuelles, des animations multimédias (visionnez l’évolution du verger au fil des saisons à travers une vidéo qui présente une année en accéléré), et enfin un parcours expert pour écouter des témoignages de producteurs cidricoles par exemple.

Des tablettes tactiles peuvent être prêtées aux visiteurs. Le parcours sera prochainement disponible sur App store pour ceux qui préfèrent utiliser leur smartphone, et poursuivre leur découverte à domicile.

À noter : le parcours est disponible en français et en anglais !

]]>
Tricot-Graffiti : participez au grand ouvrage collectif ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/tricot-graffiti-participez-au-grand-ouvrage-collectif--259.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Maryse Oliveira, Présidente du Parc et Brigitte Viarmé-Dufour, conseillère départementale de l'Orne, ont apporté leur contribution à l'ouvrage en réalisant quelques rangées de tricot

Et si on tricotait des écharpes pour habiller les arbres à l'automne ?
C'est l'un des objectifs de l'animation Tricot-Graffiti. Tricoteurs et tricoteuses, débutant(e)s comme expert(e)s, sont invité(e)s à prendre part à ce projet collectif qui, dès l'automne, apportera de la couleur au verger de la Maison du Parc. Les premières tricoteuses l'ont rebaptisé Field'Art ! 

Comment participer ?
Depuis chez vous, à la Maison du Parc ou durant un atelier de tricot, prenez part au projet en créant des écharpes colorées, d'une largeur comprise entre 20 et 40cm.
À tout moment et pendant les horaires d'ouverture, vous pouvez vous rendre à la Maison du Parc avec votre ouvrage, ou poursuivre une des écharpes mise à votre disposition. En effet, un ouvrage en cours de création sera toujours disponible sur place !
Si vous ne pouvez pas nous rendre visite, n'hésitez pas à nous envoyer vos créations ou pelotes esseulées par la Poste.

Un atelier de tricot par mois d'avril à août
Les samedis 10 juin, 15 juillet et 19 août, à partir de 14h.

Un accrochage en fête
L'habillage aura lieu à l'automne, à partir du 22 septembre. Cependant, nous ne nous interdisons pas quelques petites touches plus précoces : restez connecté pour voir l'avancement ! Et si vous le souhaitez, faites nous parvenir vos coordonnées afin que nous vous invitions à l'accrochage.

]]>
Maryse Oliveira, Présidente du Parc et Brigitte Viarmé-Dufour, conseillère départementale de l'Orne, ont apporté leur contribution à l'ouvrage en réalisant quelques rangées de tricot

Et si on tricotait des écharpes pour habiller les arbres à l'automne ?
C'est l'un des objectifs de l'animation Tricot-Graffiti. Tricoteurs et tricoteuses, débutant(e)s comme expert(e)s, sont invité(e)s à prendre part à ce projet collectif qui, dès l'automne, apportera de la couleur au verger de la Maison du Parc. Les premières tricoteuses l'ont rebaptisé Field'Art ! 

Comment participer ?
Depuis chez vous, à la Maison du Parc ou durant un atelier de tricot, prenez part au projet en créant des écharpes colorées, d'une largeur comprise entre 20 et 40cm.
À tout moment et pendant les horaires d'ouverture, vous pouvez vous rendre à la Maison du Parc avec votre ouvrage, ou poursuivre une des écharpes mise à votre disposition. En effet, un ouvrage en cours de création sera toujours disponible sur place !
Si vous ne pouvez pas nous rendre visite, n'hésitez pas à nous envoyer vos créations ou pelotes esseulées par la Poste.

Un atelier de tricot par mois d'avril à août
Les samedis 10 juin, 15 juillet et 19 août, à partir de 14h.

Un accrochage en fête
L'habillage aura lieu à l'automne, à partir du 22 septembre. Cependant, nous ne nous interdisons pas quelques petites touches plus précoces : restez connecté pour voir l'avancement ! Et si vous le souhaitez, faites nous parvenir vos coordonnées afin que nous vous invitions à l'accrochage.

]]>
Restauration des milieux naturels patrimoniaux en forêt domaniale des Andaines http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/restauration-des-milieux-naturels-patrimoniaux-en-foret-domaniale-des-andaines-260.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Photo 1 : forêt des Andaines
Photo 2 :
Erigeron acer - Erigeron âcre © Thomas Bousquet
Photo 3 : Armerie des sables- Armeria arenaria © Thomas Bousquet

Un chantier avec l'Office national des Forêts a permis de poursuivre la restauration de la carrière de la Lande Menue. Ces travaux consistaient à arracher les semis de bouleaux et de résineux ainsi qu'à rajeunir les milieux naturels secs et siliceux.

Ces actions vont permettre de créer une dynamique de recolonisation des plantes pionnières (premières plantes qui colonisent un milieu après une perturbation) et de favoriser l'installation de pelouses sèches, habitat naturel rare et menacé.

Ces travaux s'inscrivent dans les actions que le Parc mène sur les milieux naturels identifiés comme patrimoniaux. Il s'agit de sites qui présentent des espèces végétales, animales et/ou des habitats naturels rares, menacés voire protégés.

]]>
Photo 1 : forêt des Andaines
Photo 2 :
Erigeron acer - Erigeron âcre © Thomas Bousquet
Photo 3 : Armerie des sables- Armeria arenaria © Thomas Bousquet

Un chantier avec l'Office national des Forêts a permis de poursuivre la restauration de la carrière de la Lande Menue. Ces travaux consistaient à arracher les semis de bouleaux et de résineux ainsi qu'à rajeunir les milieux naturels secs et siliceux.

Ces actions vont permettre de créer une dynamique de recolonisation des plantes pionnières (premières plantes qui colonisent un milieu après une perturbation) et de favoriser l'installation de pelouses sèches, habitat naturel rare et menacé.

Ces travaux s'inscrivent dans les actions que le Parc mène sur les milieux naturels identifiés comme patrimoniaux. Il s'agit de sites qui présentent des espèces végétales, animales et/ou des habitats naturels rares, menacés voire protégés.

]]>
Début des inventaires sur le site Natura 2000 Bocage de la forêt de la Monnaie à Javron-les-Chapelles http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/debut-des-inventaires-sur-le-site-natura-2000-bocage-de-la-foret-de-la-monnaie-a-javron-les-chapelles-258.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Dessin du Pique-Prune, espèce menacée d'intérêt européen © Gabriel Soulard

Le Parc naturel régional Normandie-Maine assure depuis cette année l'animation du site bocager qui s'étend de la forêt de Monnaie jusqu'à Javron-les-Chapelles. D'une surface de 6460 ha, ce site concerne surtout les communes de Javron-les-Chapelles, Pré-en-Pail/Saint-Samson, Saint-Aignan-de-Couptrain, Saint-Calais-du-Désert et Saint-Cyr-en-Pail.

Les particularités du site
Ce site a été désigné Natura 2000 en raison de la présence d'un bocage dense, abritant de nombreux arbres têtards (appelés localement les rousses ou émousses). Ceux-ci accueillent une multitude d'espèces auxiliaires à l'agriculture, ainsi que des insectes se nourrissant de bois vieillissant ou décomposé. C'est le cas du Pique-prune, espèce menacée d'intérêt européen qui, avec le Lucane cerf-volant et le Grand capricorne, ont justifié la désignation de ce site.

Concerter les acteurs locaux
En collaboration avec les acteurs locaux, le Parc mène des actions de préservation du bocage. La sensibilisation des collectivités, des agriculteurs, des services de l'Etat et des partenaires techniques à ces enjeux étant essentielle, un travail d'information et de concertation est réalisé en amont. Une plaquette de présentation du site, qui expose ses spécificités et ses enjeux, sera bientôt disponible en mairie.

Améliorer l'habitat des espèces
Afin d'avoir une connaissance plus fine du territoire et d'orienter les actions à mettre en œuvre, un inventaire terrain débute en ce moment. Il se poursuivra jusqu'en août 2017 et pourrait être réitéré les années suivantes. Il s'agit, sur l'ensemble du site, d'identifier les arbres hôtes et de repérer la présence des trois coléoptères d'intérêt européen.
Pour 2017, la priorité est donnée aux agriculteurs souhaitant contractualiser des Mesures agro-environnementales climatiques (MAEC) : entretien ou création d'arbres têtards, suppression de tire-sèves, et entretien de haies. Des mesures plus incitatives sont en projet pour la campagne 2018.

 

]]>
Dessin du Pique-Prune, espèce menacée d'intérêt européen © Gabriel Soulard

Le Parc naturel régional Normandie-Maine assure depuis cette année l'animation du site bocager qui s'étend de la forêt de Monnaie jusqu'à Javron-les-Chapelles. D'une surface de 6460 ha, ce site concerne surtout les communes de Javron-les-Chapelles, Pré-en-Pail/Saint-Samson, Saint-Aignan-de-Couptrain, Saint-Calais-du-Désert et Saint-Cyr-en-Pail.

Les particularités du site
Ce site a été désigné Natura 2000 en raison de la présence d'un bocage dense, abritant de nombreux arbres têtards (appelés localement les rousses ou émousses). Ceux-ci accueillent une multitude d'espèces auxiliaires à l'agriculture, ainsi que des insectes se nourrissant de bois vieillissant ou décomposé. C'est le cas du Pique-prune, espèce menacée d'intérêt européen qui, avec le Lucane cerf-volant et le Grand capricorne, ont justifié la désignation de ce site.

Concerter les acteurs locaux
En collaboration avec les acteurs locaux, le Parc mène des actions de préservation du bocage. La sensibilisation des collectivités, des agriculteurs, des services de l'Etat et des partenaires techniques à ces enjeux étant essentielle, un travail d'information et de concertation est réalisé en amont. Une plaquette de présentation du site, qui expose ses spécificités et ses enjeux, sera bientôt disponible en mairie.

Améliorer l'habitat des espèces
Afin d'avoir une connaissance plus fine du territoire et d'orienter les actions à mettre en œuvre, un inventaire terrain débute en ce moment. Il se poursuivra jusqu'en août 2017 et pourrait être réitéré les années suivantes. Il s'agit, sur l'ensemble du site, d'identifier les arbres hôtes et de repérer la présence des trois coléoptères d'intérêt européen.
Pour 2017, la priorité est donnée aux agriculteurs souhaitant contractualiser des Mesures agro-environnementales climatiques (MAEC) : entretien ou création d'arbres têtards, suppression de tire-sèves, et entretien de haies. Des mesures plus incitatives sont en projet pour la campagne 2018.

 

]]>
Laissez-vous tenter par la destination Normandie-Maine ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/laissez-vous-tenter-par-la-destination-normandie-maine--253.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités Le Parc naturel régional Normandie-Maine lance un portail dédié au tourisme : tourisme.parc-naturel-normandie-maine.fr


Pourquoi un site dédié au tourisme ?

Grâce à lui, vous pourrez consulter facilement l'ensemble de l'offre touristique du territoire du Parc !
Retrouvez toutes les bonnes adresses en matière d’hébergements ou de restauration, les circuits thématiques et les sites emblématiques du territoire pour des balades découvertes, mais aussi les animations qui vous sont proposées tout au long de l’année.
Alimenté par les bases de données des comités régionaux de tourisme, c'est une véritable ressource pour tous ceux qui souhaitent (re)découvrir le territoire, de l'organisation d'une visite à la planification d'un séjour.

Le site internet fonctionne grâce à un outil libre et communautaire, la suite logicielle Geotrek. Elle est déjà utilisée par de nombreux parc nationaux et régionaux.


Une carte interactive

pour se repérer facilement sur le territoire

Le site est conçu autour d'une cartographie interactive du territoire qui recense les services et activités proposés. Vous pouvez ainsi visualiser les différentes possibilités qui s'offrent à vous, selon 5 catégories : « itinéraire », « hébergements », « restaurants », « loisirs et découvertes » et « fêtes et manifestations ».
La représentation des données sur la carte, mais également sous forme de listes, permet d'accéder à une information spatialisée et qui répond à vos besoins.

En matière d'itinéraires, par exemple, les visiteurs auront la possibilité de choisir le circuit thématique le plus adapté à leurs envies. Les mines de fer, l'histoire géologique de la région, la légende de Lancelot du Lac : autant de propositions pour partir à la découverte de l'histoire et des paysages de ce territoire.     

En ce qui concerne les hébergements, il est possible de consulter l'emplacement des campings. Les visiteurs en quête de plus de confort auront le choix entre les nombreux gîtes, chambres d'hôtes et hôtels implantés sur le territoire.

]]>
Le Parc naturel régional Normandie-Maine lance un portail dédié au tourisme : tourisme.parc-naturel-normandie-maine.fr


Pourquoi un site dédié au tourisme ?

Grâce à lui, vous pourrez consulter facilement l'ensemble de l'offre touristique du territoire du Parc !
Retrouvez toutes les bonnes adresses en matière d’hébergements ou de restauration, les circuits thématiques et les sites emblématiques du territoire pour des balades découvertes, mais aussi les animations qui vous sont proposées tout au long de l’année.
Alimenté par les bases de données des comités régionaux de tourisme, c'est une véritable ressource pour tous ceux qui souhaitent (re)découvrir le territoire, de l'organisation d'une visite à la planification d'un séjour.

Le site internet fonctionne grâce à un outil libre et communautaire, la suite logicielle Geotrek. Elle est déjà utilisée par de nombreux parc nationaux et régionaux.


Une carte interactive

pour se repérer facilement sur le territoire

Le site est conçu autour d'une cartographie interactive du territoire qui recense les services et activités proposés. Vous pouvez ainsi visualiser les différentes possibilités qui s'offrent à vous, selon 5 catégories : « itinéraire », « hébergements », « restaurants », « loisirs et découvertes » et « fêtes et manifestations ».
La représentation des données sur la carte, mais également sous forme de listes, permet d'accéder à une information spatialisée et qui répond à vos besoins.

En matière d'itinéraires, par exemple, les visiteurs auront la possibilité de choisir le circuit thématique le plus adapté à leurs envies. Les mines de fer, l'histoire géologique de la région, la légende de Lancelot du Lac : autant de propositions pour partir à la découverte de l'histoire et des paysages de ce territoire.     

En ce qui concerne les hébergements, il est possible de consulter l'emplacement des campings. Les visiteurs en quête de plus de confort auront le choix entre les nombreux gîtes, chambres d'hôtes et hôtels implantés sur le territoire.

]]>
Passeurs d’histoires : la transition énergétique se raconte à La Ferté-Macé http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/passeurs-d-histoires-la-transition-energetique-se-raconte-a-la-ferte-mace-255.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Atelier du 29 mars à l'école Paul Souvray avec les deux classes de CM1-CM2

Pendant plus d'un mois, les habitants de La Ferté-Macé et des alentours sont invités à se joindre à des rencontres animées par Benoît Choquard, conteur de la compagnie Musiconte, autour du thème de l'énergie. De fil en aiguille, des histoires collectives vont se dessiner. En donnant la parole aux habitants, ce projet amène à une réflexion sur la ville et la vie d'aujourd'hui et de demain, au regard de notre environnement.

Un projet rassembleur qui fait le pari de l'oralité

Le projet « Passeurs d'histoires » invite enfants, parents et grands-parents à imaginer des histoires et à faire parler leur créativité. Durant 21 séances réparties en deux sessions, le conteur va rencontrer plusieurs groupes afin de récolter les anecdotes, témoignages et idées des participants. Leurs paroles seront compilées afin de créer une histoire collective : chaque dernier vendredi des sessions, une restitution sera proposée. Celle-ci sera l'occasion de débattre autour de ce que chacun imagine pour les modes de vie de demain.

Un territoire engagé dans une démarche de transition énergétique

Soutenue par l'ADEME et les Régions Normandie et Pays de la Loire dans sa démarche, la communauté de communes de La Ferté-Saint-Michel (aujourd'hui fusionnée avec Flers Agglo) bénéficie de l'accompagnement technique du Parc Normandie-Maine. Reconnue en 2016 comme « territoire à énergie positive pour la croissance verte » (TEPCV), la collectivité va bénéficier d'importants financements.

Passeurs d'histoires s'intègre à deux autres projets éducatifs portant également sur le thème de l'environnement. Tous les trois sont portés en partenariat par le centre socioculturel, la Grande Nouvelle (médiathèque et cinéma) et le Parc, pour plus de cohérence au sein du territoire. Ils viennent renforcer l'engagement de la collectivité dans une démarche durable, en intégrant pleinement les citoyens, jeunes et anciens, dans l'avenir de leur bassin de vie.

]]>
Atelier du 29 mars à l'école Paul Souvray avec les deux classes de CM1-CM2

Pendant plus d'un mois, les habitants de La Ferté-Macé et des alentours sont invités à se joindre à des rencontres animées par Benoît Choquard, conteur de la compagnie Musiconte, autour du thème de l'énergie. De fil en aiguille, des histoires collectives vont se dessiner. En donnant la parole aux habitants, ce projet amène à une réflexion sur la ville et la vie d'aujourd'hui et de demain, au regard de notre environnement.

Un projet rassembleur qui fait le pari de l'oralité

Le projet « Passeurs d'histoires » invite enfants, parents et grands-parents à imaginer des histoires et à faire parler leur créativité. Durant 21 séances réparties en deux sessions, le conteur va rencontrer plusieurs groupes afin de récolter les anecdotes, témoignages et idées des participants. Leurs paroles seront compilées afin de créer une histoire collective : chaque dernier vendredi des sessions, une restitution sera proposée. Celle-ci sera l'occasion de débattre autour de ce que chacun imagine pour les modes de vie de demain.

Un territoire engagé dans une démarche de transition énergétique

Soutenue par l'ADEME et les Régions Normandie et Pays de la Loire dans sa démarche, la communauté de communes de La Ferté-Saint-Michel (aujourd'hui fusionnée avec Flers Agglo) bénéficie de l'accompagnement technique du Parc Normandie-Maine. Reconnue en 2016 comme « territoire à énergie positive pour la croissance verte » (TEPCV), la collectivité va bénéficier d'importants financements.

Passeurs d'histoires s'intègre à deux autres projets éducatifs portant également sur le thème de l'environnement. Tous les trois sont portés en partenariat par le centre socioculturel, la Grande Nouvelle (médiathèque et cinéma) et le Parc, pour plus de cohérence au sein du territoire. Ils viennent renforcer l'engagement de la collectivité dans une démarche durable, en intégrant pleinement les citoyens, jeunes et anciens, dans l'avenir de leur bassin de vie.

]]>
Revitalisation des centres-bourgs : les enfants visitent la maison témoin à Pré-en-Pail-Saint-Samson http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/revitalisation-des-centres-bourgs-les-enfants-visitent-la-maison-temoin-a-pre-en-pail-saint-samson-256.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Fin mars, durant une journée, des enfants de Pré-en-Pail-Saint-Samson ont joué les mini-maîtres d'œuvre en se questionnant sur la performance énergétique et le confort de vie de la maison témoin communale. Celle-ci aura vocation à présenter des solutions en matière de rénovation de l'habitat ancien, afin d'encourager le réinvestissement de ces logements souvent vacants.

Un projet de classe dédié à la revitalisation du centre-bourg

Pour associer les enfants à la démarche enclenchée sur le bourg depuis 2015, le Parc Normandie-Maine a proposé à la classe de CM1 de l'école publique de Pré-en-Pail-Saint-Samson de réaliser un projet de classe dédié à ce sujet. Les travaux de réaménagement de la N12 et la rénovation des logements sont les deux principales thématiques abordées. Un nuancier participatif pour la coloration des façades avait par ailleurs été élaboré avec les habitants suite au travail réalisé dans le cadre des Temps d'Activités Périscolaires.

Fin janvier, une première intervention en classe a permis de présenter la démarche globale de revitalisation, le rôle du Parc et le métier d'urbaniste. Les élèves ont montré un vif intérêt pour leur centre-bourg, en proposant de nombreuses idées pour redynamiser leur lieu de vie : aller plus souvent dans les commerces, proposer plus d'animations pour qu'il y ait « de l'ambiance », rénover et repeindre les maisons, créer un parc avec des jeux…

L'association Synergies est ensuite intervenue en février lors d'une deuxième consacrée à l'énergie et à la rénovation des logements, avec un focus sur les matériaux isolants.

 Les enfants dans la peau d'experts

Mardi 28 mars, accompagnés par leur enseignant et les techniciens du Parc, les enfants se sont rendus dans un logement communal du centre ancien de Pré-en-Pail, près de l'église. Ce logement a vocation à être rénové et à devenir une « maison témoin » pour encourager à réinvestir l'habitat ancien des centres-bourgs.

Les élèves, tels de mini-maîtres d'œuvre, ont cherché des solutions pour améliorer sa performance énergétique et son confort de vie : isoler les combles et les murs, s'assurer de la bonne étanchéité des menuiseries, casser une cloison pour apporter plus de lumière à une pièce… Cette séance était aussi l'occasion de lire un plan, d'utiliser différents outils de mesure ou encore de déchiffrer une boussole. Les meilleures idées seront transmises aux élus et aux professionnels qui seront en charge de la rénovation.

]]>
Fin mars, durant une journée, des enfants de Pré-en-Pail-Saint-Samson ont joué les mini-maîtres d'œuvre en se questionnant sur la performance énergétique et le confort de vie de la maison témoin communale. Celle-ci aura vocation à présenter des solutions en matière de rénovation de l'habitat ancien, afin d'encourager le réinvestissement de ces logements souvent vacants.

Un projet de classe dédié à la revitalisation du centre-bourg

Pour associer les enfants à la démarche enclenchée sur le bourg depuis 2015, le Parc Normandie-Maine a proposé à la classe de CM1 de l'école publique de Pré-en-Pail-Saint-Samson de réaliser un projet de classe dédié à ce sujet. Les travaux de réaménagement de la N12 et la rénovation des logements sont les deux principales thématiques abordées. Un nuancier participatif pour la coloration des façades avait par ailleurs été élaboré avec les habitants suite au travail réalisé dans le cadre des Temps d'Activités Périscolaires.

Fin janvier, une première intervention en classe a permis de présenter la démarche globale de revitalisation, le rôle du Parc et le métier d'urbaniste. Les élèves ont montré un vif intérêt pour leur centre-bourg, en proposant de nombreuses idées pour redynamiser leur lieu de vie : aller plus souvent dans les commerces, proposer plus d'animations pour qu'il y ait « de l'ambiance », rénover et repeindre les maisons, créer un parc avec des jeux…

L'association Synergies est ensuite intervenue en février lors d'une deuxième consacrée à l'énergie et à la rénovation des logements, avec un focus sur les matériaux isolants.

 Les enfants dans la peau d'experts

Mardi 28 mars, accompagnés par leur enseignant et les techniciens du Parc, les enfants se sont rendus dans un logement communal du centre ancien de Pré-en-Pail, près de l'église. Ce logement a vocation à être rénové et à devenir une « maison témoin » pour encourager à réinvestir l'habitat ancien des centres-bourgs.

Les élèves, tels de mini-maîtres d'œuvre, ont cherché des solutions pour améliorer sa performance énergétique et son confort de vie : isoler les combles et les murs, s'assurer de la bonne étanchéité des menuiseries, casser une cloison pour apporter plus de lumière à une pièce… Cette séance était aussi l'occasion de lire un plan, d'utiliser différents outils de mesure ou encore de déchiffrer une boussole. Les meilleures idées seront transmises aux élus et aux professionnels qui seront en charge de la rénovation.

]]>
Réouverture de la Maison du Parc et du Musée du Poiré le 1er avril http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/reouverture-de-la-maison-du-parc-et-du-musee-du-poire-le-1er-avril-254.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Sébastien, Mélanie et Yolande se feront un plaisir de vous accueillir à la Maison du Parc.

La Maison du Parc à Carrouges et le Musée du Poiré (Barenton) réouvrent leurs portes le 1er avril !


La Maison du Parc a fait peau neuve

La boutique : une offre diversifiée qui mise sur des produits locaux de qualité

Avec une vingtaine de nouveaux producteurs (une cinquantaine au total) et une boutique réaménagée, découvrez une palette diversifiée de produits, reflets des savoir-faire locaux. Côté sucré/salé, l'épicerie s'est agrandie et vous propose des nouveautés qui raviront vos papilles. Vous retrouverez également l'incontournable rayon dédié aux boissons cidricoles (Poiré Domfront, Calvados…). Nouveauté 2017 : des cosmétiques issus de l'agriculture biologique sont en vente.

Point information : des livres et de la documentation au plus près du territoire

Le point information met à votre disposition des ouvrages diversifiés : livres dédiés au patrimoine culturel, historique et naturel pour apprendre à connaître le territoire et ses secrets, recettes de cuisine typiques du terroir… Une tablette tactile est mise à votre disposition afin de vous permettre d'accéder au portail de tourisme en Normandie-Maine, http://tourisme.parc-naturel-normandie-maine.fr/. Survolez le territoire via la carte interactive et découvrez l'ensemble de l'offre touristique.

Les rendez-vous annuels du Parc

Vous pourrez également consulter les actualités du Parc : animations pour tous les âges, temps conviviaux et culturels, itinéraires et idées de balades, ateliers de découverte et d'initiation, ou encore activités sportives vous sont proposés tout au long de l'année.
Le guide 2017 des rendez-vous du Parc, qui recense ces idées de sorties, est consultable sur place et en ligne.


Le Musée du Poiré entame sa première année complète d'ouverture

Des activités pour tous les âges

Inauguré en juin 2016, le Musée réouvre ses portes aux visiteurs curieux de découvrir les méthodes de fabrication des produits cidricoles. Un programme riche est proposé en 2017 : des ateliers pour les enfants lors de chaque période de vacances scolaires, aux journées tout public, sans oublier les soirées musicales ou artistiques.

Le printemps, la saison idéale pour visiter !

Le printemps, avec ses poiriers et pommiers couverts de milliers de fleurs, permet d'arpenter le nouveau parcours du verger conservatoire et de découvrir la muséographie entièrement rénovée dans un cadre particulièrement agréable.


]]>
Sébastien, Mélanie et Yolande se feront un plaisir de vous accueillir à la Maison du Parc.

La Maison du Parc à Carrouges et le Musée du Poiré (Barenton) réouvrent leurs portes le 1er avril !


La Maison du Parc a fait peau neuve

La boutique : une offre diversifiée qui mise sur des produits locaux de qualité

Avec une vingtaine de nouveaux producteurs (une cinquantaine au total) et une boutique réaménagée, découvrez une palette diversifiée de produits, reflets des savoir-faire locaux. Côté sucré/salé, l'épicerie s'est agrandie et vous propose des nouveautés qui raviront vos papilles. Vous retrouverez également l'incontournable rayon dédié aux boissons cidricoles (Poiré Domfront, Calvados…). Nouveauté 2017 : des cosmétiques issus de l'agriculture biologique sont en vente.

Point information : des livres et de la documentation au plus près du territoire

Le point information met à votre disposition des ouvrages diversifiés : livres dédiés au patrimoine culturel, historique et naturel pour apprendre à connaître le territoire et ses secrets, recettes de cuisine typiques du terroir… Une tablette tactile est mise à votre disposition afin de vous permettre d'accéder au portail de tourisme en Normandie-Maine, http://tourisme.parc-naturel-normandie-maine.fr/. Survolez le territoire via la carte interactive et découvrez l'ensemble de l'offre touristique.

Les rendez-vous annuels du Parc

Vous pourrez également consulter les actualités du Parc : animations pour tous les âges, temps conviviaux et culturels, itinéraires et idées de balades, ateliers de découverte et d'initiation, ou encore activités sportives vous sont proposés tout au long de l'année.
Le guide 2017 des rendez-vous du Parc, qui recense ces idées de sorties, est consultable sur place et en ligne.


Le Musée du Poiré entame sa première année complète d'ouverture

Des activités pour tous les âges

Inauguré en juin 2016, le Musée réouvre ses portes aux visiteurs curieux de découvrir les méthodes de fabrication des produits cidricoles. Un programme riche est proposé en 2017 : des ateliers pour les enfants lors de chaque période de vacances scolaires, aux journées tout public, sans oublier les soirées musicales ou artistiques.

Le printemps, la saison idéale pour visiter !

Le printemps, avec ses poiriers et pommiers couverts de milliers de fleurs, permet d'arpenter le nouveau parcours du verger conservatoire et de découvrir la muséographie entièrement rénovée dans un cadre particulièrement agréable.


]]>
Motion de soutien aux éleveurs votée à l’unanimité par le comité syndical du Parc http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/motion-de-soutien-aux-eleveurs-votee-a-l-unanimite-par-le-comite-syndical-du-parc--257.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Dans un contexte de réforme des zones défavorisées, le Ministère de l'Agriculture a proposé une nouvelle carte. Cette dernière, excluant le secteur de Carrouges, a suscité la réaction du comité syndical qui a dès lors voté (à l'unanimité) une motion de soutien aux éleveurs du territoire.

Qu'est-ce que l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) ?

L'ICHN est un dispositif de la Politique Agricole Commune (PAC), qui vise à soutenir le maintien d'une activité agricole dans les zones défavorisées par l'altitude, de fortes pentes, l'excès d'eau dans les sols et d'autres caractéristiques physiques du territoire. Ce dispositif se traduit par le versement d'une aide financière à l'hectare pour les éleveurs situés dans ces zones défavorisées, réduisant ainsi les différences de revenu qui perdurent entre les agriculteurs des zones défavorisées et ceux de régions plus propices à l'agriculture.

Réforme des zones défavorisées

Dans un contexte de réforme des zones défavorisées, zones éligibles à l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN), le Ministère de l'Agriculture a proposé une première mouture de la nouvelle carte des zones défavorisées à l'automne 2016. Ce travail de révision s'appuie d'une part sur des règles européennes, notamment des critères biophysiques (pente, excès d'eau dans le sol, texture et pierrosité…) et d'autre part sur des critères nationaux définis en concertation avec la profession agricole et les Régions. L'application de la nouvelle carte des zones défavorisées sera effective au plus tard le 1er avril 2018.

Une proposition de carte qui exclut le secteur de Carrouges

L'exclusion du secteur de Carrouges des zones défavorisées, comme le suggère la nouvelle proposition de carte, viendrait mettre à mal les élevages qui valorisent l'herbe. Sollicité par la profession agricole, le Parc a aussitôt réagi et contesté cette nouvelle carte en votant à l'unanimité la motion de soutien aux éleveurs du territoire, lors du comité syndical du vendredi 17 mars.

Soutenir l'activité agricole du territoire : une priorité

La Charte du Parc reconnaît l'importance de l'agriculture sur son territoire sur les plans économique, social et environnemental. Le maintien de l'élevage valorisant l'herbe est une priorité.
Soucieux de l'évolution de l'agriculture sur son territoire et du maintien d'une production basée sur la valorisation des prairies permanentes, le Parc plaide en faveur du renouvellement du classement du secteur de Carrouges en zones défavorisées. Il voit là une opportunité de soutenir les éleveurs de son territoire, alors que la tentation d'abandonner l'élevage pour passer aux grandes cultures est forte.

]]>
Dans un contexte de réforme des zones défavorisées, le Ministère de l'Agriculture a proposé une nouvelle carte. Cette dernière, excluant le secteur de Carrouges, a suscité la réaction du comité syndical qui a dès lors voté (à l'unanimité) une motion de soutien aux éleveurs du territoire.

Qu'est-ce que l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) ?

L'ICHN est un dispositif de la Politique Agricole Commune (PAC), qui vise à soutenir le maintien d'une activité agricole dans les zones défavorisées par l'altitude, de fortes pentes, l'excès d'eau dans les sols et d'autres caractéristiques physiques du territoire. Ce dispositif se traduit par le versement d'une aide financière à l'hectare pour les éleveurs situés dans ces zones défavorisées, réduisant ainsi les différences de revenu qui perdurent entre les agriculteurs des zones défavorisées et ceux de régions plus propices à l'agriculture.

Réforme des zones défavorisées

Dans un contexte de réforme des zones défavorisées, zones éligibles à l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN), le Ministère de l'Agriculture a proposé une première mouture de la nouvelle carte des zones défavorisées à l'automne 2016. Ce travail de révision s'appuie d'une part sur des règles européennes, notamment des critères biophysiques (pente, excès d'eau dans le sol, texture et pierrosité…) et d'autre part sur des critères nationaux définis en concertation avec la profession agricole et les Régions. L'application de la nouvelle carte des zones défavorisées sera effective au plus tard le 1er avril 2018.

Une proposition de carte qui exclut le secteur de Carrouges

L'exclusion du secteur de Carrouges des zones défavorisées, comme le suggère la nouvelle proposition de carte, viendrait mettre à mal les élevages qui valorisent l'herbe. Sollicité par la profession agricole, le Parc a aussitôt réagi et contesté cette nouvelle carte en votant à l'unanimité la motion de soutien aux éleveurs du territoire, lors du comité syndical du vendredi 17 mars.

Soutenir l'activité agricole du territoire : une priorité

La Charte du Parc reconnaît l'importance de l'agriculture sur son territoire sur les plans économique, social et environnemental. Le maintien de l'élevage valorisant l'herbe est une priorité.
Soucieux de l'évolution de l'agriculture sur son territoire et du maintien d'une production basée sur la valorisation des prairies permanentes, le Parc plaide en faveur du renouvellement du classement du secteur de Carrouges en zones défavorisées. Il voit là une opportunité de soutenir les éleveurs de son territoire, alors que la tentation d'abandonner l'élevage pour passer aux grandes cultures est forte.

]]>
Les enfants retroussent leurs manches : 100 mètres de haie bocagère plantés ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/les-enfants-retroussent-leurs-manches-100-metres-de-haie-bocagere-plantes--250.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Animé par le Parc, ce rendez-vous constituait la troisième étape du projet « Fais ton bocage ». Après avoir étudié les intérêts écologiques d’une haie, découvert la faune et la flore du bocage, les enfants ont pu mettre en terre les espèces d’arbres qu’ils ont eux-mêmes choisies.
Plantée sur le parcours des volailles, cette haie offrira de nombreux avantages : en fournissant un abri aux animaux, on améliore leur confort, favorise la biodiversité, et on donne du relief au paysage.

Ces actions de sensibilisation/animations ludiques, entreprises depuis plusieurs mois auprès des élèves de l’école, s’inscrivent dans le cadre du contrat nature du territoire compris entre les Alpes Mancelles et la forêt de Sillé. Dans quelques temps, les enfants retourneront voir les plants, sur lesquels ils ont laissé leur prénom via une étiquette. L’occasion pour eux de faire un point et de voir comment ces derniers ont évolué.

 

Retrouvez l'article de Ouest-france à ce sujet ici


]]>

Animé par le Parc, ce rendez-vous constituait la troisième étape du projet « Fais ton bocage ». Après avoir étudié les intérêts écologiques d’une haie, découvert la faune et la flore du bocage, les enfants ont pu mettre en terre les espèces d’arbres qu’ils ont eux-mêmes choisies.
Plantée sur le parcours des volailles, cette haie offrira de nombreux avantages : en fournissant un abri aux animaux, on améliore leur confort, favorise la biodiversité, et on donne du relief au paysage.

Ces actions de sensibilisation/animations ludiques, entreprises depuis plusieurs mois auprès des élèves de l’école, s’inscrivent dans le cadre du contrat nature du territoire compris entre les Alpes Mancelles et la forêt de Sillé. Dans quelques temps, les enfants retourneront voir les plants, sur lesquels ils ont laissé leur prénom via une étiquette. L’occasion pour eux de faire un point et de voir comment ces derniers ont évolué.

 

Retrouvez l'article de Ouest-france à ce sujet ici


]]>
Colloque « Revitalisons nos centres-bourgs ! » : construisons ensemble les solutions de demain ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/colloque-revitalisons-nos-centres-bourgs--construisons-ensemble-les-solutions-de-demain--252.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Entre compréhension du phénomène de dévitalisation et partage de bonnes pratiques, ce colloque a permis de créer une réelle synergie et d'amener une réflexion nouvelle. La journée, introduite par la Présidente du Parc Normandie-Maine Maryse OLIVEIRA, s'est conclue par un mot de Laurent MARTING, vice-président du Parc au Conseil régional de Normandie.


Croiser les compétences pour contextualiser et saisir les enjeux dans leur globalité

Départements, services de l'État, Conseils d'architecture, d'urbanisme et d'environnement (CAUE),  universitaires, représentants des chambres consulaires, élus municipaux, communautaires, départementaux et régionaux, de l'élu de communes et de communautés de communes du Parc, ainsi que des praticiens de la revitalisation des centres-bourgs étaient présents. De nombreux acteurs ont ainsi pu apporter leur regard et raconter leurs expériences afin d'apporter un éclairage et une compréhension de la problématique dans son ensemble. Constat d'une dévitalisation des centres-bourgs et explication du phénomène, présentation d'outils méthodologiques, retours d'expériences au sein du Parc Normandie-Maine et au-delà, table ronde sur le thème de la participation des habitants : optimiste et tourné vers l'avenir, le colloque a permis aux participants de découvrir des projets innovants et des approches variées. Cette rencontre promet d'inspirer l'émergence de nouvelles pratiques en faveur de la revitalisation des centres-bourgs !

La dévitalisation des centres bourgs : un phénomène national, des solutions locales et transversales

Si la dévitalisation est un « phénomène national », comme l'a relevé Robert Hérin, géographe et professeur émérite à l'Université de Caen, elle doit cependant faire l'objet d'une réflexion au cas par cas. Les spécificités de chaque territoire, qu'il s'agisse de leur histoire ou de leurs évolutions socio-économiques particulières, doivent être prises en compte dans l'élaboration des projets d'aménagements. La participation des habitants et la volonté d'engager une démarche collective autour d'actions de revitalisation constituent également un aspect prégnant de cette rencontre : informer, impliquer pour comprendre les besoins réels et penser ensemble l'avenir de nos centres-bourgs est un facteur de réussite. La présentation de projets mis en œuvre à Pré-en-Pail St-Samson (53), Sillé-le-Guillaume (72) pour le Parc Normandie Maine, mais aussi au sein du Parc Livradois-Forez, du Parc des Marais du Cotentin et du Bessin ou encore en Bretagne, illustre bien cette volonté partagée d'engager collectivement un processus de redynamisation.

 

]]>
Entre compréhension du phénomène de dévitalisation et partage de bonnes pratiques, ce colloque a permis de créer une réelle synergie et d'amener une réflexion nouvelle. La journée, introduite par la Présidente du Parc Normandie-Maine Maryse OLIVEIRA, s'est conclue par un mot de Laurent MARTING, vice-président du Parc au Conseil régional de Normandie.


Croiser les compétences pour contextualiser et saisir les enjeux dans leur globalité

Départements, services de l'État, Conseils d'architecture, d'urbanisme et d'environnement (CAUE),  universitaires, représentants des chambres consulaires, élus municipaux, communautaires, départementaux et régionaux, de l'élu de communes et de communautés de communes du Parc, ainsi que des praticiens de la revitalisation des centres-bourgs étaient présents. De nombreux acteurs ont ainsi pu apporter leur regard et raconter leurs expériences afin d'apporter un éclairage et une compréhension de la problématique dans son ensemble. Constat d'une dévitalisation des centres-bourgs et explication du phénomène, présentation d'outils méthodologiques, retours d'expériences au sein du Parc Normandie-Maine et au-delà, table ronde sur le thème de la participation des habitants : optimiste et tourné vers l'avenir, le colloque a permis aux participants de découvrir des projets innovants et des approches variées. Cette rencontre promet d'inspirer l'émergence de nouvelles pratiques en faveur de la revitalisation des centres-bourgs !

La dévitalisation des centres bourgs : un phénomène national, des solutions locales et transversales

Si la dévitalisation est un « phénomène national », comme l'a relevé Robert Hérin, géographe et professeur émérite à l'Université de Caen, elle doit cependant faire l'objet d'une réflexion au cas par cas. Les spécificités de chaque territoire, qu'il s'agisse de leur histoire ou de leurs évolutions socio-économiques particulières, doivent être prises en compte dans l'élaboration des projets d'aménagements. La participation des habitants et la volonté d'engager une démarche collective autour d'actions de revitalisation constituent également un aspect prégnant de cette rencontre : informer, impliquer pour comprendre les besoins réels et penser ensemble l'avenir de nos centres-bourgs est un facteur de réussite. La présentation de projets mis en œuvre à Pré-en-Pail St-Samson (53), Sillé-le-Guillaume (72) pour le Parc Normandie Maine, mais aussi au sein du Parc Livradois-Forez, du Parc des Marais du Cotentin et du Bessin ou encore en Bretagne, illustre bien cette volonté partagée d'engager collectivement un processus de redynamisation.

 

]]>
Mayennais et Sarthois primés au Salon grâce au Parc ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/mayennais-et-sarthois-primes-au-salon-grace-au-parc--249.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Jeudi 2 mars, avait lieu au Salon International de l'Agriculture la remise des prix du Concours général agricole des Prairies fleuries. Le Parc naturel régional Normandie-Maine participe depuis 6 ans au concours agricole et depuis 3 ans au jury élèves avec des agriculteurs et établissements scolaires du territoire.

Pour l'édition 2016, le concours local se déroulait sur la partie sarthoise du Parc - autour de Perseigne.

Cyril et Damien ADAM de la SCEA Perseigne, ont représenté le territoire du Parc Normandie-Maine au concours national pour la catégorie prairie de fauche. 10 autres agriculteurs de toute la France concouraient également dans cette catégorie. Ils se sont vus remettre le 2ème prix d'excellence agri-écologique dans cette catégorie pour leurs pratiques agricoles sur cette parcelle.

Les étudiants de BTS Production animale du lycée agricole de Laval ont quand à eux participé au jury élèves. En apprentis jury, ils avaient visité deux parcelles agricoles dont celle de Cyril et Damien. Ils ont reçu le 1er prix du jury élèves pour la qualité de leur travail qui a été saluée par l'ensemble des agriculteurs et organismes agricoles réunis à Paris.

Bravo à tous !

]]>
Jeudi 2 mars, avait lieu au Salon International de l'Agriculture la remise des prix du Concours général agricole des Prairies fleuries. Le Parc naturel régional Normandie-Maine participe depuis 6 ans au concours agricole et depuis 3 ans au jury élèves avec des agriculteurs et établissements scolaires du territoire.

Pour l'édition 2016, le concours local se déroulait sur la partie sarthoise du Parc - autour de Perseigne.

Cyril et Damien ADAM de la SCEA Perseigne, ont représenté le territoire du Parc Normandie-Maine au concours national pour la catégorie prairie de fauche. 10 autres agriculteurs de toute la France concouraient également dans cette catégorie. Ils se sont vus remettre le 2ème prix d'excellence agri-écologique dans cette catégorie pour leurs pratiques agricoles sur cette parcelle.

Les étudiants de BTS Production animale du lycée agricole de Laval ont quand à eux participé au jury élèves. En apprentis jury, ils avaient visité deux parcelles agricoles dont celle de Cyril et Damien. Ils ont reçu le 1er prix du jury élèves pour la qualité de leur travail qui a été saluée par l'ensemble des agriculteurs et organismes agricoles réunis à Paris.

Bravo à tous !

]]>
Le guide des rendez-vous du Parc 2017 est disponible ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/le-guide-des-rendez-vous-du-parc-2017-est-disponible--251.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Amoureux de la nature, passionné d'histoire, amateur d'art… Il y en a pour tous les goûts et tous les âges !
En famille ou entre amis, vous pourrez participer à de nombreuses activités : balades découvertes, club nature, randonnées, concerts, spectacles, ou encore ateliers participatifs (bricolage, cuisine, dessin, peinture...) vous sont proposés tout au long de l'année.

Au total, près de 100 rendez-vous sont programmés sur l'ensemble du territoire, soit autant d'occasions de s'initier à de nouvelles pratiques, d'échanger, et de découvrir le Parc sous tous les angles !


Consulter le guide

]]>
Amoureux de la nature, passionné d'histoire, amateur d'art… Il y en a pour tous les goûts et tous les âges !
En famille ou entre amis, vous pourrez participer à de nombreuses activités : balades découvertes, club nature, randonnées, concerts, spectacles, ou encore ateliers participatifs (bricolage, cuisine, dessin, peinture...) vous sont proposés tout au long de l'année.

Au total, près de 100 rendez-vous sont programmés sur l'ensemble du territoire, soit autant d'occasions de s'initier à de nouvelles pratiques, d'échanger, et de découvrir le Parc sous tous les angles !


Consulter le guide

]]>
Prenez date pour le colloque « Revitalisons nos centres-bourgs ! » http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/prenez-date-pour-le-colloque-revitalisons-nos-centres-bourgs--247.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La mission sur les centres-bourgs, initiée depuis juin 2015 par le Parc naturel régional Normandie-Maine, a permis de définir et d'expérimenter plusieurs actions, en particulier à Pré-en-Pail St-Samson (53) et Sillé-le-Guillaume (72). Différents projets ont été menés dans une approche à la fois transversale et participative. A partir de ces expériences, le Parc souhaite désormais s'inscrire dans une démarche de capitalisation, d'échanges et d'essaimage.

A destination des élus et techniciens du territoire, nous proposons une journée favorisant le partage d'expériences sur la revitalisation des centres-bourgs, en mettant l'accent sur la participation des habitants. Le colloque "Revitalisons nos centres-bourgs !" aura ainsi lieu le jeudi 9 mars 2017 à la Maison du Parc à Carrouges, de 9h30 à 17h.

A l'image de l'accompagnement des territoires, ce colloque est co-organisé par le Parc, les services de l'État, les CAUE et les services départementaux des quatre départements que recouvre le Parc (Orne, Sarthe, Mayenne et Manche). On pourra y découvrir les témoignages d'élus locaux et de professionnels (géographe, urbaniste, architecte, sociologue) qui ont travaillé sur ces démarches, au sein du Parc mais également en Bretagne, dans la Manche ou encore dans le Livradois-Forez.

Le nombre de places étant limité, nous vous remercions de vous inscrire avant le 1er mars 2017 au 02 33 81 75 75.

]]>
La mission sur les centres-bourgs, initiée depuis juin 2015 par le Parc naturel régional Normandie-Maine, a permis de définir et d'expérimenter plusieurs actions, en particulier à Pré-en-Pail St-Samson (53) et Sillé-le-Guillaume (72). Différents projets ont été menés dans une approche à la fois transversale et participative. A partir de ces expériences, le Parc souhaite désormais s'inscrire dans une démarche de capitalisation, d'échanges et d'essaimage.

A destination des élus et techniciens du territoire, nous proposons une journée favorisant le partage d'expériences sur la revitalisation des centres-bourgs, en mettant l'accent sur la participation des habitants. Le colloque "Revitalisons nos centres-bourgs !" aura ainsi lieu le jeudi 9 mars 2017 à la Maison du Parc à Carrouges, de 9h30 à 17h.

A l'image de l'accompagnement des territoires, ce colloque est co-organisé par le Parc, les services de l'État, les CAUE et les services départementaux des quatre départements que recouvre le Parc (Orne, Sarthe, Mayenne et Manche). On pourra y découvrir les témoignages d'élus locaux et de professionnels (géographe, urbaniste, architecte, sociologue) qui ont travaillé sur ces démarches, au sein du Parc mais également en Bretagne, dans la Manche ou encore dans le Livradois-Forez.

Le nombre de places étant limité, nous vous remercions de vous inscrire avant le 1er mars 2017 au 02 33 81 75 75.

]]>
Les chantiers pédagogiques se succèdent http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/les-chantiers-pedagogiques-se-succedent-246.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Onze jours de chantiers pédagogiques se sont succédés durant près d'un mois sur plusieurs sites remarquables du territoire : tourbières du Buisson de Malheur (53) et de l'Osier (72), landes du Souprat (53) et de Montmerrei (61), prairies tourbeuses de la Pitoisière (61).

L'hiver est certes propice aux travaux de restauration en milieux naturels mais aussi aux actions de formation. Depuis 2014, le Parc a renforcé le partenariat avec le lycée Rochefeuille de Mayenne et le lycée agricole de Sées sur ce type d'opérations. Sous l'encadrement des techniciens du Parc et de leurs enseignants, les étudiants ont l'occasion de tester grandeur réelle leurs apprentissages.

La préparation et le suivi de ces chantiers comme la maîtrise des outils (débroussailleuse, tronçonneuse) rentrent directement dans leur examen professionnel. C'est également une occasion privilégiée d'échanger avec des professionnels.

Loin d'être anecdotique, ce renfort ponctuel constitue un réel coup de pouce permettant de faire des actions concrètes nécessaires pour la conservation de milieux naturels menacés et des espèces qui vivent sur les espaces. Ainsi, sur certains secteurs des Avaloirs, les chantiers de restauration conduits il y a deux ans ont contribué directement au retour du Busard Saint-Martin en période de reproduction les années suivantes.

Comme ces trois dernières années, un chantier de restauration de lande réunissant durant une semaine les terminales du lycée Rochefeuille et les BTS du lycée agricole de Sées sera organisé début mars. Il conclura une année scolaire riche en restauration et en formation.

]]>
Onze jours de chantiers pédagogiques se sont succédés durant près d'un mois sur plusieurs sites remarquables du territoire : tourbières du Buisson de Malheur (53) et de l'Osier (72), landes du Souprat (53) et de Montmerrei (61), prairies tourbeuses de la Pitoisière (61).

L'hiver est certes propice aux travaux de restauration en milieux naturels mais aussi aux actions de formation. Depuis 2014, le Parc a renforcé le partenariat avec le lycée Rochefeuille de Mayenne et le lycée agricole de Sées sur ce type d'opérations. Sous l'encadrement des techniciens du Parc et de leurs enseignants, les étudiants ont l'occasion de tester grandeur réelle leurs apprentissages.

La préparation et le suivi de ces chantiers comme la maîtrise des outils (débroussailleuse, tronçonneuse) rentrent directement dans leur examen professionnel. C'est également une occasion privilégiée d'échanger avec des professionnels.

Loin d'être anecdotique, ce renfort ponctuel constitue un réel coup de pouce permettant de faire des actions concrètes nécessaires pour la conservation de milieux naturels menacés et des espèces qui vivent sur les espaces. Ainsi, sur certains secteurs des Avaloirs, les chantiers de restauration conduits il y a deux ans ont contribué directement au retour du Busard Saint-Martin en période de reproduction les années suivantes.

Comme ces trois dernières années, un chantier de restauration de lande réunissant durant une semaine les terminales du lycée Rochefeuille et les BTS du lycée agricole de Sées sera organisé début mars. Il conclura une année scolaire riche en restauration et en formation.

]]>
Suivi climatologique du pierrier du Roc au Chien http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/suivi-climatologique-du-pierrier-du-roc-au-chien-248.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités Les pierriers représentent un patrimoine naturel d'exception du territoire du Parc Normandie-Maine. Il est le témoin des périodes froides (glaciations) qui se succèdent depuis plus de deux millions d'années sur la Terre.

Dans le cadre des objectifs d'amélioration de connaissances des pierriers et du projet de classement en réserve naturelle régionale, un suivi climatologique a débuté au Roc au Chien en ce début d'année.

Des sondes enregistrant la température et l'humidité ont été disposées en surface et à différentes profondeurs.

 Les objectifs de cette étude sont multiples :

-          Evaluer la fréquence du gel et du dégel, responsable de la fragmentation de la roche et par conséquent de la formation du pierrier. L'étude de ces variations permettra d'appréhender la dynamique actuelle du pierrier : les blocs ont-ils la possibilité de se  fragmenter sous l'action du gel ou non.

-          Acquérir des connaissances sur les variations de températures sur la pente du pierrier pour mettre en évidence un éventuel topo-climat  (circulation d'air chaud vers le haut du pierrier, accumulation d'air froid à la base).

-          Acquérir des connaissances sur l'écologie des bryophytes (mousses) et lichens présents et sur leur répartition sur la pente des pierriers (notamment la concentration à la base du pierrier).

-          Appréhender les variations de température et d'hygrométrie des cavités (existantes entre les blocs), pour : d'une part, mieux connaître les fréquences gel / dégel en profondeur et d'autre part, mieux comprendre la répartition de la biodiversité.

Les sondes devraient rester en place plusieurs années pour assurer un meilleur suivi en fonction des saisons et des années. D'autres enregistreurs seront disposés dans l'avenir sur deux autres pierriers du territoire du Parc.

Outre une meilleure connaissance du climat au sein des pierriers, cette étude contribuera à une meilleure compréhension de l'évolution actuelle des pierriers et alimentera la réflexion sur la gestion à envisager sur ces derniers.

]]>
Dans le cadre des objectifs d'amélioration de connaissances des pierriers et du projet de classement en réserve naturelle régionale, un suivi climatologique a débuté au Roc au Chien en ce début d'année.

Des sondes enregistrant la température et l'humidité ont été disposées en surface et à différentes profondeurs.

 Les objectifs de cette étude sont multiples :

-          Evaluer la fréquence du gel et du dégel, responsable de la fragmentation de la roche et par conséquent de la formation du pierrier. L'étude de ces variations permettra d'appréhender la dynamique actuelle du pierrier : les blocs ont-ils la possibilité de se  fragmenter sous l'action du gel ou non.

-          Acquérir des connaissances sur les variations de températures sur la pente du pierrier pour mettre en évidence un éventuel topo-climat  (circulation d'air chaud vers le haut du pierrier, accumulation d'air froid à la base).

-          Acquérir des connaissances sur l'écologie des bryophytes (mousses) et lichens présents et sur leur répartition sur la pente des pierriers (notamment la concentration à la base du pierrier).

-          Appréhender les variations de température et d'hygrométrie des cavités (existantes entre les blocs), pour : d'une part, mieux connaître les fréquences gel / dégel en profondeur et d'autre part, mieux comprendre la répartition de la biodiversité.

Les sondes devraient rester en place plusieurs années pour assurer un meilleur suivi en fonction des saisons et des années. D'autres enregistreurs seront disposés dans l'avenir sur deux autres pierriers du territoire du Parc.

Outre une meilleure connaissance du climat au sein des pierriers, cette étude contribuera à une meilleure compréhension de l'évolution actuelle des pierriers et alimentera la réflexion sur la gestion à envisager sur ces derniers.

]]>
Meilleurs voeux 2017 http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/meilleurs-voeux-2017-245.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités ]]> Les landes de Montmerrei en restauration http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/les-landes-de-montmerrei-en-restauration-244.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le Parc naturel régional Normandie-Maine participe à la restauration des milieux naturels patrimoniaux dans les landes de Montmerrei.

Un chantier pédagogique avec les étudiants de première année du BTSA Gestion et Protection de la Nature du lycée agricole de Sées a permis de restaurer 2000 m² de landes humides et de tourbières le 15 décembre dernier. Ces travaux réalisés en accord avec le propriétaire vont permettre de conserver ces deux habitats naturels rares, menacés et d'intérêt européen au sein d'un vaste espace reboisé principalement avec des résineux dans les années 80.

Les étudiants ont abattu de nombreux arbres qui avaient colonisé la lande et sa périphérie. Ils ont exporté les branchages et le bois en dehors du site et arraché les semis de pins et de bourdaines. Cette action permettra de conserver les plantes caractéristiques de la lande humide que sont les bruyères et les ajoncs.

Ils ont également réalisé quatre étrépages dans les tourbières. Cette action consiste à prélever une couche de tourbe de 10 à 20 centimètres environ afin de créer une dynamique de recolonisation des plantes pionnières (premières plantes qui colonisent un milieux après une perturbation) comme la Droséra à feuilles rondes et la Grassette du Portugal.

Ces travaux s'inscrivent dans les actions que le Parc mène sur les milieux naturels identifiés comme patrimoniaux. Il s'agit de sites qui présentent des espèces végétales, animales et/ou des habitats naturels rares, menacés voire protégés.

]]>
Le Parc naturel régional Normandie-Maine participe à la restauration des milieux naturels patrimoniaux dans les landes de Montmerrei.

Un chantier pédagogique avec les étudiants de première année du BTSA Gestion et Protection de la Nature du lycée agricole de Sées a permis de restaurer 2000 m² de landes humides et de tourbières le 15 décembre dernier. Ces travaux réalisés en accord avec le propriétaire vont permettre de conserver ces deux habitats naturels rares, menacés et d'intérêt européen au sein d'un vaste espace reboisé principalement avec des résineux dans les années 80.

Les étudiants ont abattu de nombreux arbres qui avaient colonisé la lande et sa périphérie. Ils ont exporté les branchages et le bois en dehors du site et arraché les semis de pins et de bourdaines. Cette action permettra de conserver les plantes caractéristiques de la lande humide que sont les bruyères et les ajoncs.

Ils ont également réalisé quatre étrépages dans les tourbières. Cette action consiste à prélever une couche de tourbe de 10 à 20 centimètres environ afin de créer une dynamique de recolonisation des plantes pionnières (premières plantes qui colonisent un milieux après une perturbation) comme la Droséra à feuilles rondes et la Grassette du Portugal.

Ces travaux s'inscrivent dans les actions que le Parc mène sur les milieux naturels identifiés comme patrimoniaux. Il s'agit de sites qui présentent des espèces végétales, animales et/ou des habitats naturels rares, menacés voire protégés.

]]>
Le souffle des origines s’enracine en Normandie-Maine http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/le-souffle-des-origines-s-enracine-en-normandie-maine-242.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Depuis le 25 juin 2016, le visiteur du Musée du Poiré aura remarqué que le premier panneau de la visite fait état des origines de la Pomme. Dans son parcours de visite, il y a vu le Malus sylvestris et son cousin en rosacée le Pyrus cordata, pommier et poirier sauvages de nos anciennes forêts d'Europe. Il y a cherché le Malus sieversii, mentionné ici pour la première fois dans un Musée, tellement est récente la découverte des origines de la pomme (et peut être de la poire ?). Il est en effet démontré depuis peu par la génétique que les forêts de pommiers sauvages découvertes dans les montagnes célestes des contreforts de l'Himalaya, au sud-est du Kazakhstan, constituent le centre des origines de la pomme. Mais à la saison prochaine, le visiteur pourra l'y trouver !

Le Parc Normandie-Maine a invité de nombreux convives ce vendredi 25 novembre 2016 à la plantation d'un Malus sieversii. Ils étaient plus de 50 à déposer ce jeune ancêtre dans sa nouvelle demeure, sous la double protection du verger conservatoire et du Musée du Poiré, lieu de culture et de partage de connaissance.

Cet arbre est issu de spécimens importés du Kazakhstan à des fins de recherche via le conservatoire scientifique de Cornell, (USA) et après le cheminement réglementaire pour l'importation de végétaux, Il est donné au Parc Normandie-Maine par l'association ALMA, dont la Présidente, Catherine Peix a réalisé le film « Les Origines de la pomme ou le jardin d'Eden retrouvé ».

Depuis la première projection du film à Barenton en 2012, le Parc a développé un partenariat durable avec cette association, en proposant notamment film et débat à plus de 500 auditeurs. En effet, entre la biodiversité originelle des forêts primaires du Tian Shan  menacées par les activités humaines et la préservation des variétés anciennes de Normandie-Maine, la cause est commune.

Pour raconter combien sont liés l'origine de la biodiversité sur terre et le soin que l'on apporte aujourd'hui à la santé de nos paysages, notamment par l'usage qu'on en fait, le Parc Normandie-Maine, Krikor-Film et ALMA ont coproduit.

« De la forêt d'Eden aux vergers de Normandie-Maine »

Ce film de 17 mn est à visionner et à partager sans modération.

]]>
Depuis le 25 juin 2016, le visiteur du Musée du Poiré aura remarqué que le premier panneau de la visite fait état des origines de la Pomme. Dans son parcours de visite, il y a vu le Malus sylvestris et son cousin en rosacée le Pyrus cordata, pommier et poirier sauvages de nos anciennes forêts d'Europe. Il y a cherché le Malus sieversii, mentionné ici pour la première fois dans un Musée, tellement est récente la découverte des origines de la pomme (et peut être de la poire ?). Il est en effet démontré depuis peu par la génétique que les forêts de pommiers sauvages découvertes dans les montagnes célestes des contreforts de l'Himalaya, au sud-est du Kazakhstan, constituent le centre des origines de la pomme. Mais à la saison prochaine, le visiteur pourra l'y trouver !

Le Parc Normandie-Maine a invité de nombreux convives ce vendredi 25 novembre 2016 à la plantation d'un Malus sieversii. Ils étaient plus de 50 à déposer ce jeune ancêtre dans sa nouvelle demeure, sous la double protection du verger conservatoire et du Musée du Poiré, lieu de culture et de partage de connaissance.

Cet arbre est issu de spécimens importés du Kazakhstan à des fins de recherche via le conservatoire scientifique de Cornell, (USA) et après le cheminement réglementaire pour l'importation de végétaux, Il est donné au Parc Normandie-Maine par l'association ALMA, dont la Présidente, Catherine Peix a réalisé le film « Les Origines de la pomme ou le jardin d'Eden retrouvé ».

Depuis la première projection du film à Barenton en 2012, le Parc a développé un partenariat durable avec cette association, en proposant notamment film et débat à plus de 500 auditeurs. En effet, entre la biodiversité originelle des forêts primaires du Tian Shan  menacées par les activités humaines et la préservation des variétés anciennes de Normandie-Maine, la cause est commune.

Pour raconter combien sont liés l'origine de la biodiversité sur terre et le soin que l'on apporte aujourd'hui à la santé de nos paysages, notamment par l'usage qu'on en fait, le Parc Normandie-Maine, Krikor-Film et ALMA ont coproduit.

« De la forêt d'Eden aux vergers de Normandie-Maine »

Ce film de 17 mn est à visionner et à partager sans modération.

]]>
Déjà 11 275 mètres de végétations rivulaires restaurées http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/deja-11-275-metres-de-vegetations-rivulaires-restaurees-243.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La première tranche annuelle de travaux du programme de restauration des bassins Vée et Gourbe a permis d'engager de nombreux travaux sur le cours principal de la Vée et son principal affluent, le ruisseau de la Pourcellière (commune de la Sauvagère) :
- restauration de la végétation rivulaire sur 11 275 mètres de berge,
- enlèvement de 93 encombres dans le lit,
- pose de 8340 mètres de clôture pour protéger les cours d'eau du piétinement bovin,
- renaturation de 1 510 mètres de cours d'eau par recharge en graviers, cailloux et remise en fond de vallée.

La deuxième tranche, qui concerne la Gourbe et la Maure aval, est engagée depuis octobre avec des travaux qui vont concerner principalement cet hiver les végétations des bords de cours d'eau ou « ripisylves ».

Afin d'aider à l'avenir les propriétaires ou exploitants agricoles à mieux valoriser la végétation rivulaire et à pérenniser ces travaux de restauration grâce à une gestion qui soit favorable à la fois au bon fonctionnement écologique de la rivière mais aussi à une meilleure valorisation économique du bois, le Parc a élaboré un guide pratique. Télécharger le guide

Ce guide fournit les connaissances de base sur la ripisylve (différentes formes de végétation, obligation d'entretien, évolution des ripisylves et besoins d'entretien) et présente des fiches pratiques permettant de répondre à un certain nombre de situations qui peuvent être observées sur le terrain.

Ce guide sera diffusé cet hiver auprès des agriculteurs, propriétaires riverains et collectivités locales des bassins versants Vée et Gourbe. Une diffusion sera également assurée auprès de l'ensemble des communes et communautés de communes du territoire du Parc.

En 2016, les riverains se sont également appropriés ces enjeux de restauration en menant deux chantiers :

-  L'un à l'étang du petit Jard, alimenté par un affluent de la Gourbe. Il a fait l'objet d'un aménagement pour limiter son impact sur la qualité de l'eau en aval. Financé par son propriétaire (2 000 €), cet aménagement suggéré par le Parc a vocation à rejeter les eaux plus fraîches situées 2 m sous la surface de l'étang. Un suivi avait mis en évidence des écarts de 8° entre température de surface et à 2 m de profondeur (27° contre 19°).

- L'autre concerne 171 peupliers bordant la Vée directement en aval de Bagnoles-de-l'Orne. Ils ont été abattus en septembre/octobre avec l'accord des propriétaires et la contribution d'un agriculteur riverain. La valorisation des grumes par la scierie Foucher à Saint-Bômer-les-Forges a permis de rémunérer l'ensemble des travaux (abattage, débardage, mise en tas des branches). Le Parc coordonnait ce chantier qui n'a pas coûté un centime à la collectivité et permettra à une végétation mieux adaptée à la rive des cours d'eau (aulnes, saules, …) de se développer.

]]>
La première tranche annuelle de travaux du programme de restauration des bassins Vée et Gourbe a permis d'engager de nombreux travaux sur le cours principal de la Vée et son principal affluent, le ruisseau de la Pourcellière (commune de la Sauvagère) :
- restauration de la végétation rivulaire sur 11 275 mètres de berge,
- enlèvement de 93 encombres dans le lit,
- pose de 8340 mètres de clôture pour protéger les cours d'eau du piétinement bovin,
- renaturation de 1 510 mètres de cours d'eau par recharge en graviers, cailloux et remise en fond de vallée.

La deuxième tranche, qui concerne la Gourbe et la Maure aval, est engagée depuis octobre avec des travaux qui vont concerner principalement cet hiver les végétations des bords de cours d'eau ou « ripisylves ».

Afin d'aider à l'avenir les propriétaires ou exploitants agricoles à mieux valoriser la végétation rivulaire et à pérenniser ces travaux de restauration grâce à une gestion qui soit favorable à la fois au bon fonctionnement écologique de la rivière mais aussi à une meilleure valorisation économique du bois, le Parc a élaboré un guide pratique. Télécharger le guide

Ce guide fournit les connaissances de base sur la ripisylve (différentes formes de végétation, obligation d'entretien, évolution des ripisylves et besoins d'entretien) et présente des fiches pratiques permettant de répondre à un certain nombre de situations qui peuvent être observées sur le terrain.

Ce guide sera diffusé cet hiver auprès des agriculteurs, propriétaires riverains et collectivités locales des bassins versants Vée et Gourbe. Une diffusion sera également assurée auprès de l'ensemble des communes et communautés de communes du territoire du Parc.

En 2016, les riverains se sont également appropriés ces enjeux de restauration en menant deux chantiers :

-  L'un à l'étang du petit Jard, alimenté par un affluent de la Gourbe. Il a fait l'objet d'un aménagement pour limiter son impact sur la qualité de l'eau en aval. Financé par son propriétaire (2 000 €), cet aménagement suggéré par le Parc a vocation à rejeter les eaux plus fraîches situées 2 m sous la surface de l'étang. Un suivi avait mis en évidence des écarts de 8° entre température de surface et à 2 m de profondeur (27° contre 19°).

- L'autre concerne 171 peupliers bordant la Vée directement en aval de Bagnoles-de-l'Orne. Ils ont été abattus en septembre/octobre avec l'accord des propriétaires et la contribution d'un agriculteur riverain. La valorisation des grumes par la scierie Foucher à Saint-Bômer-les-Forges a permis de rémunérer l'ensemble des travaux (abattage, débardage, mise en tas des branches). Le Parc coordonnait ce chantier qui n'a pas coûté un centime à la collectivité et permettra à une végétation mieux adaptée à la rive des cours d'eau (aulnes, saules, …) de se développer.

]]>
Le Parc designé animateur d'un 12ème site Natura 2000 http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/le-parc-designe-animateur-d-un-12eme-site-natura-2000-241.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Natura 2000 est un réseau européen de sites qui vise à préserver le patrimoine naturel en prenant en compte le contexte socio-économique de chaque région concernée. La France a réalisé un inventaire des sites abritant des milieux naturels remarquables pour lesquels les objectifs et des mesures de gestion adaptées à leur préservation sont définis en concertation avec les acteurs locaux. On dénombre à ce jour en France 1 758 sites répartis sur 13 210 communes.

Pour chaque site, un comité de pilotage composé d'élus, d'associations de protection de la nature et d'organismes socioprofessionnels est constitué. Il élit en son sein un président de site, valide le document d'objectifs du site et suit sa mise en œuvre par l'opérateur désigné.

Le Parc Normandie-Maine vient d'être désigné maître d'ouvrage du site Natura 2000 « Bocage de la forêt de Monnaie à Javron-les-Chapelles » lors du comité pilotage du 10 novembre dernier. Monsieur Dominique Bourgault, vice-président à la communauté de communes du Mont des Avaloirs, en charge de la commission « Environnement et Développement Durable » a été élu président de ce comité de pilotage.

Ce site d'une superficie de 6 451 hectares s'étend sur 9 communes de la Mayenne dont 7 situées sur le territoire du Parc. Il a été désigné Natura 2000 en 2006 au titre de la directive Habitats pour la présence de trois insectes reconnus espèces d'intérêt européen (le Pique-prune, le Grand capricorne et le Lucane cerf-volant) qui se nourrissent de bois morts (saproxylique). Ces insectes sont donc dépendants des arbres à cavités, âgés et du bois mort, essentiellement des chênes exploités en têtards, dans les haies denses du maillage bocager pouvant encore subsister sur ce territoire.

La maîtrise d'ouvrage du Parc a été renouvelée pour trois autres sites Natura 2000 dont le Parc poursuivra l'animation :

 - Le comité de pilotage du site Natura 2000 « Vallée du Sarthon et ses affluents », s'est réuni le 29 avril 2016 et Madame Maryse Oliveira a été élue présidente pour ce site.

 - La présidence du comité de pilotage du site « Haute vallée de la Sarthe » sera assurée par Monsieur Ronan Daniel, conseiller de la commune de Coulonges-sur-Sarthe (72), élu le 23 septembre 2016.

 - Enfin, le comité de pilotage du site Natura 2000 « Anciennes mines de Barenton et de Bion » sera présidé par Madame Valérie Normand, maire de la commune de Ger (50), élue le 6 octobre 2016.

Le Parc est donc désormais animateur de 12 sites Natura 2000, 6 en Pays de la Loire et 6 en Normandie.

]]>
Natura 2000 est un réseau européen de sites qui vise à préserver le patrimoine naturel en prenant en compte le contexte socio-économique de chaque région concernée. La France a réalisé un inventaire des sites abritant des milieux naturels remarquables pour lesquels les objectifs et des mesures de gestion adaptées à leur préservation sont définis en concertation avec les acteurs locaux. On dénombre à ce jour en France 1 758 sites répartis sur 13 210 communes.

Pour chaque site, un comité de pilotage composé d'élus, d'associations de protection de la nature et d'organismes socioprofessionnels est constitué. Il élit en son sein un président de site, valide le document d'objectifs du site et suit sa mise en œuvre par l'opérateur désigné.

Le Parc Normandie-Maine vient d'être désigné maître d'ouvrage du site Natura 2000 « Bocage de la forêt de Monnaie à Javron-les-Chapelles » lors du comité pilotage du 10 novembre dernier. Monsieur Dominique Bourgault, vice-président à la communauté de communes du Mont des Avaloirs, en charge de la commission « Environnement et Développement Durable » a été élu président de ce comité de pilotage.

Ce site d'une superficie de 6 451 hectares s'étend sur 9 communes de la Mayenne dont 7 situées sur le territoire du Parc. Il a été désigné Natura 2000 en 2006 au titre de la directive Habitats pour la présence de trois insectes reconnus espèces d'intérêt européen (le Pique-prune, le Grand capricorne et le Lucane cerf-volant) qui se nourrissent de bois morts (saproxylique). Ces insectes sont donc dépendants des arbres à cavités, âgés et du bois mort, essentiellement des chênes exploités en têtards, dans les haies denses du maillage bocager pouvant encore subsister sur ce territoire.

La maîtrise d'ouvrage du Parc a été renouvelée pour trois autres sites Natura 2000 dont le Parc poursuivra l'animation :

 - Le comité de pilotage du site Natura 2000 « Vallée du Sarthon et ses affluents », s'est réuni le 29 avril 2016 et Madame Maryse Oliveira a été élue présidente pour ce site.

 - La présidence du comité de pilotage du site « Haute vallée de la Sarthe » sera assurée par Monsieur Ronan Daniel, conseiller de la commune de Coulonges-sur-Sarthe (72), élu le 23 septembre 2016.

 - Enfin, le comité de pilotage du site Natura 2000 « Anciennes mines de Barenton et de Bion » sera présidé par Madame Valérie Normand, maire de la commune de Ger (50), élue le 6 octobre 2016.

Le Parc est donc désormais animateur de 12 sites Natura 2000, 6 en Pays de la Loire et 6 en Normandie.

]]>
Formation des enseignants à la démarche E3D http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/formation-des-enseignants-a-la-demarche-e3d-240.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Depuis 2011, le Parc est reconnu relai local éco-école et E3D (établissements en Démarche de Développement Durable) par la Région Normandie. Il apporte conseils et méthodes aux établissements de son territoire. En 5 ans, 27 établissements ont ainsi été accompagnés par le Parc.

Afin de transmettre plus largement aux équipes pédagogiques l'expérience acquise par le Parc, une formation a été proposée avec l'appui et le relai de l'Education Nationale. Celle-ci aborde la démarche E3D de la méthodologie jusqu'à la labellisation des établissements, en précisant les leviers facilitateurs ou au contraire les écueils à éviter.

Ainsi mercredi 9 Novembre, 12 enseignants et/ou directeurs d'écoles élémentaires de la Sarthe ont participé à cette première formation proposée par le Parc et intitulée : " Monter un projet E3D* dans son établissement : méthodologie ".

Cette formation de 2h a été très appréciée des enseignants qui sont repartis avec des conseils afin de pouvoir proposer un projet d'établissement orienté autour du développement durable dans leurs écoles respectives. Cette première initiative sera probablement reconduite l'an prochain et proposée dans chacune des circonscriptions du territoire.

En attendant, retrouvez les conseils méthodologiques du Parc dans son guide pédagogique


]]>
Depuis 2011, le Parc est reconnu relai local éco-école et E3D (établissements en Démarche de Développement Durable) par la Région Normandie. Il apporte conseils et méthodes aux établissements de son territoire. En 5 ans, 27 établissements ont ainsi été accompagnés par le Parc.

Afin de transmettre plus largement aux équipes pédagogiques l'expérience acquise par le Parc, une formation a été proposée avec l'appui et le relai de l'Education Nationale. Celle-ci aborde la démarche E3D de la méthodologie jusqu'à la labellisation des établissements, en précisant les leviers facilitateurs ou au contraire les écueils à éviter.

Ainsi mercredi 9 Novembre, 12 enseignants et/ou directeurs d'écoles élémentaires de la Sarthe ont participé à cette première formation proposée par le Parc et intitulée : " Monter un projet E3D* dans son établissement : méthodologie ".

Cette formation de 2h a été très appréciée des enseignants qui sont repartis avec des conseils afin de pouvoir proposer un projet d'établissement orienté autour du développement durable dans leurs écoles respectives. Cette première initiative sera probablement reconduite l'an prochain et proposée dans chacune des circonscriptions du territoire.

En attendant, retrouvez les conseils méthodologiques du Parc dans son guide pédagogique


]]>
Les élus conquis par la géodiversité de notre territoire ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/les-elus-conquis-par-la-geodiversite-de-notre-territoire--239.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Afin de mieux faire connaître et comprendre son action, le Parc propose chaque année aux élus des journées découvertes thématiques.

Mardi 8 novembre dernier, le circuit proposé a permis à une trentaine d'élus de réaliser, en une journée, un voyage de 500 millions d'années en découvrant le travail mené sur la préservation et la mise en valeur de notre patrimoine géologique et le travail d'accompagnement du Parc pour que le Musée de la Préhistoire à Rânes, unique Musée de la Préhistoire de l'Ouest de la France, puisse voir le jour.

Première étape de la journée, la découverte de la réserve naturelle régionale géologique de Normandie-Maine (Carrière des Vaux) à Saint-Hilaire-la-Gérard. Retour en arrière de quelques 445 millions d'années, à l'époque où notre territoire était sous la mer. Un arrêt sur le site des pierres plates à Bagnoles-de-l'Orne-Normandie où une étude est en cours pour percer les mystères des traces laissées par les animaux des fonds marins il y a 470 millions d'années.

Après le déjeuner, le projet de réserve naturelle régionale sur le pierrier du Roc au chien a permis d'aborder la création d'une cluse et la vie d'un pierrier que l'on retrouve dans les massifs montagneux. La journée s'est terminée à Rânes par la découverte des aménagements Monts et Marches et le Musée de la Préhistoire. Ce Musée rend compte des occupations anciennes sur le département de l'Orne et particulièrement de l'importance de l'Homme de Neandertal et du site exceptionnel de Saint-Brice-sur-Rânes (atelier de taille de silex le plus important du Nord de la France).

Une seconde journée découverte est proposée aux élus fin 2016 ; elle aura lieu le jeudi 1er décembre 2016. Elle abordera la revitalisation des centres-bourgs en s'appuyant sur l'exemple de Sillé-le-Guillaume et présentera les actions menées sur la trame verte et bleue dans le cadre du contrat nature entre les Alpes mancelles et la Forêt de Sillé.

Il est encore temps de vous inscrire !

]]>
Afin de mieux faire connaître et comprendre son action, le Parc propose chaque année aux élus des journées découvertes thématiques.

Mardi 8 novembre dernier, le circuit proposé a permis à une trentaine d'élus de réaliser, en une journée, un voyage de 500 millions d'années en découvrant le travail mené sur la préservation et la mise en valeur de notre patrimoine géologique et le travail d'accompagnement du Parc pour que le Musée de la Préhistoire à Rânes, unique Musée de la Préhistoire de l'Ouest de la France, puisse voir le jour.

Première étape de la journée, la découverte de la réserve naturelle régionale géologique de Normandie-Maine (Carrière des Vaux) à Saint-Hilaire-la-Gérard. Retour en arrière de quelques 445 millions d'années, à l'époque où notre territoire était sous la mer. Un arrêt sur le site des pierres plates à Bagnoles-de-l'Orne-Normandie où une étude est en cours pour percer les mystères des traces laissées par les animaux des fonds marins il y a 470 millions d'années.

Après le déjeuner, le projet de réserve naturelle régionale sur le pierrier du Roc au chien a permis d'aborder la création d'une cluse et la vie d'un pierrier que l'on retrouve dans les massifs montagneux. La journée s'est terminée à Rânes par la découverte des aménagements Monts et Marches et le Musée de la Préhistoire. Ce Musée rend compte des occupations anciennes sur le département de l'Orne et particulièrement de l'importance de l'Homme de Neandertal et du site exceptionnel de Saint-Brice-sur-Rânes (atelier de taille de silex le plus important du Nord de la France).

Une seconde journée découverte est proposée aux élus fin 2016 ; elle aura lieu le jeudi 1er décembre 2016. Elle abordera la revitalisation des centres-bourgs en s'appuyant sur l'exemple de Sillé-le-Guillaume et présentera les actions menées sur la trame verte et bleue dans le cadre du contrat nature entre les Alpes mancelles et la Forêt de Sillé.

Il est encore temps de vous inscrire !

]]>
Noël à la Maison du Parc - Des moments à partager ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/noel-a-la-maison-du-parc-des-moments-a-partager--235.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

En famille ou entre amis, vous êtes chaleureusement invités à venir passer un moment festif et convivial à la Maison du Parc : concerts, contes, ateliers de savoir-faire, cours de cuisine, balades en attelage…

A l'occasion de cette ouverture, vous pourrez aussi découvrir la décoration faite de grues en origami de Ghylenn DESCAMPS, plasticienne, de boules de Noël en raku de Corinne LACROIX, céramiste, et de poésies choisies par Nathalie PIOGER de la « Compagnie du Lointain » sur les vitres de la Maison du Parc. Le feu de cheminée crépite, jus de pomme et chocolat chaud vous attendent, il ne manque que vous.

>> Télécharger le programme

Du 10 au 23 décembre 2016
Ouvert tous les jours de 14h à 18h

Des cadeaux pour petits et grands !
Pour contribuer au développement économique de notre territoire, la Maison du Parc propose dans sa  boutique une large sélection de produits locaux et de nombreuses références d'ouvrages ludiques, scientifiques et historiques. A l'occasion de l'événement "Noël à la Maison du Parc", venez découvrir cette sélection et trouver des idées cadeaux originales pour se faire plaisir et pour faire plaisir.

Nos engagements :
-          une équipe pour vous accueillir et vous informer
-          des produits sous signe officiel de qualité
-          des produits locaux
-          une sélection d'ouvrages de référence (nature, patrimoine, culture bio, découvertes...)


 

]]>
En famille ou entre amis, vous êtes chaleureusement invités à venir passer un moment festif et convivial à la Maison du Parc : concerts, contes, ateliers de savoir-faire, cours de cuisine, balades en attelage…

A l'occasion de cette ouverture, vous pourrez aussi découvrir la décoration faite de grues en origami de Ghylenn DESCAMPS, plasticienne, de boules de Noël en raku de Corinne LACROIX, céramiste, et de poésies choisies par Nathalie PIOGER de la « Compagnie du Lointain » sur les vitres de la Maison du Parc. Le feu de cheminée crépite, jus de pomme et chocolat chaud vous attendent, il ne manque que vous.

>> Télécharger le programme

Du 10 au 23 décembre 2016
Ouvert tous les jours de 14h à 18h

Des cadeaux pour petits et grands !
Pour contribuer au développement économique de notre territoire, la Maison du Parc propose dans sa  boutique une large sélection de produits locaux et de nombreuses références d'ouvrages ludiques, scientifiques et historiques. A l'occasion de l'événement "Noël à la Maison du Parc", venez découvrir cette sélection et trouver des idées cadeaux originales pour se faire plaisir et pour faire plaisir.

Nos engagements :
-          une équipe pour vous accueillir et vous informer
-          des produits sous signe officiel de qualité
-          des produits locaux
-          une sélection d'ouvrages de référence (nature, patrimoine, culture bio, découvertes...)


 

]]>
La Ferté-Saint-Michel en transition énergétique http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/la-ferte-saint-michel-en-transition-energetique-237.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La communauté de communes La Ferté-Saint-Michel s'est engagée depuis 2015 dans un travail de fond en matière de transition énergétique, grâce à l'accompagnement technique du Parc Normandie-Maine.

Première étape : faire connaître la démarche en proposant des temps d'information et d'échanges aux habitants et acteurs du territoire. Ainsi 80 personnes ont répondu à l'appel du Parc, de l'association Alter'Andaines et de la CDC lundi 17 octobre à La Ferté-Macé. Il a été question de l'avenir énergétique français ainsi que des moyens pour les citoyens et les collectivités d'accompagner directement l'émergence d'énergies renouvelables locales (financement participatif). Outre les présentations des solutions proposées par Enercoop, Energie partagée et la Nef, plusieurs acteurs du territoire ont fait part au public de leurs expériences en matière de solaire (photovoltaïque et thermique) ou encore d'utilisation de la biomasse (méthanisation et chaufferie bois avec mini-réseau de chaleur).

 Un échange avec la salle a conclu la soirée, de nombreux participants ont exprimé le souhait de donner une suite à ce premier temps intitulé « Tous acteurs de l'énergie ! ». De bonne augure pour venir enrichir les réflexions en cours.

Au chapitre des bonnes nouvelles, s'ajoute l'obtention d'importants financements de l'Etat au titre des « Territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) ». Jacques Dalmont, Président de la Communauté de communes, était convié jeudi 3 novembre au Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer à Paris pour signer en présence de la Ministre Ségolène Royal une convention octroyant au territoire 351 000 € sur un montant d'investissement global de 469 000 € (soit près de 75% de prise en charge par l'Etat). Au programme : aménagements cyclables, aire de covoiturage, pôle mobilité disposant d'un atelier réparation vélos et d'une flotte de vélos à assistance électrique, modernisation de l'éclairage public et extension des jardins partagés.

Une reconnaissance qui n'aurait pu être possible sans la mise en mouvement amorcée au travers de la démarche accompagnée par le Parc et soutenue par l'ADEME et les Régions Normandie et Pays de la Loire.

]]>
La communauté de communes La Ferté-Saint-Michel s'est engagée depuis 2015 dans un travail de fond en matière de transition énergétique, grâce à l'accompagnement technique du Parc Normandie-Maine.

Première étape : faire connaître la démarche en proposant des temps d'information et d'échanges aux habitants et acteurs du territoire. Ainsi 80 personnes ont répondu à l'appel du Parc, de l'association Alter'Andaines et de la CDC lundi 17 octobre à La Ferté-Macé. Il a été question de l'avenir énergétique français ainsi que des moyens pour les citoyens et les collectivités d'accompagner directement l'émergence d'énergies renouvelables locales (financement participatif). Outre les présentations des solutions proposées par Enercoop, Energie partagée et la Nef, plusieurs acteurs du territoire ont fait part au public de leurs expériences en matière de solaire (photovoltaïque et thermique) ou encore d'utilisation de la biomasse (méthanisation et chaufferie bois avec mini-réseau de chaleur).

 Un échange avec la salle a conclu la soirée, de nombreux participants ont exprimé le souhait de donner une suite à ce premier temps intitulé « Tous acteurs de l'énergie ! ». De bonne augure pour venir enrichir les réflexions en cours.

Au chapitre des bonnes nouvelles, s'ajoute l'obtention d'importants financements de l'Etat au titre des « Territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) ». Jacques Dalmont, Président de la Communauté de communes, était convié jeudi 3 novembre au Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer à Paris pour signer en présence de la Ministre Ségolène Royal une convention octroyant au territoire 351 000 € sur un montant d'investissement global de 469 000 € (soit près de 75% de prise en charge par l'Etat). Au programme : aménagements cyclables, aire de covoiturage, pôle mobilité disposant d'un atelier réparation vélos et d'une flotte de vélos à assistance électrique, modernisation de l'éclairage public et extension des jardins partagés.

Une reconnaissance qui n'aurait pu être possible sans la mise en mouvement amorcée au travers de la démarche accompagnée par le Parc et soutenue par l'ADEME et les Régions Normandie et Pays de la Loire.

]]>
Mobilisation des pêcheurs Fertois pour restaurer la Maure http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/mobilisation-des-pecheurs-fertois-pour-restaurer-la-maure-238.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Ce samedi 5 novembre, l'association de pêche et de protection des milieux aquatiques "la Fertoise" a réalisé un chantier en coordination avec le Parc. Les travaux ont eu lieu sur le ruisseau "la Maure", au lieu-dit « Bois Robert ».

Ce chantier est né d'une volonté de l'association de participer à la restauration des rivières Vée et Gourbe dans le cadre d'un Contrat Territorial animé par le Parc Normandie-Maine en partenariat avec l'ensemble des communautés de communes du territoire concerné.

Les travaux consistaient, dans un premier temps, à retirer les encombres les plus importantes dans le lit du cours d'eau pour rétablir des écoulements plus naturels et ainsi favoriser la fraye des truites. Dans un second temps, des actions ont été entreprises pour favoriser une remise en fond de vallée de la rivière, autrefois canalisé pour alimenter un moulin. Il s'agissait de dégager le bois encombrant l'ancien lit et d'ouvrir une brèche dans une digue d'étang. Les crues sont attendues pour réalimenter le fond de vallée naturel.

Ce chantier a permis au technicien rivière du Parc d'échanger avec les pêcheurs sur la gestion des cours d'eau et notamment sur l'importance d'améliorer la qualité physique des rivières pour voir les peuplements piscicoles s'améliorer.

La vingtaine de bénévoles a également profité de ces gros travaux tout au long de la journée, pour retirer des déchets du cours d'eau.

]]>
Ce samedi 5 novembre, l'association de pêche et de protection des milieux aquatiques "la Fertoise" a réalisé un chantier en coordination avec le Parc. Les travaux ont eu lieu sur le ruisseau "la Maure", au lieu-dit « Bois Robert ».

Ce chantier est né d'une volonté de l'association de participer à la restauration des rivières Vée et Gourbe dans le cadre d'un Contrat Territorial animé par le Parc Normandie-Maine en partenariat avec l'ensemble des communautés de communes du territoire concerné.

Les travaux consistaient, dans un premier temps, à retirer les encombres les plus importantes dans le lit du cours d'eau pour rétablir des écoulements plus naturels et ainsi favoriser la fraye des truites. Dans un second temps, des actions ont été entreprises pour favoriser une remise en fond de vallée de la rivière, autrefois canalisé pour alimenter un moulin. Il s'agissait de dégager le bois encombrant l'ancien lit et d'ouvrir une brèche dans une digue d'étang. Les crues sont attendues pour réalimenter le fond de vallée naturel.

Ce chantier a permis au technicien rivière du Parc d'échanger avec les pêcheurs sur la gestion des cours d'eau et notamment sur l'importance d'améliorer la qualité physique des rivières pour voir les peuplements piscicoles s'améliorer.

La vingtaine de bénévoles a également profité de ces gros travaux tout au long de la journée, pour retirer des déchets du cours d'eau.

]]>
Des paysages et des hommes http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/des-paysages-et-des-hommes-236.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Les éditions Plume de carotte, en partenariat avec les Parcs naturel régionaux, viennent de publier un beau livre pour découvrir la France, des espaces naturels aux territoires aménagés, ou comment redonner le goût de la géographie humaine et physique à travers les paysages remarquables ou ordinaires. C'est le 1er événement de la célébration, tout au long de l'année 2017, des 50 ans des Parcs naturels régionaux.

La relation homme-nature est au cœur de l'action des Parcs naturels régionaux et le fil rouge de réflexions, publications, événements pour leurs 50 ans. « Des paysages et des hommes » est la parfaite illustration de cette dynamique qui a façonné les paysages français. Elle constitue le fil conducteur de ce livre construit en 4 chapitres :

1) La nature est notre berceau : quand l'homme s'installe dans les paysages…
2) Histoire d'un peuplement : quand l'homme tire profit de la nature…
3) Créations de paysages : quand l'homme transforme la nature…
4) L'empreinte humaine : quand l'homme s'affranchit de la nature…

Que ce soit une forêt aux multiples visages ou un canal creusé dans une plaine, une prairie de fauche aux ondulations douces, une vigne accrochée sur des terrasses ou encore un village perché au bord d'une falaise, les paysages nous racontent notre rapport à notre monde.

Beau livre richement illustré, écrit par Bruno Vincens et Félix Pirovano, il se veut aussi pédagogique avec de nombreuses clés pour comprendre, comme des lectures de paysage et des encadrés sur la relation entre l'homme et ces paysages.

 «  Des paysages et des hommes, découvrir la France des espaces naturels aux territoires aménagés ». Editions Plume de carotte en partenariat avec les Parcs naturels régionaux | Format 26x26 cm | 240 pages | Prix : 29 euros

]]>

Les éditions Plume de carotte, en partenariat avec les Parcs naturel régionaux, viennent de publier un beau livre pour découvrir la France, des espaces naturels aux territoires aménagés, ou comment redonner le goût de la géographie humaine et physique à travers les paysages remarquables ou ordinaires. C'est le 1er événement de la célébration, tout au long de l'année 2017, des 50 ans des Parcs naturels régionaux.

La relation homme-nature est au cœur de l'action des Parcs naturels régionaux et le fil rouge de réflexions, publications, événements pour leurs 50 ans. « Des paysages et des hommes » est la parfaite illustration de cette dynamique qui a façonné les paysages français. Elle constitue le fil conducteur de ce livre construit en 4 chapitres :

1) La nature est notre berceau : quand l'homme s'installe dans les paysages…
2) Histoire d'un peuplement : quand l'homme tire profit de la nature…
3) Créations de paysages : quand l'homme transforme la nature…
4) L'empreinte humaine : quand l'homme s'affranchit de la nature…

Que ce soit une forêt aux multiples visages ou un canal creusé dans une plaine, une prairie de fauche aux ondulations douces, une vigne accrochée sur des terrasses ou encore un village perché au bord d'une falaise, les paysages nous racontent notre rapport à notre monde.

Beau livre richement illustré, écrit par Bruno Vincens et Félix Pirovano, il se veut aussi pédagogique avec de nombreuses clés pour comprendre, comme des lectures de paysage et des encadrés sur la relation entre l'homme et ces paysages.

 «  Des paysages et des hommes, découvrir la France des espaces naturels aux territoires aménagés ». Editions Plume de carotte en partenariat avec les Parcs naturels régionaux | Format 26x26 cm | 240 pages | Prix : 29 euros

]]>
30 projets retenus pour PARCours ton territoire 2016-2017 http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/30-projets-retenus-pour-parcours-ton-territoire-2016-2017-234.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités Découvrir la forêt ou la vie des rivières avec sa classe, rencontrer les anciens mineurs de Dompierre ou s'engager dans un projet de Développement Durable dans son école, c'est possible grâce à l'appel à projet PARCours ton territoire !

Depuis 2012, le Parc propose aux 230 établissements de son territoire (de la maternelle au lycée) une offre pédagogique permettant aux enseignants de monter un projet de découverte du territoire en mobilisant les compétences d'associations partenaires.

Le 19 octobre (date de la limite des candidatures), le Parc avait reçu 43 dossiers de candidatures d'enseignants souhaitant travailler sur un projet en lien avec le territoire. Un jury réunissant élus du Parc, représentants de l'Education nationale, associations partenaires s'est tenu le 20 octobre afin de sélectionner les 30 dossiers financés par le Parc.

Voici la liste des candidatures retenues :
 - CESDA La Providence à Alençon > 1 projet sur le thème : Insectes
 - Ecole Victor Hugo à Argentan > 5 projets sur les thèmes : « Sols et vers de terre », « Insectes » et « Energies »
 - Ecole primaire d'Essay > 5 projets sur les thèmes : « Forêt », « Rivières », « Insectes » et « Mares »
 - Lycée des Andaines à la Ferté Macé > 1 projet sur le thème : « Forges et mines de fer du Bocage »
 - Ecole Paul Souvray à la Ferté Macé > 3 projets sur les thèmes : « Energies renouvelables » et « Petites bêtes »
 - Collège Jacques Brel à la Ferté Macé > 1 projet sur le thème : « Les énergies »
 - Ecole élémentaire à la Roche Mabile > 2 projets sur le thème « Forêt »
 - Ecole de Montmerrei > 1 projet sur le thème « Forêt »
 - Ecole publique Lassay les Châteaux > 1 projet sur le thème : « Zones humides »
 - Ecole publique de Pré en Pail > 1 projet sur le thème : « Les invertébrés »
 - Ecole Simone Veil de St Pierre des Nids > 4 projets sur les thèmes « Biodiversité à l'école », « Oiseaux des villages » et « Forêt »
 - Ecole publique d'Assé le Boisne > 1 projet sur le thème : « Petites bêtes du sol »
 - Ecole publique de Saint Georges le Gaultier > 2 projets sur les thèmes : « Mare » et « Insectes du jardin »
 - Ecole publique de Sillé le Guillaume > 1 projet sur le thème : « Oiseaux »
 - Ecole Pierre Sineux à St Georges de Rouelley > 1 projet sur le thème : « alimentation et agriculture »

 

]]>
Découvrir la forêt ou la vie des rivières avec sa classe, rencontrer les anciens mineurs de Dompierre ou s'engager dans un projet de Développement Durable dans son école, c'est possible grâce à l'appel à projet PARCours ton territoire !

Depuis 2012, le Parc propose aux 230 établissements de son territoire (de la maternelle au lycée) une offre pédagogique permettant aux enseignants de monter un projet de découverte du territoire en mobilisant les compétences d'associations partenaires.

Le 19 octobre (date de la limite des candidatures), le Parc avait reçu 43 dossiers de candidatures d'enseignants souhaitant travailler sur un projet en lien avec le territoire. Un jury réunissant élus du Parc, représentants de l'Education nationale, associations partenaires s'est tenu le 20 octobre afin de sélectionner les 30 dossiers financés par le Parc.

Voici la liste des candidatures retenues :
 - CESDA La Providence à Alençon > 1 projet sur le thème : Insectes
 - Ecole Victor Hugo à Argentan > 5 projets sur les thèmes : « Sols et vers de terre », « Insectes » et « Energies »
 - Ecole primaire d'Essay > 5 projets sur les thèmes : « Forêt », « Rivières », « Insectes » et « Mares »
 - Lycée des Andaines à la Ferté Macé > 1 projet sur le thème : « Forges et mines de fer du Bocage »
 - Ecole Paul Souvray à la Ferté Macé > 3 projets sur les thèmes : « Energies renouvelables » et « Petites bêtes »
 - Collège Jacques Brel à la Ferté Macé > 1 projet sur le thème : « Les énergies »
 - Ecole élémentaire à la Roche Mabile > 2 projets sur le thème « Forêt »
 - Ecole de Montmerrei > 1 projet sur le thème « Forêt »
 - Ecole publique Lassay les Châteaux > 1 projet sur le thème : « Zones humides »
 - Ecole publique de Pré en Pail > 1 projet sur le thème : « Les invertébrés »
 - Ecole Simone Veil de St Pierre des Nids > 4 projets sur les thèmes « Biodiversité à l'école », « Oiseaux des villages » et « Forêt »
 - Ecole publique d'Assé le Boisne > 1 projet sur le thème : « Petites bêtes du sol »
 - Ecole publique de Saint Georges le Gaultier > 2 projets sur les thèmes : « Mare » et « Insectes du jardin »
 - Ecole publique de Sillé le Guillaume > 1 projet sur le thème : « Oiseaux »
 - Ecole Pierre Sineux à St Georges de Rouelley > 1 projet sur le thème : « alimentation et agriculture »

 

]]>
Pour une exploitation forestière plus respectueuse de l’environnement http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/pour-une-exploitation-forestiere-plus-respectueuse-de-l-environnement-233.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Dans le cadre de sa charte forestière de territoire, le Parc Normandie-Maine a confié à Professionsbois, l'interprofession de la filière forêt bois en Normandie, l'organisation d'une journée technique à destination des entreprises de travaux forestiers sur le thème de la préservation des milieux aquatiques.

Cette journée était ouverte gratuitement à toute entreprise susceptible d'intervenir dans le domaine forestier (entrepreneurs de travaux forestiers (ETF), entrepreneurs de travaux agricoles, entrepreneurs de travaux publics), ainsi qu'à leurs donneurs d'ordres (gestionnaires, experts forestiers, techniciens forestiers, coopératives, exploitants, commis de coupe, etc).

Elle s'est déroulée le mardi 4 octobre 2016 à la Ferme de Saint-Yvière à Montmerrei. La matinée était consacrée à une présentation de la loi sur l'eau par Noémi HAVET du Centre régional de la propriété forestière et à une étude de cas concrets traitant de l'accessibilité des routes aux grumiers dans le respect de la loi sur l'eau.

L'après-midi, les 45 participants ont pu assister à une démonstration en forêt domaniale à la Lande de Goult du travail mené de façon expérimentale par l'ONF depuis plusieurs années. Sur ce secteur de la forêt situé en site Natura 2000, l'ONF met en place des pratiques respectueuses afin de préserver la Cance, cours d'eau qui le traverse.

L'ONF a installé de façon durable des aménagements sur certains passages. Avec l'appui financier de l'outil Natura 2000, il a également acquis des KIT hydro tube qui sont mis à disposition des entreprises lorsqu'elles interviennent sur cette partie de la forêt. En effet l'ONF impose aux entreprises de préparer leur chantier en faisant des aménagements temporaires (pose de branchages et de rondins) sur les fossés et les traversés de cours d'eau. L'objectif est d'éviter au maximum d'impacter la morphologie des cours d'eau et de limiter la quantité de particules mises en suspension. Des bassins de décantation sont également réalisés en aval des chantiers.

Après plusieurs années de chantier, le constat est positif. Le chantier nécessite une journée pour l'installation des KIT. Ainsi il ne subit plus les interruptions qui survenaient lorsque la quantité de boue relâchée dans la rivière était trop importante. En effet la règlementation impose aux entreprises des pauses durant le chantier lorsque l'impact sur le milieu est trop important.

Une pratique à partager !

]]>
Dans le cadre de sa charte forestière de territoire, le Parc Normandie-Maine a confié à Professionsbois, l'interprofession de la filière forêt bois en Normandie, l'organisation d'une journée technique à destination des entreprises de travaux forestiers sur le thème de la préservation des milieux aquatiques.

Cette journée était ouverte gratuitement à toute entreprise susceptible d'intervenir dans le domaine forestier (entrepreneurs de travaux forestiers (ETF), entrepreneurs de travaux agricoles, entrepreneurs de travaux publics), ainsi qu'à leurs donneurs d'ordres (gestionnaires, experts forestiers, techniciens forestiers, coopératives, exploitants, commis de coupe, etc).

Elle s'est déroulée le mardi 4 octobre 2016 à la Ferme de Saint-Yvière à Montmerrei. La matinée était consacrée à une présentation de la loi sur l'eau par Noémi HAVET du Centre régional de la propriété forestière et à une étude de cas concrets traitant de l'accessibilité des routes aux grumiers dans le respect de la loi sur l'eau.

L'après-midi, les 45 participants ont pu assister à une démonstration en forêt domaniale à la Lande de Goult du travail mené de façon expérimentale par l'ONF depuis plusieurs années. Sur ce secteur de la forêt situé en site Natura 2000, l'ONF met en place des pratiques respectueuses afin de préserver la Cance, cours d'eau qui le traverse.

L'ONF a installé de façon durable des aménagements sur certains passages. Avec l'appui financier de l'outil Natura 2000, il a également acquis des KIT hydro tube qui sont mis à disposition des entreprises lorsqu'elles interviennent sur cette partie de la forêt. En effet l'ONF impose aux entreprises de préparer leur chantier en faisant des aménagements temporaires (pose de branchages et de rondins) sur les fossés et les traversés de cours d'eau. L'objectif est d'éviter au maximum d'impacter la morphologie des cours d'eau et de limiter la quantité de particules mises en suspension. Des bassins de décantation sont également réalisés en aval des chantiers.

Après plusieurs années de chantier, le constat est positif. Le chantier nécessite une journée pour l'installation des KIT. Ainsi il ne subit plus les interruptions qui survenaient lorsque la quantité de boue relâchée dans la rivière était trop importante. En effet la règlementation impose aux entreprises des pauses durant le chantier lorsque l'impact sur le milieu est trop important.

Une pratique à partager !

]]>
Le bâti vacant fait l'objet d'études de faisabilité http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/le-bati-vacant-fait-l-objet-d-etudes-de-faisabilite-232.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités Un presbytère, une ancienne école, une maison étroite ou encore un ancien relais de poste : voici les projets qui font l'objet d'une étude de faisabilité dans le cadre de la revitalisation des centres-bourgs, du côté normand du Parc.

Le Parc Normandie-Maine s'est associé à l'Établissement Public Foncier de Normandie (EPFN) pour financer des études de faisabilité sur le bâti vacant en centre-bourg, afin de favoriser le renouvellement urbain plutôt que les extensions pavillonnaires. Fin 2015, un appel à projets a été lancé auprès des communautés de communes des Sources de l'Orne et de la Vallée de la Haute-Sarthe, permettant de sélectionner quatre projets parmi treize propositions.

L'agence d'architecture Boidot-Robin a ainsi réalisé une étude de faisabilité, incluant les relevés et l'étude des capacités du bâti, mais également une analyse technique et des scénarios pour la rénovation du site. Les études ont démarré fin avril et ont été présentées le 15 septembre aux élus concernés, qui vont décider de la suite à y apporter. L'EPFN pourra expérimenter notamment des outils de portage foncier pour faciliter la réalisation des travaux.

Il s'agit d'une démarche "Interparc" avec le PNR du Perche et le PNR des Marais du Cotentin et du Bessin, mais également avec la Région Normandie, dans l'objectif d'échanger et de se nourrir mutuellement des projets menés ailleurs. ]]>
Un presbytère, une ancienne école, une maison étroite ou encore un ancien relais de poste : voici les projets qui font l'objet d'une étude de faisabilité dans le cadre de la revitalisation des centres-bourgs, du côté normand du Parc.

Le Parc Normandie-Maine s'est associé à l'Établissement Public Foncier de Normandie (EPFN) pour financer des études de faisabilité sur le bâti vacant en centre-bourg, afin de favoriser le renouvellement urbain plutôt que les extensions pavillonnaires. Fin 2015, un appel à projets a été lancé auprès des communautés de communes des Sources de l'Orne et de la Vallée de la Haute-Sarthe, permettant de sélectionner quatre projets parmi treize propositions.

L'agence d'architecture Boidot-Robin a ainsi réalisé une étude de faisabilité, incluant les relevés et l'étude des capacités du bâti, mais également une analyse technique et des scénarios pour la rénovation du site. Les études ont démarré fin avril et ont été présentées le 15 septembre aux élus concernés, qui vont décider de la suite à y apporter. L'EPFN pourra expérimenter notamment des outils de portage foncier pour faciliter la réalisation des travaux.

Il s'agit d'une démarche "Interparc" avec le PNR du Perche et le PNR des Marais du Cotentin et du Bessin, mais également avec la Région Normandie, dans l'objectif d'échanger et de se nourrir mutuellement des projets menés ailleurs. ]]>
La lande du tertre Bizet raconte http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/la-lande-du-tertre-bizet-raconte-231.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La lande du Tertre Bizet située sur la commune de Lonlay-l'Abbaye est considérée comme l'un des derniers et plus vastes sites représentatifs des landes tourbeuses de l'Ouest de la France. Elle est à ce titre classée site Natura 2000 et Espace naturel sensible de l'Orne. Cette particularité est directement liée à l'histoire et à l'usage du site.

Afin de sensibiliser les habitants à la richesse de leur patrimoine communal, le Parc en partenariat avec le Conseil Départemental de l'Orne, et avec le soutien financier de la Direction régional des affaires culturelles (DRAC) a proposé un projet de création artistique basé sur l'histoire et les légendes du site en associant les élèves de CM2 de l'école de St-Bômer-les-Forges (école de rattachement de la commune). Le Parc leur a proposé de mettre en lumière le lien intergénérationnel et la mémoire de ce site patrimonial tant d'un point de vue naturaliste que culturel en faisant appel à un conteur qui accompagnera jeunes et moins jeunes dans l'écriture d'histoires, racontant la Lande dans le passé, dans le présent et dans le futur. Cette proposition a été validée dans l'été et le projet va débuter cet automne.

Les élèves de l'école vont donc initier le projet en découvrant le site naturel avec un animateur du Parc et la présidente de l'association du landage du Tertre Bizet le Jeudi 6 octobre 2016.

Benoît Choquart conteur de l'association Musiconte, accompagnera le projet auprès des élèves et des habitants facilitant ainsi la collecte de mémoire et la création des histoires racontées. Le projet se poursuivra avec la rencontre entre des « anciens » et les élèves afin de parler de la lande dans le passé.

Afin de présenter le projet aux habitants, une veillée sera organisée sur la commune en novembre. L'occasion de laisser son imaginaire vagabonder sur la lande en écoutant Benoît Choquard mais également d'inviter les habitants à partager entre eux leurs souvenirs. 

]]>
La lande du Tertre Bizet située sur la commune de Lonlay-l'Abbaye est considérée comme l'un des derniers et plus vastes sites représentatifs des landes tourbeuses de l'Ouest de la France. Elle est à ce titre classée site Natura 2000 et Espace naturel sensible de l'Orne. Cette particularité est directement liée à l'histoire et à l'usage du site.

Afin de sensibiliser les habitants à la richesse de leur patrimoine communal, le Parc en partenariat avec le Conseil Départemental de l'Orne, et avec le soutien financier de la Direction régional des affaires culturelles (DRAC) a proposé un projet de création artistique basé sur l'histoire et les légendes du site en associant les élèves de CM2 de l'école de St-Bômer-les-Forges (école de rattachement de la commune). Le Parc leur a proposé de mettre en lumière le lien intergénérationnel et la mémoire de ce site patrimonial tant d'un point de vue naturaliste que culturel en faisant appel à un conteur qui accompagnera jeunes et moins jeunes dans l'écriture d'histoires, racontant la Lande dans le passé, dans le présent et dans le futur. Cette proposition a été validée dans l'été et le projet va débuter cet automne.

Les élèves de l'école vont donc initier le projet en découvrant le site naturel avec un animateur du Parc et la présidente de l'association du landage du Tertre Bizet le Jeudi 6 octobre 2016.

Benoît Choquart conteur de l'association Musiconte, accompagnera le projet auprès des élèves et des habitants facilitant ainsi la collecte de mémoire et la création des histoires racontées. Le projet se poursuivra avec la rencontre entre des « anciens » et les élèves afin de parler de la lande dans le passé.

Afin de présenter le projet aux habitants, une veillée sera organisée sur la commune en novembre. L'occasion de laisser son imaginaire vagabonder sur la lande en écoutant Benoît Choquard mais également d'inviter les habitants à partager entre eux leurs souvenirs. 

]]>
Retour sur 6 éditions du concours Prairies fleuries http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/retour-sur-6-editions-du-concours-prairies-fleuries-230.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La 6ème édition locale du Concours agricole des Prairies fleuries s'est clôturée le jeudi 22 septembre par une journée conviviale à la Maison du Parc.

Rappelons que le jury s'était réuni le 27 mai dernier sur la partie sarthoise du Parc située autour de Perseigne pour découvrir les parcelles candidates. Le jury était composé de : Bénédicte Blin, Agronome de la Chambre d'Agriculture de la Sarthe, Marek Banasiak botaniste au CPIE de la Sarthe, Roger Hanou, apiculteur et longtemps président du l'Union Apicole Ornaise. Monsieur Antoine Girois, agriculteur à Barenton, lauréat de l'édition 2015, présidait le jury.

4 éleveurs ont participé à cette édition.
Voici le palmarès de l'édition 2016 :
Monsieur Cyril Adam de La Fresnaye-sur-Chédouet a reçu le Prix d'excellence Agri-écologique. 
Monsieur Jean-Louis Label d'Aillières-Beauvoir remporte le Prix Spécial Biodiversité.
Monsieur et Madame Paris du Chevain, ont présenté à Chenay une belle prairie de bord de Sarthe, mais plus productive et moins riche en espèces.
Monsieur Michel Gourdel de Neufchâtel-en-Saosnois, avec une prairie comportant une vingtaine d'espèces, pâturée par des chevaux.

Concours Prairies Fleuries jury-élèves
Pour la seconde fois sur le territoire du Parc, deux classes des lycées agricoles ont participé au « Concours Prairies Fleuries jury-élèves ». Il s'agit des élèves de 1ère STAV du Lycée agricole du Mans et les BTS de Laval. La mission des élèves : observer et comprendre les composantes de l'équilibre agri-écologique des parcelles et attester leurs observations avec l'éleveur. Au concours national, ils seront évalués sur les méthodes d'analyses et de description de l'équilibre agri-écologique.

C'est ce travail que les élèves ont présenté ce matin aux élus, à leur pairs de l'autre classe, aux 7 des 36 agriculteurs ayant participé à l'une des 6 éditions du concours et aux services, soit une intimidante assemblée de près de 70 personnes !

Un retour d'expérience 2010-2016 a été présenté. Télécharger le bilan

Fort de cette expérience et de cette analyse, le Parc lance pour 2017 un appel auprès des établissements de l'enseignement agricole afin de participer au concours « Jury élèves – Prairies Fleuries 2017 » (télécharger la plaquette de présentation)

Pour clôturer la matinée, Paul Vitart et Jean-Yves Jégo, élus du Parc ont remis les prix aux exploitants lauréats de l'édition 2016.

Le Parc tient tout particulièrement à remercier les partenaires du concours notamment l'OS Normande et le Crédit Mutuel.

]]>
La 6ème édition locale du Concours agricole des Prairies fleuries s'est clôturée le jeudi 22 septembre par une journée conviviale à la Maison du Parc.

Rappelons que le jury s'était réuni le 27 mai dernier sur la partie sarthoise du Parc située autour de Perseigne pour découvrir les parcelles candidates. Le jury était composé de : Bénédicte Blin, Agronome de la Chambre d'Agriculture de la Sarthe, Marek Banasiak botaniste au CPIE de la Sarthe, Roger Hanou, apiculteur et longtemps président du l'Union Apicole Ornaise. Monsieur Antoine Girois, agriculteur à Barenton, lauréat de l'édition 2015, présidait le jury.

4 éleveurs ont participé à cette édition.
Voici le palmarès de l'édition 2016 :
Monsieur Cyril Adam de La Fresnaye-sur-Chédouet a reçu le Prix d'excellence Agri-écologique. 
Monsieur Jean-Louis Label d'Aillières-Beauvoir remporte le Prix Spécial Biodiversité.
Monsieur et Madame Paris du Chevain, ont présenté à Chenay une belle prairie de bord de Sarthe, mais plus productive et moins riche en espèces.
Monsieur Michel Gourdel de Neufchâtel-en-Saosnois, avec une prairie comportant une vingtaine d'espèces, pâturée par des chevaux.

Concours Prairies Fleuries jury-élèves
Pour la seconde fois sur le territoire du Parc, deux classes des lycées agricoles ont participé au « Concours Prairies Fleuries jury-élèves ». Il s'agit des élèves de 1ère STAV du Lycée agricole du Mans et les BTS de Laval. La mission des élèves : observer et comprendre les composantes de l'équilibre agri-écologique des parcelles et attester leurs observations avec l'éleveur. Au concours national, ils seront évalués sur les méthodes d'analyses et de description de l'équilibre agri-écologique.

C'est ce travail que les élèves ont présenté ce matin aux élus, à leur pairs de l'autre classe, aux 7 des 36 agriculteurs ayant participé à l'une des 6 éditions du concours et aux services, soit une intimidante assemblée de près de 70 personnes !

Un retour d'expérience 2010-2016 a été présenté. Télécharger le bilan

Fort de cette expérience et de cette analyse, le Parc lance pour 2017 un appel auprès des établissements de l'enseignement agricole afin de participer au concours « Jury élèves – Prairies Fleuries 2017 » (télécharger la plaquette de présentation)

Pour clôturer la matinée, Paul Vitart et Jean-Yves Jégo, élus du Parc ont remis les prix aux exploitants lauréats de l'édition 2016.

Le Parc tient tout particulièrement à remercier les partenaires du concours notamment l'OS Normande et le Crédit Mutuel.

]]>
Premier plan bocager sur le territoire du Contrat nature II http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/premier-plan-bocager-sur-le-territoire-du-contrat-nature-ii-227.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Comment se portent les haies sur Assé-le-Boisne, Douillet-le-Joly et Sougé-le-Ganelon ? C’est à cette question que s’intéressent ces communes concernées et le Parc. Un diagnostic, appelé plan bocager communal est engagé dans le cadre du Contrat nature financé par la Région Pays de la Loire et l’Europe.

Dans le cadre de la mise en œuvre du contrat nature entre Alpes Mancelles et Forêt de Sillé, une première réunion d’information et d’échanges était organisée le 7 septembre avec les agriculteurs des communes concernées.

Pourquoi réaliser un plan bocager ?
L’objectif de cette étude, réalisée par la chambre d’agriculture de la Sarthe, est de dresser l’état de santé du réseau bocager : sa structure, ses principales fonctions, ses lacunes, et de partager cette analyse avec les gestionnaires des haies, les agriculteurs.

Contrairement aux inventaires destinés à la réglementation, il est ici question de gestion de la haie, de sa prise en compte dans l’espace agricole, de son avenir, des problèmes liées à sa gestion et des solutions qui peuvent être trouvées à ces problématiques. À plus long terme un accompagnement spécifique est destiné aux agriculteurs souhaitant réfléchir individuellement à la gestion des haies sur leurs exploitations et à ceux ayant des projets de plantation de haies ou d’arbres. Les résultats de ce diagnostic devraient être présentés dans le courant de l’hiver.

Dans la poursuite de ce travail, plusieurs opérations seront proposées aux habitants, notamment une aide à la plantation de haie.

Vous souhaitez planter une haie ?
Que ce soit pour produire du bois, marquer la limite de propriété, lutter contre l’érosion, favoriser la biodiversité, améliorer votre cadre de vie… Le Parc, dans le cadre du Contrat nature, vous apporte une aide technique et financière pour la réalisation de votre projet !

Cette aide est éligible pour les habitants situés sur les communes de St-Léonard-des-Bois, St-Paul-le-Gaultier, St-Georges-le-Gaultier, Sougé-le-Ganelon, Assé-le-Boisne, Douillet-le-Joly, St-Aubin-de-Locquenay, Montreuil-le-Chétif, Mont-Saint-Jean, Fresnay-sur-Sarthe, Pezé-le-Robert, Ségrie et Vernie.

Si vous êtes intéressés, contactez le Parc ou la Chambre d’agriculture de la Sarthe avant le 15 octobre.

]]>

Comment se portent les haies sur Assé-le-Boisne, Douillet-le-Joly et Sougé-le-Ganelon ? C’est à cette question que s’intéressent ces communes concernées et le Parc. Un diagnostic, appelé plan bocager communal est engagé dans le cadre du Contrat nature financé par la Région Pays de la Loire et l’Europe.

Dans le cadre de la mise en œuvre du contrat nature entre Alpes Mancelles et Forêt de Sillé, une première réunion d’information et d’échanges était organisée le 7 septembre avec les agriculteurs des communes concernées.

Pourquoi réaliser un plan bocager ?
L’objectif de cette étude, réalisée par la chambre d’agriculture de la Sarthe, est de dresser l’état de santé du réseau bocager : sa structure, ses principales fonctions, ses lacunes, et de partager cette analyse avec les gestionnaires des haies, les agriculteurs.

Contrairement aux inventaires destinés à la réglementation, il est ici question de gestion de la haie, de sa prise en compte dans l’espace agricole, de son avenir, des problèmes liées à sa gestion et des solutions qui peuvent être trouvées à ces problématiques. À plus long terme un accompagnement spécifique est destiné aux agriculteurs souhaitant réfléchir individuellement à la gestion des haies sur leurs exploitations et à ceux ayant des projets de plantation de haies ou d’arbres. Les résultats de ce diagnostic devraient être présentés dans le courant de l’hiver.

Dans la poursuite de ce travail, plusieurs opérations seront proposées aux habitants, notamment une aide à la plantation de haie.

Vous souhaitez planter une haie ?
Que ce soit pour produire du bois, marquer la limite de propriété, lutter contre l’érosion, favoriser la biodiversité, améliorer votre cadre de vie… Le Parc, dans le cadre du Contrat nature, vous apporte une aide technique et financière pour la réalisation de votre projet !

Cette aide est éligible pour les habitants situés sur les communes de St-Léonard-des-Bois, St-Paul-le-Gaultier, St-Georges-le-Gaultier, Sougé-le-Ganelon, Assé-le-Boisne, Douillet-le-Joly, St-Aubin-de-Locquenay, Montreuil-le-Chétif, Mont-Saint-Jean, Fresnay-sur-Sarthe, Pezé-le-Robert, Ségrie et Vernie.

Si vous êtes intéressés, contactez le Parc ou la Chambre d’agriculture de la Sarthe avant le 15 octobre.

]]>
Pommes, Poires, A vos paniers ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/pommes-poires-a-vos-paniers--228.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Cet été, nous avons renforcé la signalétique dans le verger conservatoire de la Maison du Parc à Carrouges afin de mieux présenter son histoire et sa finalité.

La création du verger conservatoire
Dès la création du Parc en 1975 , il a semblé essentiel de préserver dans des espaces publics ce patrimoine, à la fois génétique, culturel et historique. Avec le concours du Muséum d’histoire naturelle, des enquêtes portant sur les variétés de fruits et leurs usages ont été réalisées. Plusieurs vergers ont alors été créés par le Parc, à Carrouges,  au Musée du Poiré à Barenton, ainsi qu’à Champfrémont, Ambrières-les-Vallées, etc.

Pour cela, une sélection des variétés de pommes et poires localement utilisées a été réalisée, des greffons ont été prélevés et implantés sur de jeunes porte-greffes dans ces vergers.

Ce réseau de vergers conservatoires s’est spécialisé dans les variétés cidricoles ou dites « à deux fins ». Cela signifie que les fruits sont fruits de pressoir mais qu'il sont aussi utilisés en cuisine, pâtisserie, confiture, voire même crus à croquer.

Visite gourmande dans le verger
Afin de vous inviter à les découvrir,  nous avons identifié au sein du verger conservatoire de Carrouges,12 arbres (6 pommiers et 6 poiriers) pour cette particularité.

Chacun d'eux est signalé sur le panneau général, et a reçu un petit panneau indiquant son origine, son usage, ses synonymes et sa description.

Pour ces arbres, il est possible de goûter les fruits et d’en ramasser un panier par visiteur.

Demander un greffon
Si vous souhaitez obtenir des greffons, n'hésitez pas à nous contacter. Vous trouverez sur notre site la base de données complète des variétés disponible via ce lien.

Nous organisons également des démonstrations de greffe et de taille en partenariat avec les pomologues locaux. 

Bonne visite et bonne dégustation ! ]]>
Cet été, nous avons renforcé la signalétique dans le verger conservatoire de la Maison du Parc à Carrouges afin de mieux présenter son histoire et sa finalité.

La création du verger conservatoire
Dès la création du Parc en 1975 , il a semblé essentiel de préserver dans des espaces publics ce patrimoine, à la fois génétique, culturel et historique. Avec le concours du Muséum d’histoire naturelle, des enquêtes portant sur les variétés de fruits et leurs usages ont été réalisées. Plusieurs vergers ont alors été créés par le Parc, à Carrouges,  au Musée du Poiré à Barenton, ainsi qu’à Champfrémont, Ambrières-les-Vallées, etc.

Pour cela, une sélection des variétés de pommes et poires localement utilisées a été réalisée, des greffons ont été prélevés et implantés sur de jeunes porte-greffes dans ces vergers.

Ce réseau de vergers conservatoires s’est spécialisé dans les variétés cidricoles ou dites « à deux fins ». Cela signifie que les fruits sont fruits de pressoir mais qu'il sont aussi utilisés en cuisine, pâtisserie, confiture, voire même crus à croquer.

Visite gourmande dans le verger
Afin de vous inviter à les découvrir,  nous avons identifié au sein du verger conservatoire de Carrouges,12 arbres (6 pommiers et 6 poiriers) pour cette particularité.

Chacun d'eux est signalé sur le panneau général, et a reçu un petit panneau indiquant son origine, son usage, ses synonymes et sa description.

Pour ces arbres, il est possible de goûter les fruits et d’en ramasser un panier par visiteur.

Demander un greffon
Si vous souhaitez obtenir des greffons, n'hésitez pas à nous contacter. Vous trouverez sur notre site la base de données complète des variétés disponible via ce lien.

Nous organisons également des démonstrations de greffe et de taille en partenariat avec les pomologues locaux. 

Bonne visite et bonne dégustation ! ]]>
Etat des lieux de l'état biologique de la Vée et la Gourbe http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/etat-des-lieux-de-l-etat-biologique-de-la-vee-et-la-gourbe-229.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le Parc Normandie-Maine est animateur d'un programme de restauration des cours d'eau sur les bassins versants de la Gourbe et la Vée. De nombreuses interventions sont prévues dans ce cadre afin d'améliorer l'état écologique des cours d'eau sur la période 2015-2019.

Pour pouvoir mesurer l'impact des actions réalisées, différents suivis sont mis en œuvre. Nous réalisons notamment des suivis biologiques par pêche électrique pour suivre l'évolution de la population de truite Fario, identifiée comme espèce indicatrice. L'objectif est de mesurer et comparer, avant et après travaux, la capacité naturelle des cours d'eau à favoriser la reproduction et la croissance naturelle de la truite.

La première campagne de suivi (dite avant travaux), réalisée en septembre 2016, a mis en évidence la présence de reproduction naturelle sur tous les ruisseaux concernés. Les résultats sont variables mais ils s'avèrent bons à très bons sur certains secteurs, en particulier sur la Maure à la Ferté-Macé, sur les ruisseaux affluents de la Vée à la Sauvagère et à la Coulonche ainsi que sur la Gourbe à  la Chaux et Joué-du-Bois.

La présence de barrages, d'obstacles à la circulation des truites à l'aval de la plupart des secteurs pêchés, indique qu'il s'agit toutefois de populations isolées et par conséquent fragiles.

Les résultats sont en revanche plus décevants sur les cours d'eau plus larges avec peu ou pas de reproduction naturelle. C'est le cas sur la Vée et la Maure en aval de la Ferté-Macé et sur la Gourbe en aval de la Motte-Fouquet. Par ailleurs, peu de truites adultes ont pu être observées sur ces secteurs à priori favorables aux géniteurs. A la place, on observe de nombreux poissons habituellement présents dans les étangs et/ou rivières plus calmes : barbeau, gardon, vandoise, rotengle, perche,… Ces résultats mettent en évidence l'impact des nombreux plans d'eau présents sur ces rivières ainsi que la dégradation des milieux qui sont devenus peu favorables au maintien de la truite.

A l'aune de ces résultats, il apparaît que les bassins de la Vée et de la Gourbe ont le potentiel pour héberger naturellement de belles populations de truites. Les plans d'eau et les travaux hydrauliques (curage, rectification) réalisés sur ces cours d'eau altèrent cependant très fortement ce potentiel biologique.

]]>
Le Parc Normandie-Maine est animateur d'un programme de restauration des cours d'eau sur les bassins versants de la Gourbe et la Vée. De nombreuses interventions sont prévues dans ce cadre afin d'améliorer l'état écologique des cours d'eau sur la période 2015-2019.

Pour pouvoir mesurer l'impact des actions réalisées, différents suivis sont mis en œuvre. Nous réalisons notamment des suivis biologiques par pêche électrique pour suivre l'évolution de la population de truite Fario, identifiée comme espèce indicatrice. L'objectif est de mesurer et comparer, avant et après travaux, la capacité naturelle des cours d'eau à favoriser la reproduction et la croissance naturelle de la truite.

La première campagne de suivi (dite avant travaux), réalisée en septembre 2016, a mis en évidence la présence de reproduction naturelle sur tous les ruisseaux concernés. Les résultats sont variables mais ils s'avèrent bons à très bons sur certains secteurs, en particulier sur la Maure à la Ferté-Macé, sur les ruisseaux affluents de la Vée à la Sauvagère et à la Coulonche ainsi que sur la Gourbe à  la Chaux et Joué-du-Bois.

La présence de barrages, d'obstacles à la circulation des truites à l'aval de la plupart des secteurs pêchés, indique qu'il s'agit toutefois de populations isolées et par conséquent fragiles.

Les résultats sont en revanche plus décevants sur les cours d'eau plus larges avec peu ou pas de reproduction naturelle. C'est le cas sur la Vée et la Maure en aval de la Ferté-Macé et sur la Gourbe en aval de la Motte-Fouquet. Par ailleurs, peu de truites adultes ont pu être observées sur ces secteurs à priori favorables aux géniteurs. A la place, on observe de nombreux poissons habituellement présents dans les étangs et/ou rivières plus calmes : barbeau, gardon, vandoise, rotengle, perche,… Ces résultats mettent en évidence l'impact des nombreux plans d'eau présents sur ces rivières ainsi que la dégradation des milieux qui sont devenus peu favorables au maintien de la truite.

A l'aune de ces résultats, il apparaît que les bassins de la Vée et de la Gourbe ont le potentiel pour héberger naturellement de belles populations de truites. Les plans d'eau et les travaux hydrauliques (curage, rectification) réalisés sur ces cours d'eau altèrent cependant très fortement ce potentiel biologique.

]]>
Sensibilisation aux usages de l'énergie solaire à Ferté plage ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/sensibilisation-aux-usages-de-l-energie-solaire-a-ferte-plage--226.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le soleil fournit à chaque instant 10 000 fois plus d'énergie que ce que consomme l'humanité toute entière, pourtant très gourmande... Différentes solutions existent pour utiliser cette énergie, dont le potentiel paraît sans limites.

Pour sensibiliser les habitants aux différents usages de l'énergie solaire, le Parc en partenariat avec l'Espace Info Energie de l'Orne proposait un rendez-vous, mercredi 24 août à la base de loisirs de la Ferté Macé. Cette animation était organisée dans le cadre de la démarche de transition énergétique engagée par la Communauté de communes La Ferté-Saint-Michel grâce à l'accompagnement technique du Parc.

L'après-midi, chaud et ensoleillé, offrait des conditions idéales pour présenter le fonctionnement du four solaire. Les animateurs ont réalisé en direct des œufs au plat ou encore des pancakes qu'ils ont offert à un public de curieux venu au départ pour se baigner. Ils n'avaient qu'à patienter quelques minutes pour déguster !

Les animateurs présentaient également des maquettes sur le solaire thermique pour la production d'eau chaude et sur les panneaux photovoltaïques pour la production d'électricité.

Un complément d'information a pu être apporté aux personnes intéressées par les différentes aides financières existantes sur l'acquisition d'équipements solaires. Lors de ces échanges, les animateurs en ont profité pour rappeler l'importance des gestes simples que chacun peut faire pour réaliser des économies d'énergie au quotidien.

Un autre rendez-vous sera proposé, le samedi 17 septembre, à la base de loisirs pour évoquer cette fois-ci la mobilité durable ou comment développer les alternatives à la voiture en milieu rural. Un grand jeu inspiré de « la roue de la fortune » offrira au public la possibilité d'apprendre en s'amusant et des lots tels que des accessoires vélo seront offerts aux petits et grands !

]]>
Le soleil fournit à chaque instant 10 000 fois plus d'énergie que ce que consomme l'humanité toute entière, pourtant très gourmande... Différentes solutions existent pour utiliser cette énergie, dont le potentiel paraît sans limites.

Pour sensibiliser les habitants aux différents usages de l'énergie solaire, le Parc en partenariat avec l'Espace Info Energie de l'Orne proposait un rendez-vous, mercredi 24 août à la base de loisirs de la Ferté Macé. Cette animation était organisée dans le cadre de la démarche de transition énergétique engagée par la Communauté de communes La Ferté-Saint-Michel grâce à l'accompagnement technique du Parc.

L'après-midi, chaud et ensoleillé, offrait des conditions idéales pour présenter le fonctionnement du four solaire. Les animateurs ont réalisé en direct des œufs au plat ou encore des pancakes qu'ils ont offert à un public de curieux venu au départ pour se baigner. Ils n'avaient qu'à patienter quelques minutes pour déguster !

Les animateurs présentaient également des maquettes sur le solaire thermique pour la production d'eau chaude et sur les panneaux photovoltaïques pour la production d'électricité.

Un complément d'information a pu être apporté aux personnes intéressées par les différentes aides financières existantes sur l'acquisition d'équipements solaires. Lors de ces échanges, les animateurs en ont profité pour rappeler l'importance des gestes simples que chacun peut faire pour réaliser des économies d'énergie au quotidien.

Un autre rendez-vous sera proposé, le samedi 17 septembre, à la base de loisirs pour évoquer cette fois-ci la mobilité durable ou comment développer les alternatives à la voiture en milieu rural. Un grand jeu inspiré de « la roue de la fortune » offrira au public la possibilité d'apprendre en s'amusant et des lots tels que des accessoires vélo seront offerts aux petits et grands !

]]>
Très bon démarrage au Musée du Poiré ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/tres-bon-demarrage-au-musee-du-poire--225.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Inauguré le 25 juin le Musée du Poiré a accueilli ses premiers visiteurs dès le lendemain. Et ils sont venus nombreux tout l'été !

Plus de 1 600 visiteurs ont franchi les portes du Musée pour découvrir sa nouvelle muséographie alors qu'iIs n'étaient que 1 000 en 2014 (année de référence puisque le Musée était fermé en 2015). Cette hausse de 60 % de la fréquentation est un bon signal pour le Musée. Parmi les visiteurs, beaucoup de locaux ont été accueillis, curieux de découvrir le nouveau Musée. Certains sont revenus à plusieurs reprises pour faire visiter ce lieu à leurs proches.

Les touristes étaient également au rendez-vous, venus principalement d'Ile de France, du Nord de la France, des régions limitrophes, mais aussi de pays voisins comme la Belgique et l'Allemagne. Les visiteurs britanniques semblaient moins nombreux cette année. Nous avons aussi accueilli des excursionnistes, ces visiteurs de la région venus à la journée randonner ou découvrir le patrimoine local.

Cette très bonne fréquentation est la conjonction de plusieurs éléments : un effet ‘zoom' lié à la réouverture, une communication accrue pendant toute la saison et un très bon relais des Offices de tourisme de Mortain et Domfront. Les animations proposées ont également été bien suivies avec 45 personnes lors de « l'apéro concert », et 40 personnes lors de la soirée « contes sous les poiriers ».

Et l'automne promet encore une belle fréquentation puisque de nombreux groupes ont déjà posé des réservations.

Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de découvrir le Musée, nous vous donnons rendez-vous les 17 et 18 septembre. À l'occasion des journées du patrimoine, tout un programme vous sera proposé :  visites guidées, démonstration d'élagage aérien et atelier jus pour les enfants.

]]>
Inauguré le 25 juin le Musée du Poiré a accueilli ses premiers visiteurs dès le lendemain. Et ils sont venus nombreux tout l'été !

Plus de 1 600 visiteurs ont franchi les portes du Musée pour découvrir sa nouvelle muséographie alors qu'iIs n'étaient que 1 000 en 2014 (année de référence puisque le Musée était fermé en 2015). Cette hausse de 60 % de la fréquentation est un bon signal pour le Musée. Parmi les visiteurs, beaucoup de locaux ont été accueillis, curieux de découvrir le nouveau Musée. Certains sont revenus à plusieurs reprises pour faire visiter ce lieu à leurs proches.

Les touristes étaient également au rendez-vous, venus principalement d'Ile de France, du Nord de la France, des régions limitrophes, mais aussi de pays voisins comme la Belgique et l'Allemagne. Les visiteurs britanniques semblaient moins nombreux cette année. Nous avons aussi accueilli des excursionnistes, ces visiteurs de la région venus à la journée randonner ou découvrir le patrimoine local.

Cette très bonne fréquentation est la conjonction de plusieurs éléments : un effet ‘zoom' lié à la réouverture, une communication accrue pendant toute la saison et un très bon relais des Offices de tourisme de Mortain et Domfront. Les animations proposées ont également été bien suivies avec 45 personnes lors de « l'apéro concert », et 40 personnes lors de la soirée « contes sous les poiriers ».

Et l'automne promet encore une belle fréquentation puisque de nombreux groupes ont déjà posé des réservations.

Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de découvrir le Musée, nous vous donnons rendez-vous les 17 et 18 septembre. À l'occasion des journées du patrimoine, tout un programme vous sera proposé :  visites guidées, démonstration d'élagage aérien et atelier jus pour les enfants.

]]>
Bonne nouvelle pour les Mulettes perlières du Sarthon ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/bonne-nouvelle-pour-les-mulettes-perlieres-du-sarthon--224.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Plus de 800 0000 larves de Mulettes (appelées Glochidies) ont été collectées, jeudi 1er septembre, dans le Sarthon. Ces larves ont directement été transportées, à la station d’élevage en Bretagne, à côté de Brest.

Rare et discrète, l'exigeante Mulette perlière est une espèce emblématique du Parc. Cette moule d'eau douce, vivant près d’un siècle enfouie dans les bancs de sable ou blottie entre les cailloux, est un formidable indicateur de la naturalité et de la qualité des rivières. Depuis plusieurs décennies, cet animal filtreur (env. 70l/jour) a été fragilisé par la dégradation des milieux aquatiques (aménagements divers, pollutions ...).

Avec près de 300 individus, la rivière Sarthon abrite aujourd'hui la dernière population du Parc, la plus importante de Normandie. Toutefois, cet effectif reste faible pour garantir la préservation de cette population vieillissante (tous les individus ont près de 80 ans). Ce constat traduit l’absence de renouvellement de cette espèce dont le cycle de reproduction est complexe. Dans ces conditions idéales, seule une jeune mulette sur 100 000 survivrait.

Depuis 2010, cette espèce bénéficie d’un programme européen (LIFE) comportant un volet reproduction ex situ en vue d’un renforcement de population à partir des souches génétiques locales. Un centre d'élevage a été créé dans le cadre de ce programme afin de favoriser la survie des individus.

Les 800 000 larves collectées ont donc été transportées dans ce centre d'élevage. Elles y resteront, durant les 5 prochaines années avant d'être réintroduites dans le Sarthon. Il n'en restera alors que quelques milliers.

]]>
Plus de 800 0000 larves de Mulettes (appelées Glochidies) ont été collectées, jeudi 1er septembre, dans le Sarthon. Ces larves ont directement été transportées, à la station d’élevage en Bretagne, à côté de Brest.

Rare et discrète, l'exigeante Mulette perlière est une espèce emblématique du Parc. Cette moule d'eau douce, vivant près d’un siècle enfouie dans les bancs de sable ou blottie entre les cailloux, est un formidable indicateur de la naturalité et de la qualité des rivières. Depuis plusieurs décennies, cet animal filtreur (env. 70l/jour) a été fragilisé par la dégradation des milieux aquatiques (aménagements divers, pollutions ...).

Avec près de 300 individus, la rivière Sarthon abrite aujourd'hui la dernière population du Parc, la plus importante de Normandie. Toutefois, cet effectif reste faible pour garantir la préservation de cette population vieillissante (tous les individus ont près de 80 ans). Ce constat traduit l’absence de renouvellement de cette espèce dont le cycle de reproduction est complexe. Dans ces conditions idéales, seule une jeune mulette sur 100 000 survivrait.

Depuis 2010, cette espèce bénéficie d’un programme européen (LIFE) comportant un volet reproduction ex situ en vue d’un renforcement de population à partir des souches génétiques locales. Un centre d'élevage a été créé dans le cadre de ce programme afin de favoriser la survie des individus.

Les 800 000 larves collectées ont donc été transportées dans ce centre d'élevage. Elles y resteront, durant les 5 prochaines années avant d'être réintroduites dans le Sarthon. Il n'en restera alors que quelques milliers.

]]>
Entretien des clôtures en bords de rivières http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/entretien-des-clotures-en-bords-de-rivieres-223.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

En partenariat avec la fédération des CUMA de Basse-Normandie, le Parc a proposé aux agriculteurs des bassins versants de la Vée et de la Gourbe, une journée de démonstration de matériel pour l'entretien sous clôture.

Il s'agissait, sur ce territoire concerné par un programme de restauration de cours d'eau, de présenter des solutions mécaniques pour pérenniser les clôtures qui sont implantées en rive des ruisseaux et rivières. A noter que des clôtures sont proposées aux exploitants volontaires pour protéger lit et berges de cours d'eau d'un piétinement par les troupeaux qui génère diverses perturbations : pollution bactériologique, érosion des berges, destruction de pontes aussi appelées frayères,…

Une cinquantaine d'agriculteurs a participé à cette démonstration organisée le 20 juin dernier à la Sauvagère. La société Desvoys y a notamment présenté le broyeur satellite, outil qui permet un entretien facilité sous clôture grâce à un disque qui escamote les piquets de clôtures rencontrés. Cet outil pouvait être comparé aux plus traditionnels épareuse et broyeur d'accotement qui étaient respectivement présentés par les CUMA de la Sauvagère et de l'Etoile.

Cette rencontre a permis de nombreux échanges avec la profession agricole et mis en évidence un intérêt marqué de certaines CUMA pour le broyeur satellite.

]]>
En partenariat avec la fédération des CUMA de Basse-Normandie, le Parc a proposé aux agriculteurs des bassins versants de la Vée et de la Gourbe, une journée de démonstration de matériel pour l'entretien sous clôture.

Il s'agissait, sur ce territoire concerné par un programme de restauration de cours d'eau, de présenter des solutions mécaniques pour pérenniser les clôtures qui sont implantées en rive des ruisseaux et rivières. A noter que des clôtures sont proposées aux exploitants volontaires pour protéger lit et berges de cours d'eau d'un piétinement par les troupeaux qui génère diverses perturbations : pollution bactériologique, érosion des berges, destruction de pontes aussi appelées frayères,…

Une cinquantaine d'agriculteurs a participé à cette démonstration organisée le 20 juin dernier à la Sauvagère. La société Desvoys y a notamment présenté le broyeur satellite, outil qui permet un entretien facilité sous clôture grâce à un disque qui escamote les piquets de clôtures rencontrés. Cet outil pouvait être comparé aux plus traditionnels épareuse et broyeur d'accotement qui étaient respectivement présentés par les CUMA de la Sauvagère et de l'Etoile.

Cette rencontre a permis de nombreux échanges avec la profession agricole et mis en évidence un intérêt marqué de certaines CUMA pour le broyeur satellite.

]]>
Le centre-bourg de Pré-en-Pail bientôt en travaux ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/le-centre-bourg-de-pre-en-pail-bientot-en-travaux--222.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La démarche de revitalisation du centre-bourg de Pré-en-Pail St-Samson se poursuit, avec comme projet majeur le réaménagement de la traversée par la nationale 12.

En effet, l'avant-projet réalisé par le bureau d'études TECAM sur la base des réunions de concertation a été validé par le conseil municipal et présenté le 23 juin aux habitants en réunion publique. Le projet a par ailleurs été retenu au titre de la Dotation de Soutien à l'Investissement Public Local (aide de l'État), pour bénéficier d'une aide de 50%, soit 400 000 €.

Parmi les principaux projets d'aménagement, on retrouve la suppression de la troisième voie dans le "bas du bourg", la création d'une zone apaisée entre la place Charles de Gaulle et la rue Charles David, la végétalisation des espaces publics et l'élargissement des places de stationnement. Les objectifs poursuivis sont la sécurisation des déplacements doux en faisant ralentir les véhicules motorisés, l'amélioration du stationnement pour donner envie aux gens de s'arrêter, la qualité des espaces publics favorisant la convivialité et le lien social.

Prochaines étapes : la consultation des entreprises de travaux pendant l'été et le début du chantier prévu à la mi-octobre, pour une durée d'environ six mois.

]]>
La démarche de revitalisation du centre-bourg de Pré-en-Pail St-Samson se poursuit, avec comme projet majeur le réaménagement de la traversée par la nationale 12.

En effet, l'avant-projet réalisé par le bureau d'études TECAM sur la base des réunions de concertation a été validé par le conseil municipal et présenté le 23 juin aux habitants en réunion publique. Le projet a par ailleurs été retenu au titre de la Dotation de Soutien à l'Investissement Public Local (aide de l'État), pour bénéficier d'une aide de 50%, soit 400 000 €.

Parmi les principaux projets d'aménagement, on retrouve la suppression de la troisième voie dans le "bas du bourg", la création d'une zone apaisée entre la place Charles de Gaulle et la rue Charles David, la végétalisation des espaces publics et l'élargissement des places de stationnement. Les objectifs poursuivis sont la sécurisation des déplacements doux en faisant ralentir les véhicules motorisés, l'amélioration du stationnement pour donner envie aux gens de s'arrêter, la qualité des espaces publics favorisant la convivialité et le lien social.

Prochaines étapes : la consultation des entreprises de travaux pendant l'été et le début du chantier prévu à la mi-octobre, pour une durée d'environ six mois.

]]>
Premier point d'étape pour le Contrat nature http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/premier-point-d-etape-pour-le-contrat-nature-220.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Une dizaine d'élus et de techniciens étaient présents mardi 28 juin pour faire le point sur les avancées du Contrat nature entre les Alpes Mancelles et la forêt de Sillé.

Sous la présidence de Philippe Rallu, Président de la Communauté de communes des Alpes Mancelles, la rencontre s'est déroulée en deux temps.

Une première partie en salle a permis à Pauline Gautier, animatrice du Contrat nature de revenir sur les actions mises en place depuis 2015.

La Chambre d'agriculture de la Sarthe a ensuite présenté les diagnostics bocagers communaux qui seront réalisés à partir de cet automne et les plans de gestion du bocage destinés aux agriculteurs volontaires. Le Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire a de son côté présenté les actions de création d'espaces favorables pour le Sonneur à ventre jaune dont il a la maîtrise d'œuvre.

La réunion s'est poursuivie par la visite d'un chantier de restauration de mare à Saint-Aubin-du-Locquenay. L'occasion de déguster un verre de cidre et du fromage de brebis fabriqué par les exploitants de la parcelle où la mare a été restaurée !

]]>
Une dizaine d'élus et de techniciens étaient présents mardi 28 juin pour faire le point sur les avancées du Contrat nature entre les Alpes Mancelles et la forêt de Sillé.

Sous la présidence de Philippe Rallu, Président de la Communauté de communes des Alpes Mancelles, la rencontre s'est déroulée en deux temps.

Une première partie en salle a permis à Pauline Gautier, animatrice du Contrat nature de revenir sur les actions mises en place depuis 2015.

La Chambre d'agriculture de la Sarthe a ensuite présenté les diagnostics bocagers communaux qui seront réalisés à partir de cet automne et les plans de gestion du bocage destinés aux agriculteurs volontaires. Le Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire a de son côté présenté les actions de création d'espaces favorables pour le Sonneur à ventre jaune dont il a la maîtrise d'œuvre.

La réunion s'est poursuivie par la visite d'un chantier de restauration de mare à Saint-Aubin-du-Locquenay. L'occasion de déguster un verre de cidre et du fromage de brebis fabriqué par les exploitants de la parcelle où la mare a été restaurée !

]]>
Assemblée générale sous les poiriers http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/assemblee-generale-sous-les-poiriers-219.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Samedi 25 juin, le Parc naturel régional Normandie-Maine a tenu son assemblée générale annuelle sous les poiriers du nouveau Musée du poiré.

Cette assemblée réunit l'ensemble des élus locaux, départementaux et régionaux membres du syndicat mixte ainsi que tous les partenaires du Parc. Elle a pour objectif de partager un bilan de l'année écoulée et d'échanger sur les projets à venir.

Maryse Oliveira Présidente, a ouvert et animé cette rencontre. Elle a dans un premier temps présenté le nouvel exécutif du Parc après l'élection des nouveaux élus régionaux. Un trombinoscope des élus a été diffusé à cette occasion afin que chacun puisse mieux s'identifier.

Elle a ensuite fait part aux élus de plusieurs changements au sein de l'équipe et notamment de la nomination de Geneviève Santini en qualité de directrice du Parc après le départ en novembre dernier de Nicolas Meyer. Un trombinoscope de l'équipe a également été diffusé.

Cette rencontre a ensuite été l'occasion de partager des réalisations concrètes portées par le Parc. Maryse Oliveira a pour cela passé la parole à plusieurs élus du territoire et membres de l'équipe du Parc afin d'apporter leurs témoignages et des précisions sur ces opérations.

Une revue de presse plus complète des actions menées par le Parc depuis septembre dernier a également été exposée.


]]>
Samedi 25 juin, le Parc naturel régional Normandie-Maine a tenu son assemblée générale annuelle sous les poiriers du nouveau Musée du poiré.

Cette assemblée réunit l'ensemble des élus locaux, départementaux et régionaux membres du syndicat mixte ainsi que tous les partenaires du Parc. Elle a pour objectif de partager un bilan de l'année écoulée et d'échanger sur les projets à venir.

Maryse Oliveira Présidente, a ouvert et animé cette rencontre. Elle a dans un premier temps présenté le nouvel exécutif du Parc après l'élection des nouveaux élus régionaux. Un trombinoscope des élus a été diffusé à cette occasion afin que chacun puisse mieux s'identifier.

Elle a ensuite fait part aux élus de plusieurs changements au sein de l'équipe et notamment de la nomination de Geneviève Santini en qualité de directrice du Parc après le départ en novembre dernier de Nicolas Meyer. Un trombinoscope de l'équipe a également été diffusé.

Cette rencontre a ensuite été l'occasion de partager des réalisations concrètes portées par le Parc. Maryse Oliveira a pour cela passé la parole à plusieurs élus du territoire et membres de l'équipe du Parc afin d'apporter leurs témoignages et des précisions sur ces opérations.

Une revue de presse plus complète des actions menées par le Parc depuis septembre dernier a également été exposée.


]]>
A l'école du Parc, place aux inscriptions 2016 http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/a-l-ecole-du-parc-place-aux-inscriptions-2016-217.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Découvrir la forêt ou les petites bêtes des rivières avec sa classe, rencontrer les anciens mineurs de Dompierre et découvrir leur vie et leur travail d'il y a 70 ans, ou encore monter un projet de Développement Durable dans son établissement… autant de possibilités proposées par le Parc naturel régional Normandie-Maine pour la rentrée 2016.

Pour la 5ème année, l'appel à projet PARCours ton territoire est ouvert pour les classes du territoire du Parc. Ce sont 100 thématiques d'animations sur des thèmes aussi variés que le patrimoine naturel, culturel, la géologie, l'énergie ou l'alimentation qui sont proposées aux 230 établissements scolaires du territoire (de la maternelle au lycée). Ces animations prises en charge financièrement par le Parc permettent chaque année à 40 classes de découvrir leur territoire. Cet appel à projet intitulé « PARCours ton territoire ! » est désormais ouvert et la clôture des inscriptions est fixée au 19 Octobre 2016

N'attendez plus pour vous inscrire !

]]>
Découvrir la forêt ou les petites bêtes des rivières avec sa classe, rencontrer les anciens mineurs de Dompierre et découvrir leur vie et leur travail d'il y a 70 ans, ou encore monter un projet de Développement Durable dans son établissement… autant de possibilités proposées par le Parc naturel régional Normandie-Maine pour la rentrée 2016.

Pour la 5ème année, l'appel à projet PARCours ton territoire est ouvert pour les classes du territoire du Parc. Ce sont 100 thématiques d'animations sur des thèmes aussi variés que le patrimoine naturel, culturel, la géologie, l'énergie ou l'alimentation qui sont proposées aux 230 établissements scolaires du territoire (de la maternelle au lycée). Ces animations prises en charge financièrement par le Parc permettent chaque année à 40 classes de découvrir leur territoire. Cet appel à projet intitulé « PARCours ton territoire ! » est désormais ouvert et la clôture des inscriptions est fixée au 19 Octobre 2016

N'attendez plus pour vous inscrire !

]]>
Inauguration ensoleillée et pétillante pour le Musée http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/inauguration-ensoleillee-et-petillante-pour-le-musee-218.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Samedi 25 juin, vous êtes venu nombreux pour découvrir en avant première le nouveau Musée du Poiré. Ce Musée de France, entièrement rénové, dédié à cette boisson savoureuse, emblématique du Mortainais et du Domfrontais !

Il a été inauguré par Maryse Oliveira, Présidente du Parc et Philippe Bas, Président du conseil départemental de la Manche en présence de nombreux élus de Normandie et des Pays de la Loire.

Installé depuis 1983 dans un ancien corps de ferme du bocage normand, le Musée du Poiré met en scène d'étonnantes collections sur l'évolution des produits et techniques cidricoles. Dans le cadre verdoyant et paisible de son verger conservatoire – riche d'une centaine de variétés de poires et de pommes–, venez musarder et vous détendre en famille ou entre amis au gré du parcours ludique. Profitez-en pour déguster des produits fermiers locaux et informez-vous sur les animations, expositions et ateliers, pour petits et grands, proposés toute l'année !

Prochains rendez-vous au Musée :
- Mardi 12 juillet : Apéro concert
- Jeudi 21 juillet : les petits z'ateliers
- Mardi 9 août : Contes sous les poiriers

Télécharger le dépliant 2016


]]>
Samedi 25 juin, vous êtes venu nombreux pour découvrir en avant première le nouveau Musée du Poiré. Ce Musée de France, entièrement rénové, dédié à cette boisson savoureuse, emblématique du Mortainais et du Domfrontais !

Il a été inauguré par Maryse Oliveira, Présidente du Parc et Philippe Bas, Président du conseil départemental de la Manche en présence de nombreux élus de Normandie et des Pays de la Loire.

Installé depuis 1983 dans un ancien corps de ferme du bocage normand, le Musée du Poiré met en scène d'étonnantes collections sur l'évolution des produits et techniques cidricoles. Dans le cadre verdoyant et paisible de son verger conservatoire – riche d'une centaine de variétés de poires et de pommes–, venez musarder et vous détendre en famille ou entre amis au gré du parcours ludique. Profitez-en pour déguster des produits fermiers locaux et informez-vous sur les animations, expositions et ateliers, pour petits et grands, proposés toute l'année !

Prochains rendez-vous au Musée :
- Mardi 12 juillet : Apéro concert
- Jeudi 21 juillet : les petits z'ateliers
- Mardi 9 août : Contes sous les poiriers

Télécharger le dépliant 2016


]]>
Faune en bulles : une œuvre à 320 mains http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/faune-en-bulles-une-œuvre-a-320-mains-221.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Cent cinquante élèves venant de la Sauvagère, La Ferté Macé, Bagnoles de l'Orne, Montmerrei, Couterne ou encore Alençon ont participé, jeudi 16 juin, à une journée festive à la Maison du Parc où l'Ecrevisse à pieds blancs était à l'honneur (dans le cadre du projet Faune en bulles sur une espèce protégée Natura 2000).

Après avoir passé 9 mois à étudier, dessiner et rédiger leurs histoires sur cette espèce, il était temps de voir la compilation de ce travail. Le Parc a réunit ces écoliers qui ont été les spectateurs épatés et amusés du conteur Emmanuel Grimaud qui a su mettre en verve leurs histoires, et les artistes peintres de Sarah Lévêque avec qui, ils ont créé une magnifique fresque à 160 mains !

Pour conclure la journée, ils ont tous reçu une bande dessinée regroupant le travail des 7 classes : 

- École primaire Jacques Prévert de la Ferté-Macé : CM2/CM1
- Le Groupe scolaire Lancelot de Bagnoles de l'Orne : CM2
- Point du Jour d'Alençon : CE2
- Ecole Jean Hélion de Couterne : CM1/CM2
- Pôle scolaire Pierre Bourban de La Sauvagère : CE2
- L'école primaire de Montmerrei : CE2/CM1

L'exposition de ce travail est visible à la Maison du Parc jusqu'au 31 Août.

Et puis, après quatre belles éditions, petite pause oblige, le projet ne sera pas proposé à la rentrée 2016. Nous vous laissons découvrir ces quatre années crayonnées en attendant peut-être de découvrir les nouvelles aventures d'une autre espèce remarquable en 2017-2018.

]]>
Cent cinquante élèves venant de la Sauvagère, La Ferté Macé, Bagnoles de l'Orne, Montmerrei, Couterne ou encore Alençon ont participé, jeudi 16 juin, à une journée festive à la Maison du Parc où l'Ecrevisse à pieds blancs était à l'honneur (dans le cadre du projet Faune en bulles sur une espèce protégée Natura 2000).

Après avoir passé 9 mois à étudier, dessiner et rédiger leurs histoires sur cette espèce, il était temps de voir la compilation de ce travail. Le Parc a réunit ces écoliers qui ont été les spectateurs épatés et amusés du conteur Emmanuel Grimaud qui a su mettre en verve leurs histoires, et les artistes peintres de Sarah Lévêque avec qui, ils ont créé une magnifique fresque à 160 mains !

Pour conclure la journée, ils ont tous reçu une bande dessinée regroupant le travail des 7 classes : 

- École primaire Jacques Prévert de la Ferté-Macé : CM2/CM1
- Le Groupe scolaire Lancelot de Bagnoles de l'Orne : CM2
- Point du Jour d'Alençon : CE2
- Ecole Jean Hélion de Couterne : CM1/CM2
- Pôle scolaire Pierre Bourban de La Sauvagère : CE2
- L'école primaire de Montmerrei : CE2/CM1

L'exposition de ce travail est visible à la Maison du Parc jusqu'au 31 Août.

Et puis, après quatre belles éditions, petite pause oblige, le projet ne sera pas proposé à la rentrée 2016. Nous vous laissons découvrir ces quatre années crayonnées en attendant peut-être de découvrir les nouvelles aventures d'une autre espèce remarquable en 2017-2018.

]]>
Premier salon de la mobilité à Carrouges http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/premier-salon-de-la-mobilite-a-carrouges-213.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Un public avide d'informations a répondu présent à l'invitation de l'association Normandie Mobilité Electrique, de la commune de Carrouges et du Parc Normandie-Maine lors du premier salon de la mobilité qui s'est déroulé ce samedi 4 juin.

Tours d'essai de véhicules électriques dans le bourg  pour les uns, tours de roue de la fortune à la Maison du Parc pour d'autres. Cette journée a permis de nourrir des réflexions et d'avancer sur les différents modes de mobilité.

Après l'ouverture de cette journée par les élus à la Maison du Parc, on a pu entendre le cliquetis de la roue de la fortune spécial mobilité. A la clé, pour les plus inspirés le gain d'un accessoire vélo !

Dans l'après-midi, une quinzaine de personnes a assisté à une conférence mettant en lumière la palette des solutions de déplacements s'offrant à chacun y compris en milieu rural, insistant sur les alternatives à la voiture ou tout du moins à l'autosolisme (une voiture avec un seul occupant, le cas le plus fréquent).

]]>
Un public avide d'informations a répondu présent à l'invitation de l'association Normandie Mobilité Electrique, de la commune de Carrouges et du Parc Normandie-Maine lors du premier salon de la mobilité qui s'est déroulé ce samedi 4 juin.

Tours d'essai de véhicules électriques dans le bourg  pour les uns, tours de roue de la fortune à la Maison du Parc pour d'autres. Cette journée a permis de nourrir des réflexions et d'avancer sur les différents modes de mobilité.

Après l'ouverture de cette journée par les élus à la Maison du Parc, on a pu entendre le cliquetis de la roue de la fortune spécial mobilité. A la clé, pour les plus inspirés le gain d'un accessoire vélo !

Dans l'après-midi, une quinzaine de personnes a assisté à une conférence mettant en lumière la palette des solutions de déplacements s'offrant à chacun y compris en milieu rural, insistant sur les alternatives à la voiture ou tout du moins à l'autosolisme (une voiture avec un seul occupant, le cas le plus fréquent).

]]>
Exposition de photographies de Jérome Houyvet http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/exposition-de-photographies-de-jerome-houyvet-205.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

En présence du photographe, Jérôme Houyvet, et de l'éditeur du livre Vol au-dessus du Parc naturel régional Normandie-Maine, prenez de la hauteur sur les Monts de Normandie et du Maine.

Ils étaient près d'une cinquantaine présents ce vendredi 3 juin pour le vernissage de l'exposition inédite. Les premiers visiteurs ont été conquis par les photographies exposées et plus particulièrement par les très grands visuels exposés en extérieur.

Tout au long de l'été, vous pourrez découvrir une quarantaine de clichés, tirés en grands formats, extraits du livre.
Des méandres de la Sarthe, aux vergers du Domfrontais, ces clichés vous feront voyager en paramoteur à travers le territoire Parc.
Une pluralité de paysages vous attend des Monts de Normandie au Maine, de la Mayenne à la Sarthe et de la Manche à l'Orne.

Un échantillon d'instants de vie où jaunes et orangers des arbres d'automne se mêlent aux brumes hivernales.

 A plusieurs reprises dans l'été, un jeu concours sera organisé sur notre page Facebook et ce, pour gagner des ouvrages "Vol au-dessus du Parc Normandie-Maine".

]]>
En présence du photographe, Jérôme Houyvet, et de l'éditeur du livre Vol au-dessus du Parc naturel régional Normandie-Maine, prenez de la hauteur sur les Monts de Normandie et du Maine.

Ils étaient près d'une cinquantaine présents ce vendredi 3 juin pour le vernissage de l'exposition inédite. Les premiers visiteurs ont été conquis par les photographies exposées et plus particulièrement par les très grands visuels exposés en extérieur.

Tout au long de l'été, vous pourrez découvrir une quarantaine de clichés, tirés en grands formats, extraits du livre.
Des méandres de la Sarthe, aux vergers du Domfrontais, ces clichés vous feront voyager en paramoteur à travers le territoire Parc.
Une pluralité de paysages vous attend des Monts de Normandie au Maine, de la Mayenne à la Sarthe et de la Manche à l'Orne.

Un échantillon d'instants de vie où jaunes et orangers des arbres d'automne se mêlent aux brumes hivernales.

 A plusieurs reprises dans l'été, un jeu concours sera organisé sur notre page Facebook et ce, pour gagner des ouvrages "Vol au-dessus du Parc Normandie-Maine".

]]>
NaturA l’école fait son cinoche http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/natura-l-ecole-fait-son-cinoche-210.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Durant l’année scolaire 2015/2016, quatre classes du territoire du Parc se sont lancées dans le projet « NaturA l’école », en faveur de la biodiversité et des milieux naturels remarquables.

82 jeunes naturalistes ont eu pour mission de partir à la découverte de sites classés Natura 2000, se situant à proximité de leurs écoles, et d’étudier des espèces protégées : la Loutre d’Europe, le Grand Murin, le Triton marbré et la Mulette perlière.

Accompagnés par le Parc Normandie-Maine ainsi que par des réalisateurs professionnels, les élèves ont ensuite eu la lourde tâche de réaliser un court-métrage sur ces différentes espèces qu’ils ont appris à connaître et à découvrir durant l’année.

Ci-dessous, découvrez les classes participantes au projet mais aussi les sites et les espèces sur lesquels ils ont pu travailler. Cliquez pour visionner leurs réalisations :

 -          Les CE1/CE2 de l’école primaire de St Georges-de-Rouelley, sur les « Anciennes mines de Barenton et de Bion » pour le Grand Murin.

-          Les CM2 de l’école primaire de la Ferrière Bochard, sur la « Vallée du Sarthon et affluents » pour la Mulette perlière.

-          Les 6ème, option environnement du Collège de Carrouges, sur les « Sites d’Ecouves » pour le Triton marbré.

-          Les CE2 de l’école primaire du Mêle-sur-Sarthe, sur la « Haute Vallée de la Sarthe » pour la Loutre d’Europe.

 Ce projet a permis d’allier gestion et pédagogie à travers le programme scolaire de 82 élèves aux quatre coins du territoire du Parc. Ces petits éco-citoyens ont ainsi pu découvrir et être sensibilisés sur des problématiques locales, faire appel à leur créativité mais aussi créer des liens avec d’autres matières telles que la géographie, les mathématiques ou entre les sciences.

]]>

Durant l’année scolaire 2015/2016, quatre classes du territoire du Parc se sont lancées dans le projet « NaturA l’école », en faveur de la biodiversité et des milieux naturels remarquables.

82 jeunes naturalistes ont eu pour mission de partir à la découverte de sites classés Natura 2000, se situant à proximité de leurs écoles, et d’étudier des espèces protégées : la Loutre d’Europe, le Grand Murin, le Triton marbré et la Mulette perlière.

Accompagnés par le Parc Normandie-Maine ainsi que par des réalisateurs professionnels, les élèves ont ensuite eu la lourde tâche de réaliser un court-métrage sur ces différentes espèces qu’ils ont appris à connaître et à découvrir durant l’année.

Ci-dessous, découvrez les classes participantes au projet mais aussi les sites et les espèces sur lesquels ils ont pu travailler. Cliquez pour visionner leurs réalisations :

 -          Les CE1/CE2 de l’école primaire de St Georges-de-Rouelley, sur les « Anciennes mines de Barenton et de Bion » pour le Grand Murin.

-          Les CM2 de l’école primaire de la Ferrière Bochard, sur la « Vallée du Sarthon et affluents » pour la Mulette perlière.

-          Les 6ème, option environnement du Collège de Carrouges, sur les « Sites d’Ecouves » pour le Triton marbré.

-          Les CE2 de l’école primaire du Mêle-sur-Sarthe, sur la « Haute Vallée de la Sarthe » pour la Loutre d’Europe.

 Ce projet a permis d’allier gestion et pédagogie à travers le programme scolaire de 82 élèves aux quatre coins du territoire du Parc. Ces petits éco-citoyens ont ainsi pu découvrir et être sensibilisés sur des problématiques locales, faire appel à leur créativité mais aussi créer des liens avec d’autres matières telles que la géographie, les mathématiques ou entre les sciences.

]]>
Concours prairies fleuries : le Palmarès 2016 ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/concours-prairies-fleuries-le-palmares-2016--211.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le Concours agricole des Prairies Fleuries 2016 s'est tenu le 27 mai, sur la partie sarthoise du Parc, avec le soleil ! Les échanges ont été riches.

Du point de vue agronomique, avec Bénédicte Blin, Agronome de la Chambre d'Agriculture de la Sarthe, et l'expertise de Marek Banasiak botaniste au CPIE de la Sarthe. Roger Hanou, longtemps président du l'Union Apicole Ornaise apportait son regard d'apiculteur.

Monsieur Antoine GIROIS, agriculteur à Barenton, lauréat de l'édition 2015, présidait le jury.

4 éleveurs ont participé et le jury s'est déplacé « Autour de Perseigne »

Monsieur Cyril ADAM de La Fresnaye-sur-Chédouet a reçu le Prix d'excellence Agri-écologique.

59 espèces et 5 papillons, dont 2 rares vus ce jour-là confirment l'exceptionnelle biodiversité de la prairie. La gestion agricole qui est faite, permet la préservation de nombreux arbres têtards, présents dans les haies qui bordent la parcelle. Monsieur Cyril ADAM représentera le Parc Normandie-Maine et le territoire « Autour de Perseigne » au concours général agricole à Paris.

Monsieur Jean-Louis LABEL d'Aillières-Beauvoir remporte le Prix Spécial Biodiversité.

La prairie, située sur les coteaux calcaires du Rutin, en zone Natura 2000, recense plus de 40 espèces. Les anémones pulsatiles présentes sur le coteau ainsi que les orchidées, sont la preuve que la gestion de Monsieur LABEL leur est favorable.

Monsieur et Madame PARIS du Chevain, ont présenté à Chenay une belle prairie de bord de Sarthe, mais plus productive et moins riche en espèce.

Monsieur Michel GOURDEL de Neufchâtel-en-Saosnois, avec une prairie comportant une vingtaine d'espèces, pâturée par des chevaux.

L'OS Normande, association de valorisation de la race normande et Le Crédit Mutuel sont partenaires.

Pour la seconde fois sur le territoire du Parc Normandie-Maine 2 classes des lycées agricoles du Mans et Laval ont participé au « Concours Prairies Fleuries jury-élèves ». La journée a débuté par une sensibilisation à la botanique. La mission des élèves : observer et comprendre les composantes de l'équilibre agri-écologique des parcelles et attester leurs observations avec l'éleveur. Ils seront eux évalués sur les méthodes d'analyses et de description de l'équilibre agri-écologique et sur des outils d'accompagnements qu'ils peuvent développer.

Pour leurs pratiques respectueuses et leur engagement, tous ces agriculteurs seront remerciés et félicités le 22 septembre 2016 à la Maison du Parc.

]]>
Le Concours agricole des Prairies Fleuries 2016 s'est tenu le 27 mai, sur la partie sarthoise du Parc, avec le soleil ! Les échanges ont été riches.

Du point de vue agronomique, avec Bénédicte Blin, Agronome de la Chambre d'Agriculture de la Sarthe, et l'expertise de Marek Banasiak botaniste au CPIE de la Sarthe. Roger Hanou, longtemps président du l'Union Apicole Ornaise apportait son regard d'apiculteur.

Monsieur Antoine GIROIS, agriculteur à Barenton, lauréat de l'édition 2015, présidait le jury.

4 éleveurs ont participé et le jury s'est déplacé « Autour de Perseigne »

Monsieur Cyril ADAM de La Fresnaye-sur-Chédouet a reçu le Prix d'excellence Agri-écologique.

59 espèces et 5 papillons, dont 2 rares vus ce jour-là confirment l'exceptionnelle biodiversité de la prairie. La gestion agricole qui est faite, permet la préservation de nombreux arbres têtards, présents dans les haies qui bordent la parcelle. Monsieur Cyril ADAM représentera le Parc Normandie-Maine et le territoire « Autour de Perseigne » au concours général agricole à Paris.

Monsieur Jean-Louis LABEL d'Aillières-Beauvoir remporte le Prix Spécial Biodiversité.

La prairie, située sur les coteaux calcaires du Rutin, en zone Natura 2000, recense plus de 40 espèces. Les anémones pulsatiles présentes sur le coteau ainsi que les orchidées, sont la preuve que la gestion de Monsieur LABEL leur est favorable.

Monsieur et Madame PARIS du Chevain, ont présenté à Chenay une belle prairie de bord de Sarthe, mais plus productive et moins riche en espèce.

Monsieur Michel GOURDEL de Neufchâtel-en-Saosnois, avec une prairie comportant une vingtaine d'espèces, pâturée par des chevaux.

L'OS Normande, association de valorisation de la race normande et Le Crédit Mutuel sont partenaires.

Pour la seconde fois sur le territoire du Parc Normandie-Maine 2 classes des lycées agricoles du Mans et Laval ont participé au « Concours Prairies Fleuries jury-élèves ». La journée a débuté par une sensibilisation à la botanique. La mission des élèves : observer et comprendre les composantes de l'équilibre agri-écologique des parcelles et attester leurs observations avec l'éleveur. Ils seront eux évalués sur les méthodes d'analyses et de description de l'équilibre agri-écologique et sur des outils d'accompagnements qu'ils peuvent développer.

Pour leurs pratiques respectueuses et leur engagement, tous ces agriculteurs seront remerciés et félicités le 22 septembre 2016 à la Maison du Parc.

]]>
Un service de transport à la demande dans le Pays de Sillé http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/un-service-de-transport-a-la-demande-dans-le-pays-de-sille-212.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le Département de la Sarthe et les communes de Sillé-le-Guillaume, Rouez-en-Champagne, Saint-Rémy-de-Sillé et Le Grez proposent à partir de l'été 2016 l'expérimentation d'un service de Transport à la Demande (TAD), nommé « Tisséa », avec le soutien du Parc Normandie Maine.

L'objectif de ce service est de faciliter les déplacements des gens qui n'ont pas de voiture ou qui souhaitent se déplacer autrement. Tous les mercredis matin, sur simple réservation, la navette desservira le centre-bourg de Sillé et permettra de bénéficier de tous les commerces et services de proximité. En juillet et août, le circuit se prolongera jusqu'au Lac de Sillé, samedi inclus !
Pour découvrir ce service et son fonctionnement (horaires, circuit, réservations, etc.), l'inauguration du Tisséa a eu lieu mercredi 1er juin 2016, devant la gare de Sillé-le-Guillaume (terminus du circuit), en présence des élus des communes et du Département.

Ce lancement a été également l'occasion de découvrir l'offre de location de vélos à assistance électrique de l'Office de tourisme, une solution idéale pour parcourir les environs en famille ou entre amis.

]]>
Le Département de la Sarthe et les communes de Sillé-le-Guillaume, Rouez-en-Champagne, Saint-Rémy-de-Sillé et Le Grez proposent à partir de l'été 2016 l'expérimentation d'un service de Transport à la Demande (TAD), nommé « Tisséa », avec le soutien du Parc Normandie Maine.

L'objectif de ce service est de faciliter les déplacements des gens qui n'ont pas de voiture ou qui souhaitent se déplacer autrement. Tous les mercredis matin, sur simple réservation, la navette desservira le centre-bourg de Sillé et permettra de bénéficier de tous les commerces et services de proximité. En juillet et août, le circuit se prolongera jusqu'au Lac de Sillé, samedi inclus !
Pour découvrir ce service et son fonctionnement (horaires, circuit, réservations, etc.), l'inauguration du Tisséa a eu lieu mercredi 1er juin 2016, devant la gare de Sillé-le-Guillaume (terminus du circuit), en présence des élus des communes et du Département.

Ce lancement a été également l'occasion de découvrir l'offre de location de vélos à assistance électrique de l'Office de tourisme, une solution idéale pour parcourir les environs en famille ou entre amis.

]]>
Salon de la mobilité, premier du genre à Carrouges ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/salon-de-la-mobilite-premier-du-genre-a-carrouges--209.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

En partenariat avec la commune de Carrouges et le Syndicat d'Energie de l'Orne, l'association Normandie Mobilité Electrique organise un événement grand public rassemblant divers modèles de véhicules électriques.

Le Parc Normandie-Maine apporte son concours en proposant un mot introductif sur les différentes solutions d'écomobilité, des supports d'information (exposition, vidéos) et surtout un grand jeu sur la thématique. 

Rendez-vous samedi 4 juin à partir de 10 h, à la Maison du Parc et dans le bourg de Carrouges.

Les transports : premier secteur d’émission de GES en France
La France s'est donné pour objectif de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050 (année de référence 1990), afin de limiter autant que possible sa contribution aux changements climatiques amorcés. A terme il s'agit d'inventer un nouveau modèle de société, beaucoup plus sobre pour un niveau de vie équivalent.

Le secteur des transports représentant le premier émetteur de gaz à effet de serre du pays (28%), de multiples mutations devront s'opérer dans ce domaine, en particulier en milieu rural. L'avenir fera ainsi la part belle à des pratiques qui émergent (voiture partagée, autostop organisé, travail et réunions ou démarches à distance) ou demandent à être réhabilitées (transports collectifs réguliers ou à la demande, vélo et marche à pied sur les distances plus courtes), en substitution progressive des modes individuels motorisés.

Au programme
Sur le site de la Maison du Parc seront évoquées les alternatives qui peuvent exister y compris en milieu rural, et restent souvent méconnues. L'Espace info énergie de l'Orne (Inhari) sera présent pour répondre aux questions suscitées par le sujet et animer un grand jeu de la mobilité, sur le principe de « la roue de la fortune »…

Pas de perdants, l'essentiel c'est d'apprendre en s'amusant et des lots tels que des accessoires vélo seront offerts aux petits et grands !

En parallèle se tiendra dans le bourg de Carrouges un salon offrant la possibilité au plus grand nombre de voir différents types de véhicules électriques en démonstration, voire d'en essayer. Plusieurs constructeurs seront présents (BMW, Citroën, Mercedes, Nissan, Peugeot, Renault, Volkswagen, Toyota), ainsi qu'un distributeur de scooters, gyropodes, skates, karts, motos, etc. Le tout fonctionnant à l'électricité !

Une borne de recharge et la présentation d'une solution d'autopartage de véhicules feront aussi partie des attractions mises en place pour le public.

En savoir + sur le programme

Nous vous attendons nombreux !

]]>
En partenariat avec la commune de Carrouges et le Syndicat d'Energie de l'Orne, l'association Normandie Mobilité Electrique organise un événement grand public rassemblant divers modèles de véhicules électriques.

Le Parc Normandie-Maine apporte son concours en proposant un mot introductif sur les différentes solutions d'écomobilité, des supports d'information (exposition, vidéos) et surtout un grand jeu sur la thématique. 

Rendez-vous samedi 4 juin à partir de 10 h, à la Maison du Parc et dans le bourg de Carrouges.

Les transports : premier secteur d’émission de GES en France
La France s'est donné pour objectif de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050 (année de référence 1990), afin de limiter autant que possible sa contribution aux changements climatiques amorcés. A terme il s'agit d'inventer un nouveau modèle de société, beaucoup plus sobre pour un niveau de vie équivalent.

Le secteur des transports représentant le premier émetteur de gaz à effet de serre du pays (28%), de multiples mutations devront s'opérer dans ce domaine, en particulier en milieu rural. L'avenir fera ainsi la part belle à des pratiques qui émergent (voiture partagée, autostop organisé, travail et réunions ou démarches à distance) ou demandent à être réhabilitées (transports collectifs réguliers ou à la demande, vélo et marche à pied sur les distances plus courtes), en substitution progressive des modes individuels motorisés.

Au programme
Sur le site de la Maison du Parc seront évoquées les alternatives qui peuvent exister y compris en milieu rural, et restent souvent méconnues. L'Espace info énergie de l'Orne (Inhari) sera présent pour répondre aux questions suscitées par le sujet et animer un grand jeu de la mobilité, sur le principe de « la roue de la fortune »…

Pas de perdants, l'essentiel c'est d'apprendre en s'amusant et des lots tels que des accessoires vélo seront offerts aux petits et grands !

En parallèle se tiendra dans le bourg de Carrouges un salon offrant la possibilité au plus grand nombre de voir différents types de véhicules électriques en démonstration, voire d'en essayer. Plusieurs constructeurs seront présents (BMW, Citroën, Mercedes, Nissan, Peugeot, Renault, Volkswagen, Toyota), ainsi qu'un distributeur de scooters, gyropodes, skates, karts, motos, etc. Le tout fonctionnant à l'électricité !

Une borne de recharge et la présentation d'une solution d'autopartage de véhicules feront aussi partie des attractions mises en place pour le public.

En savoir + sur le programme

Nous vous attendons nombreux !

]]>
Natura 2000 présenté aux élus http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/natura-2000-presente-aux-elus-215.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le samedi 21 mai, le Parc a convié les élus du territoire concernés par Natura 2000 pour la première fois à une journée d'échange spécifique dédiée à cette thématique. Pour rappel, sur le Parc, ce réseau européen de sites remarquables initié depuis dans les années 90 est constitué de 17 sites répartis sur 90 communes.

Réunis à l'espace CASATI de Saint-Pierre-des-Nids, 30 personnes ont participé à une matinée d'échanges. Après une introduction réalisée par un représentant de l'Etat (DREAL de Normandie), l'équipe Natura 2000 du Parc a présenté les spécificités de chaque site puis a dressé un bilan des actions menées depuis 2008. De l'accompagnement agricole (mesures agro-environnementales) aux Contrats de restauration d'espaces naturels (Contrats Natura 2000) en passant par les projets pédagogiques, le large panel des opérations initiées et suivies par le Parc ont ainsi été présentées.

La matinée s'est poursuivie par une table ronde organisée autour d'élus locaux intégrant Natura 2000 dans les actions communales. Restaurer un réseau de mares communales, organiser une manifestation sportive sur un espace protégé, classer des terrains communaux en réserve naturelle, organiser un programme scolaire dans son école… Ces sujets ont ouvert une séquence de questions/réponses entre les participants.

L'après-midi, tous en bus ! Les élus sont partis pour Mieuxcé, à la rencontre d'un exploitant agricole concerné par ce dispositif. La journée s'est terminée par la visite de la Corniche de Pail, de ses landes et des travaux de préservation engagés depuis plusieurs années.

Au vu des retours des élus présents, ce format de rencontre a vocation à se renouveler prochainement. 

]]>
Le samedi 21 mai, le Parc a convié les élus du territoire concernés par Natura 2000 pour la première fois à une journée d'échange spécifique dédiée à cette thématique. Pour rappel, sur le Parc, ce réseau européen de sites remarquables initié depuis dans les années 90 est constitué de 17 sites répartis sur 90 communes.

Réunis à l'espace CASATI de Saint-Pierre-des-Nids, 30 personnes ont participé à une matinée d'échanges. Après une introduction réalisée par un représentant de l'Etat (DREAL de Normandie), l'équipe Natura 2000 du Parc a présenté les spécificités de chaque site puis a dressé un bilan des actions menées depuis 2008. De l'accompagnement agricole (mesures agro-environnementales) aux Contrats de restauration d'espaces naturels (Contrats Natura 2000) en passant par les projets pédagogiques, le large panel des opérations initiées et suivies par le Parc ont ainsi été présentées.

La matinée s'est poursuivie par une table ronde organisée autour d'élus locaux intégrant Natura 2000 dans les actions communales. Restaurer un réseau de mares communales, organiser une manifestation sportive sur un espace protégé, classer des terrains communaux en réserve naturelle, organiser un programme scolaire dans son école… Ces sujets ont ouvert une séquence de questions/réponses entre les participants.

L'après-midi, tous en bus ! Les élus sont partis pour Mieuxcé, à la rencontre d'un exploitant agricole concerné par ce dispositif. La journée s'est terminée par la visite de la Corniche de Pail, de ses landes et des travaux de préservation engagés depuis plusieurs années.

Au vu des retours des élus présents, ce format de rencontre a vocation à se renouveler prochainement. 

]]>
Chauves-souris et gestion du parasitisme en élevage http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/chauves-souris-et-gestion-du-parasitisme-en-elevage-214.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le Parc organisait une formation le 12 mai dernier à destination des agriculteurs sur la gestion du parasitisme en élevage, animé par Hubert Hiron vétérinaire du GIE zone verte, grâce à son plan de conservation des chauves-souris.

Mais pourquoi chauves-souris et élevage ne font pas toujours bon ménage ? Le problème vient essentiellement de certaines molécules utilisées comme antiparasitaires. Les plus nocives sont rémanentes dans l'environnement et se retrouvent dans les bouses. Toute la microfaune du sol permettant la dégradation de ces déjections et donc la fertilisation des sols est alors impactée. Or ces coprophages servent aussi en partie de repas à de nombreux animaux dont les chauves-souris à des périodes où leurs besoins en nourriture sont importants (mise bas), c'est la chaîne alimentaire qui est alors rompue.

En proposant des alternatives à ces molécules, Hubert Hiron permettait à chaque éleveur de faire le point sur ses pratiques en rappelant la réglementation en vigueur, les différents cycles parasitaires, les moyens de diagnostics disponibles, le fonctionnement de l'immunité chez les bovins… Changer ses pratiques c'est aussi réduire ses coûts vétérinaires, travailler sur la fertilité des prairies et assurer une meilleure prise en compte la biodiversité dans son élevage.

8 éleveurs étaient présents à cette formation organisée à la salle des associations de Villeneuve-en-Perseigne.

Pour rappel, sur le territoire du Parc 18 espèces de chauves-souris sont présentes. Le Parc travaille à une meilleure connaissance et prise en compte de ces mammifères sur son territoire.

]]>
Le Parc organisait une formation le 12 mai dernier à destination des agriculteurs sur la gestion du parasitisme en élevage, animé par Hubert Hiron vétérinaire du GIE zone verte, grâce à son plan de conservation des chauves-souris.

Mais pourquoi chauves-souris et élevage ne font pas toujours bon ménage ? Le problème vient essentiellement de certaines molécules utilisées comme antiparasitaires. Les plus nocives sont rémanentes dans l'environnement et se retrouvent dans les bouses. Toute la microfaune du sol permettant la dégradation de ces déjections et donc la fertilisation des sols est alors impactée. Or ces coprophages servent aussi en partie de repas à de nombreux animaux dont les chauves-souris à des périodes où leurs besoins en nourriture sont importants (mise bas), c'est la chaîne alimentaire qui est alors rompue.

En proposant des alternatives à ces molécules, Hubert Hiron permettait à chaque éleveur de faire le point sur ses pratiques en rappelant la réglementation en vigueur, les différents cycles parasitaires, les moyens de diagnostics disponibles, le fonctionnement de l'immunité chez les bovins… Changer ses pratiques c'est aussi réduire ses coûts vétérinaires, travailler sur la fertilité des prairies et assurer une meilleure prise en compte la biodiversité dans son élevage.

8 éleveurs étaient présents à cette formation organisée à la salle des associations de Villeneuve-en-Perseigne.

Pour rappel, sur le territoire du Parc 18 espèces de chauves-souris sont présentes. Le Parc travaille à une meilleure connaissance et prise en compte de ces mammifères sur son territoire.

]]>
1ère fête de la randonnée dans l'Orne http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/1ere-fete-de-la-randonnee-dans-l-orne-207.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Les 28 et 29 mai 2016, le Département de l'Orne organise pour la première édition une fête de la randonnée.

Le Parc Normandie-Maine s'associe à cet événement et vous propose deux sorties pédestres pour découvrir le territoire :

Le samedi 28 mai, au départ de la Maison du Parc, à Carrouges, à 14 h 30. Venez découvrir les environs du château ainsi que la campagne environnante. Durée 2 à 3 h environ. Inscription obligatoire, date limite le 26 mai. En savoir +

- Le dimanche 29 mai, dans les Gorges de Villiers, à 14 h afin de (re)découvrir cet espace naturel sensible. Durée 2 h 30 environ, rendez-vous sur le parking du site à Saint-Ouen-le-Brisoult. Inscription obligatoire, date limite le 29 mai. En savoir +

Ces sorties  sont accessibles à toute personne à partir de 10 ans. Prévoir des chaussures et une tenue adaptée (dénivelés, cailloux et zones parfois humides, aléas météorologiques, gilet réfléchissant), ainsi que de quoi s'hydrater.

Informations  et réservations au 02 33 81 13 13

]]>
Les 28 et 29 mai 2016, le Département de l'Orne organise pour la première édition une fête de la randonnée.

Le Parc Normandie-Maine s'associe à cet événement et vous propose deux sorties pédestres pour découvrir le territoire :

Le samedi 28 mai, au départ de la Maison du Parc, à Carrouges, à 14 h 30. Venez découvrir les environs du château ainsi que la campagne environnante. Durée 2 à 3 h environ. Inscription obligatoire, date limite le 26 mai. En savoir +

- Le dimanche 29 mai, dans les Gorges de Villiers, à 14 h afin de (re)découvrir cet espace naturel sensible. Durée 2 h 30 environ, rendez-vous sur le parking du site à Saint-Ouen-le-Brisoult. Inscription obligatoire, date limite le 29 mai. En savoir +

Ces sorties  sont accessibles à toute personne à partir de 10 ans. Prévoir des chaussures et une tenue adaptée (dénivelés, cailloux et zones parfois humides, aléas météorologiques, gilet réfléchissant), ainsi que de quoi s'hydrater.

Informations  et réservations au 02 33 81 13 13

]]>
Une saison estivale pleine de rendez-vous http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/une-saison-estivale-pleine-de-rendez-vous-206.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Plus de 60 personnes ont participé à la balade spectacle du 30 avril dernier. Proposée en partenariat avec le Conseil Départemental de l'Orne, cette animation a permis aux spectateurs d'arpenter le lieu mystérieux de la Fosse Arthour. Une découverte ponctuée de musique, de chants et de sciences grâce aux artistes de la compagnie du Dit de l'Eau.

Pour continuer la découverte du territoire, n'hésitez pas à nous rejoindre lors des nombreux rendez-vous du mois de mai :

Mercredi 11 mai : club nature - À la découverte des oiseaux de la lande

Samedi 21 mai : atelier découverte - Light painting à la Carrière des Vaux 

Dimanche 22 mai : atelier peinture - Un paysage à croquer

mais aussi une balade découverte pour les portes ouvertes aux Gorges de Villiers.

Mercredi 25 mai : balade découverte - le Sarthon : une rivière préservée

Samedi 28 mai : fête de la randonnée - Carrouges à pied.

Dimanche 29 mai : randonnée dans les Gorges de Villiers.

Vous pouvez aussi retrouver toute la programmation 2016 sur l'agenda du site du Parc.

]]>
Plus de 60 personnes ont participé à la balade spectacle du 30 avril dernier. Proposée en partenariat avec le Conseil Départemental de l'Orne, cette animation a permis aux spectateurs d'arpenter le lieu mystérieux de la Fosse Arthour. Une découverte ponctuée de musique, de chants et de sciences grâce aux artistes de la compagnie du Dit de l'Eau.

Pour continuer la découverte du territoire, n'hésitez pas à nous rejoindre lors des nombreux rendez-vous du mois de mai :

Mercredi 11 mai : club nature - À la découverte des oiseaux de la lande

Samedi 21 mai : atelier découverte - Light painting à la Carrière des Vaux 

Dimanche 22 mai : atelier peinture - Un paysage à croquer

mais aussi une balade découverte pour les portes ouvertes aux Gorges de Villiers.

Mercredi 25 mai : balade découverte - le Sarthon : une rivière préservée

Samedi 28 mai : fête de la randonnée - Carrouges à pied.

Dimanche 29 mai : randonnée dans les Gorges de Villiers.

Vous pouvez aussi retrouver toute la programmation 2016 sur l'agenda du site du Parc.

]]>
Les BTS du lycée de Sées sensibilisés à l'agroécologie http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/les-bts-du-lycee-de-sees-sensibilises-a-l-agroecologie-208.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Pour la 4ème édition, plus de 90 étudiants en formation BTS, ACSE (Analyse, conduite et stratégie de l'entreprise agricole), GPN (Gestion et Protection de la Nature) et DATR (Développement, animation des territoires ruraux)  du lycée agricole de Sées ont été accueillis, jeudi 28 avril, à la Maison du Parc. Le matin, après une présentation du Parc, les étudiants se sont répartis dans 4 ateliers pour aborder des sujets en lien avec l'agriculture et l'environnement : eau et gestion des milieux aquatiques ; agriculture et changement climatique ; haie et bocage et équilibre agri-environnemental.

L'après-midi chaque groupe de 23 élèves a été accueilli par un exploitant agricole du Parc engagé dans des démarches environnementales. Un groupe a été reçu par Monsieur PICHEREAU de Lignères-Orgères, lauréat  du concours local 2014 des prairies fleuries, un deuxième par Monsieur DAGRON d'Assé-le-Boisne, membre du groupe pilote agriculture-climat, un troisième par Monsieur MORIN de La Lacelle, engagé avec des MAEC sur le site Natura 2000 Sarthon et le quatrième par Monsieur AILLIARD de Rouperoux, producteur de plaquettes bocagères issues de son réseau de haies.

Nous tenons à les remercier d'avoir consacré de leur temps pour recevoir ces étudiants pour certains futurs agriculteurs.

]]>
Pour la 4ème édition, plus de 90 étudiants en formation BTS, ACSE (Analyse, conduite et stratégie de l'entreprise agricole), GPN (Gestion et Protection de la Nature) et DATR (Développement, animation des territoires ruraux)  du lycée agricole de Sées ont été accueillis, jeudi 28 avril, à la Maison du Parc. Le matin, après une présentation du Parc, les étudiants se sont répartis dans 4 ateliers pour aborder des sujets en lien avec l'agriculture et l'environnement : eau et gestion des milieux aquatiques ; agriculture et changement climatique ; haie et bocage et équilibre agri-environnemental.

L'après-midi chaque groupe de 23 élèves a été accueilli par un exploitant agricole du Parc engagé dans des démarches environnementales. Un groupe a été reçu par Monsieur PICHEREAU de Lignères-Orgères, lauréat  du concours local 2014 des prairies fleuries, un deuxième par Monsieur DAGRON d'Assé-le-Boisne, membre du groupe pilote agriculture-climat, un troisième par Monsieur MORIN de La Lacelle, engagé avec des MAEC sur le site Natura 2000 Sarthon et le quatrième par Monsieur AILLIARD de Rouperoux, producteur de plaquettes bocagères issues de son réseau de haies.

Nous tenons à les remercier d'avoir consacré de leur temps pour recevoir ces étudiants pour certains futurs agriculteurs.

]]>
Restauration de mares dans le Nord-Sarthe http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/restauration-de-mares-dans-le-nord-sarthe-204.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le Parc naturel régional Normandie-Maine anime un Contrat Nature, outil régional qui permet de travailler au maintien des corridors écologiques entre les Alpes Mancelles et la Forêt de Sillé.

Ce projet s'articule autour de 3 enjeux :
- le maintien des haies, en mettant en place des actions de valorisation économique,
- la restauration ou la création de mares, prairies et la plantation de haies ou d'arbres de plein champ,
- la sensibilisation des habitants du territoire aux enjeux des continuités écologiques.

Les actions proposées s'adressent aux propriétaires et agriculteurs volontaires ainsi qu'aux communes.

Premiers à s'être portés volontaires, Julie et Sébastien de la ferme des Brebis Allais à Saint-Aubin-de-Locquenay, font restaurer leur mare complètement bouchée pour accueillir les amphibiens. L'objectif est de créer un espace favorable pour la reproduction du Sonneur à ventre jaune (petit crapaud rare qui se trouve seulement à cet endroit dans la région). Cette mare sera accueillante pour lui les premières années puis sera colonisée par d'autres amphibiens (grenouilles, crapauds, tritons…).

Les travaux sont entièrement pris en charge par la Région, l'Agence de l'eau et le Parc Normandie-Maine. Le Conservatoire d'Espaces Naturels des Pays de la Loire, partenaire du projet, assure le suivi technique de ces chantiers de restauration.

Fort de cette première initiative, nous sommes à la recherche de particuliers et agriculteurs volontaires pour mener des actions similaires de restauration ou création de mares sur les communes de Mont-Saint-Jean, Douillet, Montreuil-le-Chétif, Saint-Aubin-de-Locquenay, Ségrie, Vernie et Pezé-le-Robert.

Si cette action vous intéresse, contactez-nous.

Gautier Pauline, Chargée de mission Trame verte et bleue
Tel: 02 33 81 98 20
pauline.gautier[at]parc-normandie-maine.fr

 

]]>
Le Parc naturel régional Normandie-Maine anime un Contrat Nature, outil régional qui permet de travailler au maintien des corridors écologiques entre les Alpes Mancelles et la Forêt de Sillé.

Ce projet s'articule autour de 3 enjeux :
- le maintien des haies, en mettant en place des actions de valorisation économique,
- la restauration ou la création de mares, prairies et la plantation de haies ou d'arbres de plein champ,
- la sensibilisation des habitants du territoire aux enjeux des continuités écologiques.

Les actions proposées s'adressent aux propriétaires et agriculteurs volontaires ainsi qu'aux communes.

Premiers à s'être portés volontaires, Julie et Sébastien de la ferme des Brebis Allais à Saint-Aubin-de-Locquenay, font restaurer leur mare complètement bouchée pour accueillir les amphibiens. L'objectif est de créer un espace favorable pour la reproduction du Sonneur à ventre jaune (petit crapaud rare qui se trouve seulement à cet endroit dans la région). Cette mare sera accueillante pour lui les premières années puis sera colonisée par d'autres amphibiens (grenouilles, crapauds, tritons…).

Les travaux sont entièrement pris en charge par la Région, l'Agence de l'eau et le Parc Normandie-Maine. Le Conservatoire d'Espaces Naturels des Pays de la Loire, partenaire du projet, assure le suivi technique de ces chantiers de restauration.

Fort de cette première initiative, nous sommes à la recherche de particuliers et agriculteurs volontaires pour mener des actions similaires de restauration ou création de mares sur les communes de Mont-Saint-Jean, Douillet, Montreuil-le-Chétif, Saint-Aubin-de-Locquenay, Ségrie, Vernie et Pezé-le-Robert.

Si cette action vous intéresse, contactez-nous.

Gautier Pauline, Chargée de mission Trame verte et bleue
Tel: 02 33 81 98 20
pauline.gautier[at]parc-normandie-maine.fr

 

]]>
Bienvenue à la Maison du Parc http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/bienvenue-a-la-maison-du-parc--203.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La Maison du Parc située à deux pas du château de Carrouges est un lieu incontournable pour découvrir les secrets du territoire !

Des espaces d'expositions sont aménagés pour découvrir et comprendre les richesses patrimoniales, l'Histoire et les acteurs de ce territoire. Le site historique avec sa collégiale et son verger conservatoire est également l'occasion d'un pique-nique. Le Parc met aussi en valeur des produits locaux dans sa boutique riche de nombreuses références.

Touristes et habitants y trouveront une mine d'informations pour agrémenter leur séjour.

Le site est labellisé Point Info Tourisme, Accueil Véloscénie et Halte Chemins Montois. 

De nouveaux horaires pour 2016 !
L'équipe vous accueille tous les jours du 1er avril au 31 octobre (sauf le 1er mai)
de 10h à 13h et de 14h à 18 h (18h30 en juillet et août)

Tout un programme
 - Avril - Mai
: Bernard CHARDON, un peintre à la recherche de l'art nouveau au 20ème siècle

- Juin - Septembre : Exposition inédite de photographies issues du livre "Vol au dessus du Parc naturel régional Normandie-Maine "

 - Juin - Septembre : Natura l'école, retour sur 4 années de projets pédagogiques

 - Septembre - Octobre : Passeur de Lunes, photographies de la faune nocturne d'Eric Médard

13 rendez-vous sont proposés : ateliers peinture, cours de cuisine, signatures d'auteur, concert, spectacles etc. Autant de rencontres qui vous feront passer un bon moment en famille ou entre amis. 

Découvrez tout le programme dans l'agenda du site.

]]>
La Maison du Parc située à deux pas du château de Carrouges est un lieu incontournable pour découvrir les secrets du territoire !

Des espaces d'expositions sont aménagés pour découvrir et comprendre les richesses patrimoniales, l'Histoire et les acteurs de ce territoire. Le site historique avec sa collégiale et son verger conservatoire est également l'occasion d'un pique-nique. Le Parc met aussi en valeur des produits locaux dans sa boutique riche de nombreuses références.

Touristes et habitants y trouveront une mine d'informations pour agrémenter leur séjour.

Le site est labellisé Point Info Tourisme, Accueil Véloscénie et Halte Chemins Montois. 

De nouveaux horaires pour 2016 !
L'équipe vous accueille tous les jours du 1er avril au 31 octobre (sauf le 1er mai)
de 10h à 13h et de 14h à 18 h (18h30 en juillet et août)

Tout un programme
 - Avril - Mai
: Bernard CHARDON, un peintre à la recherche de l'art nouveau au 20ème siècle

- Juin - Septembre : Exposition inédite de photographies issues du livre "Vol au dessus du Parc naturel régional Normandie-Maine "

 - Juin - Septembre : Natura l'école, retour sur 4 années de projets pédagogiques

 - Septembre - Octobre : Passeur de Lunes, photographies de la faune nocturne d'Eric Médard

13 rendez-vous sont proposés : ateliers peinture, cours de cuisine, signatures d'auteur, concert, spectacles etc. Autant de rencontres qui vous feront passer un bon moment en famille ou entre amis. 

Découvrez tout le programme dans l'agenda du site.

]]>
La démarche participative est lancée pour revitaliser le centre-bourg de Sillé ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/la-demarche-participative-est-lancee-pour-revitaliser-le-centre-bourg-de-sille--202.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La revitalisation du centre-bourg de Sillé-le-Guillaume avance, avec différents projets qui devraient bientôt se concrétiser : l'adhésion aux Petites Cités de Caractère, la création d'un nouveau marché de produits locaux, la mise en place d'un service de Transport à la Demande ou encore la proposition d'une subvention pour la rénovation des façades.

Depuis fin février 2016, un lieu dédié au projet de revitalisation du centre-bourg a été créé dans un local vacant, situé sur la place centrale. Tous les mercredis matins, « L'Atelier du centre-bourg » est ainsi ouvert à tous : chacun peut venir se renseigner sur les avancées du projet et partager ses idées pour dynamiser le centre-bourg de Sillé-le-Guillaume.

Dans ce lieu, une première soirée sur les économies d'énergie dans l'habitat a été animée par l'Espace Info Énergie de la Sarthe le 26 février 2016, pour encourager les propriétaires à réaliser des travaux chez eux et ainsi participer à l'amélioration de la qualité de vie dans le centre-bourg.

Une matinée conviviale de cartographie participative a été proposée aux habitants samedi 19 mars 2016, avec l'accompagnement de l'association « Les Petits Débrouillards ». L'objectif était à la fois de mieux connaître les usages et ressentis des habitants vis-à-vis de leur lieu de vie, mais aussi de récolter leurs propositions pour revitaliser le centre-bourg, avec une grande carte comme support d'expression.

Une quarantaine de personnes sont ainsi venues pour échanger, tandis que les discussions ont pu se prolonger avec les élus également mobilisés. Toutes les idées vont être analysées et synthétisées, puis un temps de restitution aura lieu fin mai.

En savoir + sur le projet

]]>
La revitalisation du centre-bourg de Sillé-le-Guillaume avance, avec différents projets qui devraient bientôt se concrétiser : l'adhésion aux Petites Cités de Caractère, la création d'un nouveau marché de produits locaux, la mise en place d'un service de Transport à la Demande ou encore la proposition d'une subvention pour la rénovation des façades.

Depuis fin février 2016, un lieu dédié au projet de revitalisation du centre-bourg a été créé dans un local vacant, situé sur la place centrale. Tous les mercredis matins, « L'Atelier du centre-bourg » est ainsi ouvert à tous : chacun peut venir se renseigner sur les avancées du projet et partager ses idées pour dynamiser le centre-bourg de Sillé-le-Guillaume.

Dans ce lieu, une première soirée sur les économies d'énergie dans l'habitat a été animée par l'Espace Info Énergie de la Sarthe le 26 février 2016, pour encourager les propriétaires à réaliser des travaux chez eux et ainsi participer à l'amélioration de la qualité de vie dans le centre-bourg.

Une matinée conviviale de cartographie participative a été proposée aux habitants samedi 19 mars 2016, avec l'accompagnement de l'association « Les Petits Débrouillards ». L'objectif était à la fois de mieux connaître les usages et ressentis des habitants vis-à-vis de leur lieu de vie, mais aussi de récolter leurs propositions pour revitaliser le centre-bourg, avec une grande carte comme support d'expression.

Une quarantaine de personnes sont ainsi venues pour échanger, tandis que les discussions ont pu se prolonger avec les élus également mobilisés. Toutes les idées vont être analysées et synthétisées, puis un temps de restitution aura lieu fin mai.

En savoir + sur le projet

]]>
Un nouvel exécutif au Parc Normandie-Maine http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/un-nouvel-executif-au-parc-normandie-maine-201.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Ce mercredi 23 mars 2016, le Parc a tenu son premier comité syndical après les élections régionales de décembre dernier.

En début d'année, les Régions ont nommé leurs élus représentants au sein du comité. Nous accueillons donc :

Pour la Région Normandie :

Madame Caroline Amiel
Monsieur Ludovic Assier
Monsieur Hubert Dejean de La Batie
Monsieur Bertrand Deniaud
Madame Francine Lavanry
Monsieur Laurent Marting
Madame Catherine Meunier
Madame Gaëlle Pioline
Monsieur Didier Vergy
Madame Séverine Yvard

Pour la Région Pays de la Loire

Madame Florence Desillière
Monsieur Yannick Favennec
Monsieur Jean-Pierre Le Scornet
Madame Samia Soultani-Vigneron

Le comité syndical avait pour principal ordre du jour l'élection des vice-présidents ainsi que les membres du Bureau syndical. Celui-ci est composé de 15 élus issus du Comité, dont la Présidente et les 5 vice-présidents.

Le Parc accueille donc 6 nouveaux élus au sein du Bureau syndical :

 - Laurent MARTING, conseiller régional de Normandie, est élu 1er vice-président du Parc

 - Samia SOULTANI-VIGNERON, conseillère régionale des Pays de la Loire, est élue 2ème vice-présidente du Parc

 - Hubert DEJEAN de La BATIE, Paul VITART, Frédéric COGET et Brigitte VIARME, sont élus membres du bureau syndical.

Découvrez le nouveau bureau syndical du Parc : cliquer ici

Le comité syndical a ensuite approuvé le compte administratif 2015 et le budget primitif 2016. ]]>

Ce mercredi 23 mars 2016, le Parc a tenu son premier comité syndical après les élections régionales de décembre dernier.

En début d'année, les Régions ont nommé leurs élus représentants au sein du comité. Nous accueillons donc :

Pour la Région Normandie :

Madame Caroline Amiel
Monsieur Ludovic Assier
Monsieur Hubert Dejean de La Batie
Monsieur Bertrand Deniaud
Madame Francine Lavanry
Monsieur Laurent Marting
Madame Catherine Meunier
Madame Gaëlle Pioline
Monsieur Didier Vergy
Madame Séverine Yvard

Pour la Région Pays de la Loire

Madame Florence Desillière
Monsieur Yannick Favennec
Monsieur Jean-Pierre Le Scornet
Madame Samia Soultani-Vigneron

Le comité syndical avait pour principal ordre du jour l'élection des vice-présidents ainsi que les membres du Bureau syndical. Celui-ci est composé de 15 élus issus du Comité, dont la Présidente et les 5 vice-présidents.

Le Parc accueille donc 6 nouveaux élus au sein du Bureau syndical :

 - Laurent MARTING, conseiller régional de Normandie, est élu 1er vice-président du Parc

 - Samia SOULTANI-VIGNERON, conseillère régionale des Pays de la Loire, est élue 2ème vice-présidente du Parc

 - Hubert DEJEAN de La BATIE, Paul VITART, Frédéric COGET et Brigitte VIARME, sont élus membres du bureau syndical.

Découvrez le nouveau bureau syndical du Parc : cliquer ici

Le comité syndical a ensuite approuvé le compte administratif 2015 et le budget primitif 2016. ]]>
Rétrospective 2015 http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/retrospective-2015-200.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le Rapport d'activité 2015 du Parc naturel régional Normandie-Maine est en ligne !

À la lecture de ce document, vous découvrirez que 2015 aura été l'année du lancement des travaux sur la Gourbe et la Vée avec la signature du Contrat Territorial des Milieux Aquatiques sur la Mayenne Amont, et l'année du lancement de l'animation pour la revitalisation des centres-bourgs des communes de Pré-en-Pail et de Sillé-le-Guillaume.

Vous découvrirez au fil des pages les nombreuses actions menées dans les domaines de l'éducation, de l'environnement, de l'économie, de l'urbanisme ou du tourisme.

Télécharger le rapport d'activité 2015

Ces actions sont possibles grâce aux financements de l'État, des Régions Normandie et Pays de la Loire, des  Départements de l'Orne, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Manche, des communes et de bien d'autres encore.

La crise économique, écologique et sociale qui frappe actuellement notre pays montre l'urgence d'inventer de nouveaux modes de développement, plus harmonieux et plus durables. C'est là une des vocations fondamentales des Parcs naturels régionaux dont le slogan est, rappelons-le, « Une autre vie s'invente ici ».

C'est ce que le Parc Normandie-Maine tente de faire jour après jour, pour vous et avec vous.

Bonne lecture !

Maryse Oliveira
Présidente

]]>
Le Rapport d'activité 2015 du Parc naturel régional Normandie-Maine est en ligne !

À la lecture de ce document, vous découvrirez que 2015 aura été l'année du lancement des travaux sur la Gourbe et la Vée avec la signature du Contrat Territorial des Milieux Aquatiques sur la Mayenne Amont, et l'année du lancement de l'animation pour la revitalisation des centres-bourgs des communes de Pré-en-Pail et de Sillé-le-Guillaume.

Vous découvrirez au fil des pages les nombreuses actions menées dans les domaines de l'éducation, de l'environnement, de l'économie, de l'urbanisme ou du tourisme.

Télécharger le rapport d'activité 2015

Ces actions sont possibles grâce aux financements de l'État, des Régions Normandie et Pays de la Loire, des  Départements de l'Orne, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Manche, des communes et de bien d'autres encore.

La crise économique, écologique et sociale qui frappe actuellement notre pays montre l'urgence d'inventer de nouveaux modes de développement, plus harmonieux et plus durables. C'est là une des vocations fondamentales des Parcs naturels régionaux dont le slogan est, rappelons-le, « Une autre vie s'invente ici ».

C'est ce que le Parc Normandie-Maine tente de faire jour après jour, pour vous et avec vous.

Bonne lecture !

Maryse Oliveira
Présidente

]]>
Le guide des rendez-vous 2016 disponible ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/le-guide-des-rendez-vous-2016-disponible--198.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Balades découvertes, ateliers, randonnées, spectacles, contes, événements... D’avril à octobre, le Parc vous propose plus d’une cinquantaine de rendez-vous pour (re)découvrir votre territoire, son histoire, ses patrimoines ou simplement pour partager un moment convivial !

2016 sera marquée par la ré-ouverture de la Maison de la Pomme et de la Poire qui devient Musée du Poiré. Ce Musée de France ré-ouvrira ses portes le 25 juin autour d'une journée conviviale et festive. Plusieurs rendez-vous seront proposés cet été.

Horaires 2016 du Musée du Poiré :
Ouvert du 25 juin au 31 octobre
de 10h à 13h et de 14h à 18h (18h30 en été)

Le calendrier est dense et diversifié aussi à la Maison du Parc à Carrouges. Au programme : ateliers peinture et aquarelle, démonstrations culinaires, extraction de miel, signatures d'auteur, expositions...

Horaires 2016 de la Maison du Parc :
Ouvert du 1er avril au 31 octobre
de 10h à 13h et de 14h à 18h (18h30 en été)

En 2016, le Parc poursuivra bien sûr son offre de découverte des espaces naturels sensibles de l'Orne, de la Mayenne et de la Manche en partenariat avec les Départements.

Parmi les temps forts de l'année :
30 avril - Balade / spectacle - De Pierres en Pierres à la Fosse Arthour
21 mai - Soirée Light Painting à la carrière des Vaux
25 juin - Inauguration du Musée du Poiré
16 juillet - Atelier culinaire à la Maison du Parc
2 août - Atelier découverte de la chevalerie et spectacle à Lassay-les-Châteaux
25 septembre - Balade et spectacle sur la corniche de Pail
22 octobre - Atelier peintures rupestres et musique au Musée de la Préhistoire de Rânes

Découvrez tout le programme dans l'agenda du site ou dans le guide des Rendez-vous du Parc 2016 !

Télécharger le guide 

]]>
Balades découvertes, ateliers, randonnées, spectacles, contes, événements... D’avril à octobre, le Parc vous propose plus d’une cinquantaine de rendez-vous pour (re)découvrir votre territoire, son histoire, ses patrimoines ou simplement pour partager un moment convivial !

2016 sera marquée par la ré-ouverture de la Maison de la Pomme et de la Poire qui devient Musée du Poiré. Ce Musée de France ré-ouvrira ses portes le 25 juin autour d'une journée conviviale et festive. Plusieurs rendez-vous seront proposés cet été.

Horaires 2016 du Musée du Poiré :
Ouvert du 25 juin au 31 octobre
de 10h à 13h et de 14h à 18h (18h30 en été)

Le calendrier est dense et diversifié aussi à la Maison du Parc à Carrouges. Au programme : ateliers peinture et aquarelle, démonstrations culinaires, extraction de miel, signatures d'auteur, expositions...

Horaires 2016 de la Maison du Parc :
Ouvert du 1er avril au 31 octobre
de 10h à 13h et de 14h à 18h (18h30 en été)

En 2016, le Parc poursuivra bien sûr son offre de découverte des espaces naturels sensibles de l'Orne, de la Mayenne et de la Manche en partenariat avec les Départements.

Parmi les temps forts de l'année :
30 avril - Balade / spectacle - De Pierres en Pierres à la Fosse Arthour
21 mai - Soirée Light Painting à la carrière des Vaux
25 juin - Inauguration du Musée du Poiré
16 juillet - Atelier culinaire à la Maison du Parc
2 août - Atelier découverte de la chevalerie et spectacle à Lassay-les-Châteaux
25 septembre - Balade et spectacle sur la corniche de Pail
22 octobre - Atelier peintures rupestres et musique au Musée de la Préhistoire de Rânes

Découvrez tout le programme dans l'agenda du site ou dans le guide des Rendez-vous du Parc 2016 !

Télécharger le guide 

]]>
Nouveau musée, nouveau nom ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/nouveau-musee-nouveau-nom--197.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La Maison de la Pomme et de la Poire, créée en 1983 par le Parc naturel régional Normandie-Maine à Barenton, poursuit son aventure muséale sous le nom de musée du Poiré.

Pourquoi une nouvelle identité ?
D'importants travaux de rénovation se termineront à la fin du 1er semestre 2016 pour permettre à ce musée de France de présenter ses collections ethnographiques dans un nouveau parcours et une nouvelle scénographie. Le changement de nom accompagne donc cette rénovation qui est un tournant dans la vie du site, installé dans une ancienne ferme entourée de 2 hectares de verger.

Il n'existait pas encore de lieu dédié au poiré, et pourtant cette boisson emblématique du Domfrontais et Mortainais méritait bien un musée ! Sans pour autant oublier la pomme, présente dans ses vergers et les productions cidricoles qui en sont issues, le musée laisse une plus grande place au poiré et aux majestueux poiriers présents dans cette région.

Le musée se veut plus encore qu'auparavant, un lieu de conservation des objets témoins de l'histoire de la filière, mais qui tiennent compte des évolutions connues au cours de la seconde moitié du 20e siècle, et fasse le lien avec la filière poiricole contemporaine.

A ce nom, musée du Poiré, plus court et plus évocateur, est associé une ‘signature'. Elle rappelle la couleur dorée de la boisson, les bulles évoquent son pétillant obtenu par fermentation naturelle, sous le soin attentif des producteurs. La forme ronde est un clin d'œil au logo du Réseau des musées de Normandie. Enfin de curieux accents coiffent les mots, saurez-vous y déceler une subtile allusion aux poires ?

Ré-ouverture le 25 juin 2016 !

]]>
La Maison de la Pomme et de la Poire, créée en 1983 par le Parc naturel régional Normandie-Maine à Barenton, poursuit son aventure muséale sous le nom de musée du Poiré.

Pourquoi une nouvelle identité ?
D'importants travaux de rénovation se termineront à la fin du 1er semestre 2016 pour permettre à ce musée de France de présenter ses collections ethnographiques dans un nouveau parcours et une nouvelle scénographie. Le changement de nom accompagne donc cette rénovation qui est un tournant dans la vie du site, installé dans une ancienne ferme entourée de 2 hectares de verger.

Il n'existait pas encore de lieu dédié au poiré, et pourtant cette boisson emblématique du Domfrontais et Mortainais méritait bien un musée ! Sans pour autant oublier la pomme, présente dans ses vergers et les productions cidricoles qui en sont issues, le musée laisse une plus grande place au poiré et aux majestueux poiriers présents dans cette région.

Le musée se veut plus encore qu'auparavant, un lieu de conservation des objets témoins de l'histoire de la filière, mais qui tiennent compte des évolutions connues au cours de la seconde moitié du 20e siècle, et fasse le lien avec la filière poiricole contemporaine.

A ce nom, musée du Poiré, plus court et plus évocateur, est associé une ‘signature'. Elle rappelle la couleur dorée de la boisson, les bulles évoquent son pétillant obtenu par fermentation naturelle, sous le soin attentif des producteurs. La forme ronde est un clin d'œil au logo du Réseau des musées de Normandie. Enfin de curieux accents coiffent les mots, saurez-vous y déceler une subtile allusion aux poires ?

Ré-ouverture le 25 juin 2016 !

]]>
Energies maîtrisées, dépenses contrôlées http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/energies-maitrisees-depenses-controlees-199.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

La Communauté de communes (Cdc) de La Ferté-Saint-Michel a décidé fin 2015 de s'engager avec l'appui du Parc naturel régional Normandie-Maine dans un projet de transition énergétique pour son territoire.

Lundi 29 février, le rendez-vous était donné au cinéma Gérard Philippe pour le lancement de cette démarche. Afin de présenter le projet, les élus ont convié tous les habitants à une première soirée d'échanges. Plus de 100 personnes ont répondu à l'invitation. La soirée était animée par Jacques Dalmont, Président de la Communauté de communes, et Manuel Léger, chargé de mission transition énergétique au sein du Parc Normandie-Maine.

La soirée a débuté par quelques courts métrages issus du festival CLER-Obscur (concours de films courts portant sur la transition énergétique) ou encore de la Web-série les Energivores (http://www.energivores.tv/).

La soirée s'est poursuivie par une présentation des données de l'OBNEC (observatoire bas-normand de l'énergie et du climat) permettant de dresser un état des lieux : consommations d'énergie par secteur – résidentiel et tertiaire (bâtiment), industrie, agriculture – au sein du territoire de la CDC, production d'énergies renouvelables, dépenses énergétiques, premières données d'émissions de gaz à effet de serre.

Jacques Dalmont a ensuite présenté les projets déjà engagés par la Communauté de communes (Cdc)

Pour conclure cette soirée, chaque participant était invité à indiquer sur un bulletin une action prioritaire à mener pour enclencher la transition énergétique à l'échelle locale. Les discussions se sont prolongés autour d'un « pot de la transition » alimenté de produits locaux.

Prochains RDV :

- mercredi 30 mars à 20 h : conférence sur les moyens pour rendre son habitat et ses comportements peu gourmands en énergie, animée par l'Espace Info Energie (Inhari 61), suivie d'une balade thermique caméra à l'appui pour détecter les sources de déperdition courantes dans les bâtiments. 

- samedi 23 avril à 14h30 : reconnaissance à vélo du territoire de La Ferté-Macé dont l’objectif sera d'évaluer la « cyclabilité » de la ville et de faire remonter des préconisations aux élus et aux aménageurs.

 

En savoir + sur le projet >
Manuel Leger, chargé de mission transition énergétique
Tel: 02 33 81 75 79
manuel.leger [at] parc-normandie-maine.fr

]]>
La Communauté de communes (Cdc) de La Ferté-Saint-Michel a décidé fin 2015 de s'engager avec l'appui du Parc naturel régional Normandie-Maine dans un projet de transition énergétique pour son territoire.

Lundi 29 février, le rendez-vous était donné au cinéma Gérard Philippe pour le lancement de cette démarche. Afin de présenter le projet, les élus ont convié tous les habitants à une première soirée d'échanges. Plus de 100 personnes ont répondu à l'invitation. La soirée était animée par Jacques Dalmont, Président de la Communauté de communes, et Manuel Léger, chargé de mission transition énergétique au sein du Parc Normandie-Maine.

La soirée a débuté par quelques courts métrages issus du festival CLER-Obscur (concours de films courts portant sur la transition énergétique) ou encore de la Web-série les Energivores (http://www.energivores.tv/).

La soirée s'est poursuivie par une présentation des données de l'OBNEC (observatoire bas-normand de l'énergie et du climat) permettant de dresser un état des lieux : consommations d'énergie par secteur – résidentiel et tertiaire (bâtiment), industrie, agriculture – au sein du territoire de la CDC, production d'énergies renouvelables, dépenses énergétiques, premières données d'émissions de gaz à effet de serre.

Jacques Dalmont a ensuite présenté les projets déjà engagés par la Communauté de communes (Cdc)

Pour conclure cette soirée, chaque participant était invité à indiquer sur un bulletin une action prioritaire à mener pour enclencher la transition énergétique à l'échelle locale. Les discussions se sont prolongés autour d'un « pot de la transition » alimenté de produits locaux.

Prochains RDV :

- mercredi 30 mars à 20 h : conférence sur les moyens pour rendre son habitat et ses comportements peu gourmands en énergie, animée par l'Espace Info Energie (Inhari 61), suivie d'une balade thermique caméra à l'appui pour détecter les sources de déperdition courantes dans les bâtiments. 

- samedi 23 avril à 14h30 : reconnaissance à vélo du territoire de La Ferté-Macé dont l’objectif sera d'évaluer la « cyclabilité » de la ville et de faire remonter des préconisations aux élus et aux aménageurs.

 

En savoir + sur le projet >
Manuel Leger, chargé de mission transition énergétique
Tel: 02 33 81 75 79
manuel.leger [at] parc-normandie-maine.fr

]]>
1 500 hectares de milieux patrimoniaux cartographiés en 2015 http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/1-500-hectares-de-milieux-patrimoniaux-cartographies-en-2015--196.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

L'acquisition de connaissances sur les milieux naturels constitue l'une des missions fondatrices du Parc. Améliorer la connaissance des habitats naturels permet d'orienter au mieux les actions de préservation de ces milieux.

De nombreux inventaires et études descriptives sur les milieux et les espèces ont ainsi été menés au sein du Parc depuis sa création. Ce travail a permis de mettre en avant un certain nombre de sites possédant des milieux remarquables et qui sont pour la plupart reconnus aujourd'hui comme patrimoniaux pour le Parc. Dans la continuité de ces études, depuis 2010, le Parc réalise un inventaire des habitats naturels d'intérêt patrimonial. Ces derniers ont porté principalement sur les pelouses sèches, les milieux tourbeux et les landes.

En 2015, 1 500 hectares ont été cartographiés. La majorité des sites se trouvant en propriété privée, les propriétaires ont dans un premier temps été informés de la démarche puis sollicités afin d'obtenir leur accord pour permettre au Parc de prospecter sur leurs propriétés. Pour ceux ayant accepté, une note de synthèse personnalisée leur a été transmise résumant les observations réalisées sur leur terrain, localisant les végétations d'intérêt patrimonial et expliquant les mesures de gestion favorables au maintien des ces végétations.

Le résultat de cette prospection permettra d'enrichir la base de données des habitats présents sur le Parc. Cette base permet de compiler les informations acquises lors des inventaires des agents du Parc, des prestataires ou des partenaires. Elle est l'outil permettant d'avoir une visibilité sur l'état des connaissances actuelles concernant les habitats naturels du territoire. De plus, c'est un outil d'aide à la décision pour de nombreuses autres actions du Parc telles que l'agriculture, l'urbanisme,...

 

]]>
L'acquisition de connaissances sur les milieux naturels constitue l'une des missions fondatrices du Parc. Améliorer la connaissance des habitats naturels permet d'orienter au mieux les actions de préservation de ces milieux.

De nombreux inventaires et études descriptives sur les milieux et les espèces ont ainsi été menés au sein du Parc depuis sa création. Ce travail a permis de mettre en avant un certain nombre de sites possédant des milieux remarquables et qui sont pour la plupart reconnus aujourd'hui comme patrimoniaux pour le Parc. Dans la continuité de ces études, depuis 2010, le Parc réalise un inventaire des habitats naturels d'intérêt patrimonial. Ces derniers ont porté principalement sur les pelouses sèches, les milieux tourbeux et les landes.

En 2015, 1 500 hectares ont été cartographiés. La majorité des sites se trouvant en propriété privée, les propriétaires ont dans un premier temps été informés de la démarche puis sollicités afin d'obtenir leur accord pour permettre au Parc de prospecter sur leurs propriétés. Pour ceux ayant accepté, une note de synthèse personnalisée leur a été transmise résumant les observations réalisées sur leur terrain, localisant les végétations d'intérêt patrimonial et expliquant les mesures de gestion favorables au maintien des ces végétations.

Le résultat de cette prospection permettra d'enrichir la base de données des habitats présents sur le Parc. Cette base permet de compiler les informations acquises lors des inventaires des agents du Parc, des prestataires ou des partenaires. Elle est l'outil permettant d'avoir une visibilité sur l'état des connaissances actuelles concernant les habitats naturels du territoire. De plus, c'est un outil d'aide à la décision pour de nombreuses autres actions du Parc telles que l'agriculture, l'urbanisme,...

 

]]>
Normandie-Maine, séduit les randonneurs ! http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/normandie-maine-seduit-les-randonneurs--195.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Le 13 mai 2015, un nouveau venu s'invitait dans la collection des topoguides de la Fédération française de la randonnée pédestre : "Le Parc naturel régional Normandie-Maine... à pied". Il a désormais sa place
dans les rayonnages des librairies. 

Après une première saison, plus de 880 exemplaires remplissent déjà les bibliothèques des randonneurs. Ils viennent de partout en France et même de Belgique pour découvrir ces paysages insolites qui accueillent le point culminant du Nord-Ouest de la France.

Ce topoguide est disponible dans de nombreux points de vente et notamment dans les librairies de l'Orne, la Manche, la Mayenne et la Sarthe.

Ces territoires sont mis à l'honneur par une sélection de 33 itinéraires qui invitent à la découverte des Monts de Normandie et du Maine. Plus de 50 pages thématiques proposent en complément une découverte des patrimoines naturels, culturels et historiques de ces territoires.

---
Envie d'un week-end au calme ?
Prêts à vous laisser surprendre par des paysages insolites ?
N'attendez plus, commandez votre topoguide  et venez prendre l'air sur les hauteurs de Normandie-Maine !

]]>
Le 13 mai 2015, un nouveau venu s'invitait dans la collection des topoguides de la Fédération française de la randonnée pédestre : "Le Parc naturel régional Normandie-Maine... à pied". Il a désormais sa place
dans les rayonnages des librairies. 

Après une première saison, plus de 880 exemplaires remplissent déjà les bibliothèques des randonneurs. Ils viennent de partout en France et même de Belgique pour découvrir ces paysages insolites qui accueillent le point culminant du Nord-Ouest de la France.

Ce topoguide est disponible dans de nombreux points de vente et notamment dans les librairies de l'Orne, la Manche, la Mayenne et la Sarthe.

Ces territoires sont mis à l'honneur par une sélection de 33 itinéraires qui invitent à la découverte des Monts de Normandie et du Maine. Plus de 50 pages thématiques proposent en complément une découverte des patrimoines naturels, culturels et historiques de ces territoires.

---
Envie d'un week-end au calme ?
Prêts à vous laisser surprendre par des paysages insolites ?
N'attendez plus, commandez votre topoguide  et venez prendre l'air sur les hauteurs de Normandie-Maine !

]]>
Réouverture des églises pour les chauves-souris http://www.parc-naturel-normandie-maine.fr/actualites/reouverture-des-eglises-pour-les-chauves-souris-194.html Thu, 01 Jan 1970 01:00:00 +0100 Actualités

Pourquoi les chauves-souris s’invitent dans les églises ?
Les chauves-souris se regroupent en été en colonies pour mettre bas et élever leurs petits. Une partie des 18 espèces de chauves-souris présentent chez nous, se regroupe dans des combles de bâtis plus ou moins vastes. Les combles d'églises peuvent être des espaces privilégiés par les Grands murins, les Oreillards gris… Cependant une partie de celles-ci est obstruée par des grillages destinés à lutter contre les pigeons ou les choucas.

Concilier préservation des patrimoines naturels et culturels
Dans le cadre de son plan de conservation des chauves-souris, le Parc a proposé à plusieurs communes d'effectuer pour leur compte de petits travaux d'ouvertures des combles d'églises pour permettre uniquement