Contrat nature entre les Alpes Mancelles et forêt de Sillé

 PERIMETRE_1.jpg
Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Dans le cadre du Contrat nature - entre les Alpes Mancelles et la forêt de Sillé- le Parc anime et accompagne 13 communes dans la restauration du bocage et des mares.

Cet outil, financé par la Région Pays de la Loire et le FEDER, permet aux communes et à ses habitants de bénéficier d'aides pour différents projets.

Construit avec des partenaires du monde agricole et naturalistes, l'objectif principal du Contrat nature est le maintien et la valorisation des continuités bocagères entre deux secteurs bocagers, situés en périphérie de la forêt de Sillé et au nord des Alpes Mancelles.

Le bocage : une ressource aux multiples débouchés

Aux portes de la plaine d'Alençon et du bocage mayennais, le territoire d'action du Contrat nature a vu ses paysages évoluer rapidement au cours des 50 dernières années : enfrichement des parcelles de fortes pentes, mise en culture des prairies, ouverture du bocage sur les plateaux… Ces évolutions vont de pair avec une mutation du monde agricole importante : spécialisation des exploitations sur des ateliers cultures ou élevages, agrandissement des surfaces exploitées.

Aujourd'hui, le bocage restant est vieillissant et clairsemé sur les plateaux, les prairies aux sols superficiels ou humides de plus en plus délaissées. Malgré tout, ce bocage constitue une ressource importante pour de grosses chaudières alimentées par du bois déchiqueté, notamment à Alençon où environ 6000 T de bois d'origine forestière et bocagère seront consommées par an. L'objectif principal du contrat nature est de mettre en place les conditions d'une gestion durable de cette ressource bocagère.
Il peut, par exemple, être destiné sous forme de bois déchiqueté aux chaufferies individuelles chez les exploitants agricoles, ou encore utilisé en litière animale ou en paillage pour les collectivités lorsqu'il s'agit de bois de cime. 

 
Des actions pour restaurer et valoriser le bocage en Nord-Sarthe 
Contrat nature : les dispositifs

1.       Des diagnostics bocagers par commune : un état des lieux pour initier le dialogue avec le monde agricole

C'est une étape clé dans la restauration du bocage, tant par la nécessité d'avoir un référentiel de l'état du bocage pour cibler les actions, que d'initier le dialogue avec le monde agricole sur la gestion et les débouchés du bois bocage. Le diagnostic bocager est un travail de terrain réalisé par la Chambre d'agriculture de la Sarthe.
Sur les 13 communes, 10 d'entre elles ont donné leur accord : Assé-le-Boisne, Douillet-le-Joly, Montreuil-le-Chétif, Mont-Saint-Jean, Pezé-le-Robert, Saint-Aubin-de-Locquenay, Saint-Georges-le-Gaultier, Saint-Léonard-des-Bois, Saint-Paul-le-Gaultier, Sougé-le Ganelon.
Vous trouverez très prochainement en mairie les rapports et la cartographie de cette étude.

2.       Des plans de gestion durable du bocage d'exploitation : optimiser la gestion et favoriser les débouchés

Un plan de gestion durable du bocage est une déclinaison plus concrète du diagnostic bocager, avec l'objectif d'optimiser la gestion et de valoriser les débouchés. Il permet de réfléchir avec l'exploitant volontaire à une gestion globale des haies sur 10 à 15 ans, et aux moyens de pérenniser les fonctions bénéfiques des haies.

Date limite de candidature : 31 juillet 2017
Financé intégralement par la Région Pays de la Loire.

3.       Plantation de haies et d\'arbres isolés

Il est proposé un accompagnement et une aide financière pour des projets de plantations de haies bocagères. Le montage des dossiers est réalisé par le Parc et le conseil technique est effectué par la Chambre d'agriculture de la Sarthe. Le coût moyen est d'environ 10€/ml comprenant le conseil technique, la préparation du sol, la plantation, les protections petit gibier, le regarnissage. L'aide financière est de 80%, il restera à charge du bénéficiaire 2€/ml sur la base du coût d'une plantation de 10€/ml.

Date limite de candidature : 30 juin (clôturée)

4.       Restauration de mares pour le Sonneur à ventre jaune

Des actions de restauration de mares, soit un total de 13, ont été menées pour sauver l'habitat d'un crapaud protégé au niveau européen et français depuis 2007 : le Sonneur à ventre jaune. L'objectif est de restaurer des espaces d'accueil pour le sonneur à proximité des stations connues afin de favoriser la colonisation de milieux comme des chemins creux, des vasques, des mares ensoleillées et peu profondes. Le conseil technique a été réalisé par le Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire.

5.      Des actions de sensibilisation

Un projet scolaire « Fais ton bocage » a été mené avec les élèves de Mont-Saint-Jean pour leur faire découvrir l'intérêt du bocage, ses essences. 100ml ont ainsi été plantés chez un agriculteur volontaire.

 

Contact >  Elise JACQUEMONT, chargée de mission Trame verte et bleue et Contrat nature
Tél.
02 33 81 98 20 elise.jacquemont@parc-normandie-maine.fr

haie_relictuelle.JPGP1000408.JPGP1000350_bd.jpg

Partenaires :
- Le Conseil départemental de la Sarthe
- Le Conservatoire d'espace naturel des Pays de la Loire
- La Chambre d'agriculture de la Sarthe.

La mise en œuvre de ce programme est permise grâce au soutien financier de la Région Pays de la Loire, de l'Europe (fond FEDER) et de l'agence de l'eau Loire-Bretagne.

 Logo_PDL_long_1.jpg PaysLoireFEDER.jpg Agence_de_l_-eau_Loire_Bretagne_2.jpg